Re­liques, orgue, ro­saces : ces trésors qui ont pu être sau­vés

Le Télégramme - Quimper - - LE FAIT DU JOUR -

Notre-Dame de Pa­ris ren­ferme des re­liques vé­né­rées par les ca­tho­liques et de nom­breuses oeuvres d’art. Des pièces in­es­ti­mables de son tré­sor li­tur­gique, pro­gres­si­ve­ment re­cons­ti­tué après avoir été pillé pen­dant la Ré­vo­lu­tion fran­çaise, ont pu être sau­vées des flammes et mises à l’abri.

Les re­liques.

« Les col­la­bo­ra­teurs de Notre-Dame, les ar­chi­tectes des bâ­ti­ments de France, les per­son­nels du mi­nis­tère de la Culture se sont mo­bi­li­sés pour orien­ter les sa­peurs pom­piers afin de leur dé­si­gner les oeuvres qu’il fal­lait à tout prix sau­ver », a ex­pli­qué, mar­di ma­tin, le se­cré­taire d’État à l’In­té­rieur, Laurent Nuñez, sur RTL. La Sainte Cou­ronne, la plus pré­cieuse re­lique conser­vée à Notre-Dame, a pu être sau­vée. Po­sée, se­lon la croyance des ca­tho­liques, sur la tête de Jé­sus peu avant sa cru­ci­fixion, elle se com­pose d’un « cercle de joncs réunis en fais­ceaux et re­te­nus par des fils d’or, d’un dia­mètre de 21 cen­ti­mètres, sur le­quel se trou­vaient les épines », se­lon le site de la ca­thé­drale. Avec elle, un mor­ceau de la croix du Ch­rist et un clou de la cru­ci­fixion ont pu être mis à l’abri à l’Hô­tel de ville de Pa­ris, en at­ten­dant d’être trans­fé­rés au Louvre. De même que la tu­nique de saint Louis, celle que le roi de France por­tait à l’ar­ri­vée de la cou­ronne d’épi­nes­dans la ca­pi­tale, en 1239.

Par ailleurs, l’es­poir a res­sur­gi, concer­nant trois re­liques (une par­celle de la Sainte Cou­ronne d’épines, une re­lique de saint De­nis et une de sainte Ge­ne­viève) ni­chées dans le coq sur­mon­tant la flèche qui s’est ef­fon­drée : ce coq a, en ef­fet, été re­trou­vé mar­di, a in­di­qué le mi­nis­tère de la Culture.

Les tableaux.

« Les grandes pein­tures de Notre-Dame de Pa­ris n’ont pas su­bi de dom­mages liés à l’in­cen­die, mais plu­tôt aux fu­mées », a an­non­cé le mi­nistre de la Culture, Franck Ries­ter. Ce­lui-ci a pré­ci­sé qu’elles « pour­ront être re­ti­rées, vrai­sem­bla­ble­ment à par­tir de ven­dre­di », pour être trans­por­tées en sé­cu­ri­té dans les ré­serves du Louvre, « où elles se­ront déshu­mi­di­fiées et res­tau­rées ».

Les ro­saces.

Les grandes Roses de l’édi­fice n’ont « ap­pa­rem­ment pas su­bi de dom­mages ca­tas­tro­phiques », a pour­sui­vi le mi­nistre. Ces trois ro­saces, vi­traux qui re­pré­sentent les fleurs du pa­ra­dis, ont été construites au XIIIe siècle, puis ré­no­vées à plu­sieurs re­prises. Elles pré­sentent res­pec­ti­ve­ment, en leur centre, la Vierge, l’En­fant-Jé­sus et le Ch­rist. Les ro­saces nord et sud, les deux plus grandes, font 13 mètres de dia­mètre.

Le grand orgue.

Par­mi les trois orgues de Notre-Dame, le grand orgue, le plus re­mar­quable avec ses cinq cla­viers, ses 109 jeux et ses près de 8 000 tuyaux, n’a pas brû­lé. Tou­te­fois, si le buf­fet de cet ins­tru­ment, construit à par­tir du XVe siècle et qui a conti­nué à s’étof­fer jus­qu’au XVIIIe siècle, semble in­tact, le mo­nu­ment a pu souf­frir à l’in­té­rieur, no­tam­ment si de l’eau, de la suie ou de la pous­sière a pé­né­tré dans ses tuyaux ou ses souf­flets. Et rien ne dit qu’il ne fau­dra pas le dé­po­ser, si la struc­ture de l’édi­fice me­nace.

Les sculp­tures.

Les douze apôtres et quatre évan­gé­listes mo­nu­men­taux qui or­naient le toit de Notre-Dame ont échap­pé au si­nistre de jus­tesse. Les 16 sta­tues de cuivre avaient été dé­cro­chées de la flèche de la ca­thé­drale jeu­di der­nier, et en­voyées à res­tau­rer près de Pé­ri­gueux (Dor­dogne). Le coq re­li­quaire du som­met de la flèche a, lui, fon­du avant de pou­voir prendre le même che­min.

Pho­to AFP

Pa­trick Pa­lem, ex­pert en res­tau­ra­tion du pa­tri­moine, tient la tête d’une sta­tue re­pré­sen­tant l’ar­chi­tecte Eu­gène Viollet-le-Duc dans le rôle de saint Tho­mas : l’une des 16 oeuvres en­le­vées, jeu­di der­nier, de Notre-Dame pour être res­tau­rées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.