Un 117e Pa­ris-Rou­baix plus ouvert que ja­mais

Le Télégramme - Quimper - - LA UNE -

Les chutes, les cre­vai­sons, la bru­ta­li­té des 54,5 km de pa­vés… La course cy­cliste Pa­ris-Rou­baix exerce tou­jours une in­com­pa­rable fas­ci­na­tion sur les cou­reurs et le pu­blic. Et la 117e édi­tion qui s’élance ce di­manche de Com­piègne ne de­vrait pas dé­ro­ger à la règle, d’au­tant que, cette an­née, au­cun grand fa­vo­ri ne se dé­gage.

Le re­la­tif ef­fa­ce­ment du te­nant du titre, le Slo­vaque Peter Sa­gan et les dif­fi­cul­tés de l’équipe De­ceu­ninck à conclure cette sai­son dans les clas­siques du Nord, font du 117e Pa­ris-Rou­baix une édi­tion plus ou­verte que ja­mais. «Pour la pre­mière fois, nous ne se­rons pas fa­vo­ris», a es­ti­mé en dé­but de se­maine Pa­trick Le­fe­vere, le pa­tron de l’équipe De­ceu­ninck qui a été échau­dé, il est vrai, ces der­nières an­nées. Si son équipe est tou­jours pré­sente sur le po­dium de­puis 2012, elle ne compte que deux vic­toires de­puis cette date (Boo­nen en 2012, Terps­tra en 2014). Do­mi­na­trice à l’en­tame des clas­siques, la for­ma­tion belge a ca­lé dans Gand-We­vel­gem et sur­tout au Tour des Flandres. Elle dis­pose du col­lec­tif le plus im­pres­sion­nant mais peine à trou­ver son fi­nis­seur. Le Tchèque Zde­nek Sty­bar (2e à Rou­baix les an­nées im­paires, 2015 et 2017) peut-il être ce bu­teur ?

En at­ten­dant Van der Poel

L’ab­sence de grand fa­vo­ri -en at­ten­dant le pro­dige néer­lan­dais Ma­thieu van der Poel qui a re­por­té ses dé­buts­peut in­ci­ter à la prise de risques. Comme Sa­gan, De­gen­kolb ou même Van Aver­maet, le Nor­vé­gien Alexan­der Kris­toff et le Belge Oli­ver Nae­sen ont les moyens d’at­tendre un sprint en pe­tit co­mi­té. D’autres (Van Aert, Po­litt, van Baarle, Rowe, Be­noot, voire Stuy­ven) doivent choisir une autre tac­tique.

Bien que le vent de face pré­vu puisse contra­rier leurs in­ten­tions et fa­vo­ri­ser une course blo­quée, les at­ta­quants sont at­ten­dus, mieux qu’es­pé­rés, dans une course sou­vent ha­le­tante, tou­jours épui­sante.

Fran­çais : Dé­mare, Gau­din, Pe­tit...

A l’exemple du Tour des Flandres ga­gné di­manche der­nier par l’Ita­lien Al­ber­to Bet­tiol (ab­sent cette fois), la «reine des clas­siques» pour­rait ce­pen­dant se don­ner à un coureur de moindre no­to­rié­té ou ré­com­pen­ser un fi­dèle, comme il lui ar­rive par­fois de le faire (Ma­thew Hay­man en 2016). Dans ce re­gistre fi­gurent deux co­équi­piers de Bet­tiol, le Néer­lan­dais Se­bas­tian Lan­ge­veld et le Belge Sep Van­marcke (Edu­ca­tion First), qui sont dé­jà mon­tés sur le po­dium à Rou­baix.

Dans ce contexte a prio­ri plus ouvert qu’à l’ha­bi­tude, les cou­reurs fran­çais au­raient tort de ne pas croire en la pos­si­bi­li­té d’un ex­ploit. Trois d’entre eux se dé­tachent à l’heure des pro­nos­tics, au pre­mier rang des­quels, le Pi­card Ar­naud Dé­mare (Grou­pa­ma - FDJ), sixième en 2017. Ega­le­ment at­ten­dus, les deux cou­reurs de To­tal - Di­rect Ener­gie, Da­mien Gau­din (5e en 2013) et Adrien Pe­tit, au­teur de deux top 10 en 2016 et 2017.

Pho­to DR

Peter Sa­gan est dis­cret de­puis plu­sieurs se­maines. Ce­pen­dant, il fe­ra aus­si par­tie des fa­vo­ris sur cette édi­tion 2019.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.