Bande des­si­née. Da­ny, mul­ti­cartes

Le Télégramme - Quimper - - TV - Jacques Chan­teau

« Quand on vient en Bre­tagne, on ne vient pas en France : on vient en Bre­tagne. J’adore cette ré­gion de ca­rac­tère ». Le Belge Da­ny est im­pa­tient de mettre le cap sur Per­ros-Gui­rec (22) où il est l’in­vi­té d’hon­neur, sa­me­di et di­manche, du 26e Fes­ti­val de bande des­si­née. Ren­contre avec un des­si­na­teur à la pa­lette ar­tis­tique des plus va­riées.

Da­ny, de son vrai nom Da­niel Hen­ron­tin, ré­side avec son épouse Mar­cy, co­lo­riste, au fin fond de la cam­pagne wal­lone, à 50 km au sud de Bruxelles. C’est à l’étage de sa vaste et cha­leu­reuse de­meure que le des­si­na­teur a amé­na­gé son ate­lier dé­co­ré de fi­gu­rines re­pré­sen­tant ses hé­ros et sur­tout ses pul­peuses hé­roïnes. Au rez-de-chaus­sée, d’im­menses bi­blio­thèques en bois ta­pissent les murs. Sur les éta­gères, bon nombre d’en­cy­clo­pé­dies et de livres d’his­toire. « J’adore l’his­toire. Quand on sait ce qui s’est pas­sé dans cer­tains lieux ou sites, on les re­garde dif­fé­rem­ment. Ré­gu­liè­re­ment, je me rends à SaintMa­lo (35) et, à chaque fois, j’ef­fec­tue le tour des rem­parts, dont les pierres me ren­voient aux lectures de mon en­fance. Je me dis que c’est d’ici que sont par­tis des ma­rins ex­tra­or­di­naires comme Sur­couff et bien d’autres ».

1,5 mil­lion d’al­bums ven­dus

Da­ny a des­si­né une tren­taine d’al­bums ven­dus à près d’1,5 mil­lion d’exem­plaires. La pa­lette de ses hé­ros et des genres est des plus va­riées, à l’image de la sé­rie « Oli­vier Ra­meau » où se mêlent poé­sie et rêve dans un uni­vers fan­tas­tique et mer­veilleux. Sur son ca­ta­logue fi­gure la sé­rie d’aven­tures en Afrique « Equa­tor », « Les guer­rières de Troy » et bien d’autres en­core… Sans ou­blier, bien sûr, tous ces al­bums consa­crés à ses his­toires et blagues co­quines. « J’aime beau­coup me di­ver­si­fier. Ce­la re­nou­velle mon en­thou­siasme ». « J’ai tou­jours eu en­vie de faire de la BD, pour­sui­til avec ce lé­ger accent belge. Je suis tom­bé de­dans quand j’étais pe­tit car ma mère était li­braire et je re­ce­vais les jour­naux de BD avant tout le monde. Elle me di­sait tou­jours que j’avais des­si­né avant de par­ler ». Au cours de sa car­rière, ce fan de Fran­quin a vé­cu de belles ren­contres. Il cite Greg (« Mon men­tor »), Ti­bet (« Un grand professionnel de la BD, un être gen­til, une crème »)… « Dans la BD, ex­plique le des­si­na­teur, on peut trai­ter de tous les thèmes, de tous les gens. Avec le des­sin, on peut tout faire. Et puis dans le mi­lieu de la BD, il règne une am­biance où l’ego n’est pas sur­di­men­sion­né comme au ci­né­ma. On fait notre mé­tier sé­rieu­se­ment sans se prendre au sé­rieux ».

« Je dé­teste la rou­tine »

Après la BD et l’his­toire, Da­ny a une troi­sième pas­sion : les voyages. Il a par­cou­ru une cin­quan­taine de pays, des sé­jours illus­trés dans ses « Car­nets de voyage ». « Rien ne m’ex­cite plus que la dé­cou­verte, s’ex­clame-t-il. Je dé­teste la rou­tine. Les voyages consti­tuent une vé­ri­table ou­ver­ture d’es­prit et de cu­rio­si­té. Quelle sen­sa­tion in­croyable que d’al­ler voir des pays nou­veaux ! C’est aus­si un rêve d’en­fant que d’al­ler sur les traces de mes lectures. C’est sou­vent plus beau que je l’avais ima­gi­né, comme le Taj Ma­hal, en Inde : une mer­veille. J’ai ra­re­ment vu une telle per­fec­tion. Il y a aus­si le Grand Ca­nyon (États-Unis), où l’on a en­vie de s’as­seoir et de ne rien faire. Et puis pour dé­crire des ambiances, il faut les avoir vé­cues. Le plus beau com­pli­ment que j’ai re­çu est ce­lui d’un lec­teur qui m’a dit : " Il y a les odeurs de l’Afrique dans votre al­bum " ». Pro­chaine des­ti­na­tion : Per­ros-Gui­rec et son fes­ti­val de BD, où il a dé­jà été à l’affiche à plu­sieurs re­prises mais ja­mais comme in­vi­té d’hon­neur. « J’aime bien ce fes­ti­val car on re­trouve les co­pains mais, sur­tout, il y a l’ac­cueil que l’on re­çoit à Per­ros-Gui­rec : ce­lui du pu­blic, bien sûr, et aus­si ce­lui des or­ga­ni­sa­teurs. Ces der­niers s’éver­tuent à bien vous re­ce­voir avec des dé­gus­ta­tions d’huîtres, des tours en ba­teau… Des at­ten­tions qui prouvent qu’ils sont ra­vis de nous re­ce­voir… Je suis très fier d’être l’in­vi­té d’hon­neur, d’au­tant que je vais inau­gu­rer la nou­velle équipe d’or­ga­ni­sa­teurs ».

« Un mé­tier pas­sion »

Âgé de 74 ans, ce­lui qui joue au ten­nis une fois par se­maine n’est pas près de ranger dé­fi­ni­ti­ve­ment ses crayons. « J’es­père des­si­ner jus­qu’à la fin de mes jours, pré­vient-il. Tant que la san­té est là, il n’y a au­cune rai­son de s’ar­rê­ter. J’ai en­core plein d’idées et de pro­jets. J’ai la chance de faire un mé­tier où j’éprouve tou­jours du plai­sir en al­lant au tra­vail. Ce n’est pas un mé­tier pu­ni­tion, mais un mé­tier pas­sion ».

Da­ny, in­vi­té d’hon­neur du fes­ti­val de bande des­si­née de Per­ros-Gui­rec, les 13 et 14 avril. Le 12 avril, à 13 h, il dé­di­cae­ra à la li­brai­rie Dia­logues, à Mor­laix (29).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.