Brexit. Tusk plaide pour un re­port al­lant jus­qu’à un an « maxi­mum »

Le Télégramme - Quimper - - EUROPE -

Le pré­sident du Con­seil eu­ro­péen, Do­nald Tusk (ci-des­sus), plaide pour un re­port du Brexit pou­vant al­ler jus­qu’à un an « maxi­mum », dans une lettre aux 27 États membres qui dis­cu­te­ront du su­jet, ce mer­cre­di, à Bruxelles, avec la Pre­mière mi­nistre bri­tan­nique. The­re­sa May a de­man­dé un re­port jus­qu’au 30 juin pour ten­ter de sur­mon­ter la crise po­li­tique au Royau­meU­ni. Mais, ex­plique Do­nald Tusk, dans cette lettre envoyée mar­di, « notre ex­pé­rience, jus­qu’à pré­sent, ain­si que les pro­fondes di­vi­sions au sein de la Chambre des com­munes, nous donnent peu de rai­sons de croire que le pro­ces­sus de ra­ti­fi­ca­tion pour­ra être ache­vé d’ici à la fin juin ». Et, ar­gu­mente-t-il, « si nous ne par­ve­nions pas à nous mettre d’ac­cord sur une pro­chaine pro­lon­ga­tion du dé­lai, il y au­rait un risque d’un Brexit sans ac­cord, ac­ci­den­tel ». « Une pos­si­bi­li­té se­rait une pro­lon­ga­tion flexible, qui ne du­re­rait que le temps né­ces­saire et pas plus d’un an », pour­suit-il. Se­lon le pré­sident du Con­seil eu­ro­péen, ins­tance re­pré­sen­tant les États membres, « cette flexi­bi­li­té per­met­trait de mettre fin au­to­ma­ti­que­ment à la pro­lon­ga­tion dès que les deux par­ties au­ront ra­ti­fié l’ac­cord de re­trait ». « Le Royaume-Uni se­rait libre de par­tir dès qu’il se­ra prêt. Et les 27 évi­te­raient les som­mets Brexit à ré­pé­ti­tion », écrit-il en­core.

Pho­to EPA

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.