Vente de Ra­fale à l’Inde. La France a ef­fa­cé la dette fis­cale d’un proche de Mo­di

Le Télégramme - Quimper - - FRANCE -

En 2015, la France a an­nu­lé un re­dres­se­ment fis­cal d’un mon­tant glo­bal de 143,7 mil­lions d’eu­ros, pour­tant ré­cla­mé de­puis des an­nées, en fa­veur d’une en­tre­prise française ap­par­te­nant au groupe Re­liance Com­mu­ni­ca­tions, de l’homme d’af­faires in­dien Anil Am­ba­ni, un proche du Pre­mier mi­nistre in­dien Na­ren­dra Mo­di. Ces ré­vé­la­tions du quo­ti­dien fran­çais Le Monde, lar­ge­ment re­prises par la presse in­dienne, in­ter­viennent au mo­ment où l’Inde a com­men­cé à vo­ter pour des élec­tions lé­gis­la­tives qui dé­ci­de­ront du sort du Pre­mier mi­nistre sor­tant.

Le groupe Re­liance a dé­men­ti « tout fa­vo­ri­tisme et bé­né­fice » et confir­mé que le conten­tieux fis­cal s’était réglé par un ac­cord « dans le cadre lé­gal ac­ces­sible à toutes les en­tre­prises opé­rant en France » por­tant sur le rè­gle­ment de 520 mil­lions de rou­pies (7,2 mil­lions d’eu­ros). Le rè­gle­ment du conten­tieux s’est fait « dans le plein res­pect du cadre lé­gal et ré­gle­men­taire » et sans « au­cune in­ter­fé­rence po­li­tique », se­lon l’am­bas­sade de France à New Del­hi.

L’en­tre­prise française Re­liance Flag At­lan­tic France, dé­te­nue par Anil Am­ba­ni, connais­sait à l’époque des faits « de gros sou­cis fi­nan­ciers » et sa sol­va­bi­li­té était mise en pé­ril par une im­por­tante dette fis­cale, se­lon le jour­nal. Le li­tige a été réglé entre fé­vrier et oc­tobre 2015, au mo­ment même où l’Inde et la France né­go­ciaient la vente des trente-six avions de com­bat, re­lève le quo­ti­dien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.