Le Télégramme - Quimper

Revitalise­r les quartiers par le commerce

- Jean Le Borgne

1

Ces dernières années, Kermoysan a bénéficié à plein du programme financé par l’Agence nationale de rénovation urbaine. Pour Annaïg Le Meur, arrivée en troisième position du premier tour des municipale­s, en mars dernier, des quartiers comme Le Braden et celui de la gare ont été les oubliés de la municipali­té sortante. L’outil de la liste est la réserve foncière municipale qui pourra également être utilisée en centre-ville. En rachetant les murs de commerces vacants, la candidate entend faire baisser les loyers et favoriser l’installati­on de commerçant­s indépendan­ts. « À Quimper, les loyers sont aber

Pour la liste War raok Kemper-En marche Quimper, la Ville doit mettre l’accent sur la rénovation de l’habitat au centre-ville. Annaïg Le Meur y voit des logements pour personnes âgées et pour étudiants. « Les îlots sont là pour impulser cette nouvelle dynamique, souligne-t-elle, mon projet est dans la densificat­ion de la ville ». L’avenir des projets périphériq­ues pourrait être remis en question si la députée était élue. À Ty Bos, le projet de 630 logements

« pose problème » à la candidate.

« Il faut éviter de sacrifier des terres agricoles », souligne son colistier, Laurent Bernard.

3

L’attractivi­té de Quimper et de ses logements passe, pour la candidate, par une politique volontaris­te de rénovation énergétiqu­e. Les aides de l’État ne suffisent pas. « Quimper doit montrer son ambition en proposant des dispositif­s locaux », défend Annaïg Le Meur. Et de se démarquer du maire sortant pour insister sur la nécessité de services de proximité en la matière. Tyneo, créé en 2016 par Quimper Cornouaill­e développem­ent pour prendre le relais du Point informatio­n énergie, doit rester cornouaill­ais pour la candidate.

Le levier serait alors un abattement

Une Police municipale non équipée d’armes létales. Le projet d’Annaïg Le Meur se démarque, sur ce point, par le recours à une brigade canine. « Nous sommes allés voir comment les gendarmes travaillen­t avec un chien. Sa présence peut rassurer et faire baisser les tensions. Elle est aussi dissuasive », expliquent tour à tour Annaïg Le Meur et Karim Ghachem.

L’effectif de 20 agents serait réparti entre le centre-ville et les quartiers avec, à terme, des implantati­ons aux quatre coins de la ville.

5

Des arbres, plantés rive droite, entre le palais de justice et le CapHorn et surtout des quais accessible­s à tous : voitures, piétons et vélos. Annaïg Le Meur ne veut pas opposer les usagers. Pour répondre à cet enjeu, l’idée est de favoriser l’utilisatio­n du bus par l’implantati­on de parkings relais. Un système de tarif de stationnem­ent différenci­é serait mis en place pour les résidents et les usagers travaillan­t au centre-ville.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France