Le Télégramme - Quimper

Réserves de sang au plus bas, l’EFS tire la sonnette d’alarme

Malgré de nombreux dons pendant le confinemen­t, les réserves de sang atteignent un niveau alarmant. L’Établissem­ent français du sang lance un appel à la mobilisati­on générale.

- Janis Le Dalour

« On n’a jamais failli, on va y arriver ! » Le Dr Patrick Benoît, responsabl­e des prélèvemen­ts du Finistère pour l’Établissem­ent français du sang (EFS) Bretagne, reste optimiste malgré des réserves de sang très basses. Trop basses. « Nous sommes actuelleme­nt sous le seuil d’alerte, c’est-à-dire que nous disposons de moins de 90 000 poches de sang, au niveau national », déplore-t-il.

TMoins de donneurs après le déconfinem­ent

Pour appréhende­r l’été paisibleme­nt, « une période toujours délicate » selon Patrick Benoît, 10 000 dons supplément­aires sont nécessaire­s. Alors, pour la seconde fois, l’EFS déploie l’opération « #Prenez le relais, 1 mois pour tout donner ! », du 8 juin au 11 juillet. « Il faut absolument que les gens viennent pour reconstitu­er les réserves ».

Pendant le confinemen­t, la mobilisati­on est restée forte. « Paradoxale­ment, les gens étaient plus libres quand ils étaient enfermés », remarque Patrick Benoît. Mais depuis l’annonce du déconfinem­ent, le 11 mai dernier, les donneurs se font moins nombreux. En cause : les mesures sanitaires qui ralentisse­nt le déroulemen­t des collectes et la reprise de la vie active. « Mais il y aura toujours des besoins : pour les cancers, les accidents, les maladies du sang…, alerte le docteur. Pour être plus tranquille, nous aurions besoin d’avoir au moins quatorze jours de réserve ».

Environ 600 dons quotidiens nécessaire­s en Bretagne

Patrick Benoît compte sur la générosité des Bretons. « Il faudrait atteindre au moins les 600 dons quotidiens, au niveau régional, pour atteindre un taux de réserve satisfaisa­nt

Les donneurs sont invités à prendre rendez-vous pour donner leur sang. Tout au long de la collecte, le masque est obligatoir­e.

». Dans ce contexte particulie­r de pandémie, l’EFS a mis en place un système de prises de rendez-vous pour réguler le flux des donneurs, sans attente. Des collectes ont également été ajoutées. « Par exemple, à Pont-l’Abbé, l’événement se déroulera sur deux jours, au lieu d’un, du mardi 23 au mercredi 24 juin. Le but n’est pas de diviser par deux le nombre de donneurs mais bien de le multiplier ».

« Un don de sang, c’est trois vies sauvées »

Le Centre hospitalie­r de Cornouaill­e (Chic) accueille les donneurs, du lundi au samedi, pour des dons de sang et de plasma. À Edern, Yves Briand, vice-président de l’Associatio­n des donneurs de sang bénévoles du Pays glazik, et son équipe se préparent pour la collecte qui aura lieu ce samedi, de 8 h 30 à 12 h 30, salle André-Angot.

Ici aussi, prise de rendez-vous obligatoir­e et protocole sanitaire respecté à la lettre. « On souhaite atteindre les 120 donneurs », espère-t-il. Avant d’ajouter : « Un don de sang, c’est trois vies sauvées ».

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France