Le Télégramme - Quimper

Une Fête de la musique sans musique ?

Alors que le soleil se couchera à 22 h 20 samedi, les Bigoudens n’auront pas d’autre choix que celui d’aller au lit. Cette année, Covid oblige, les concerts ne feront pas vibrer les rues de Pontl’Abbé pour la Fête de la musique.

- Lannig Stervinou

D’habitude, lors du week-end du solstice d’été, le centre-ville de Pont-l’Abbé résonne de musique et de cris d’enfants. Historique­ment, c’est à cette date que se tient la fête des écoles qui fait défiler les bambins déguisés dans les rues, que les bars et restaurant­s étendent leurs terrasses pour permettre à de nombreux groupes de musique de venir s’y produire dans une ambiance familiale. Alors que sa terrasse ne désemplit pas, en ce jeudi midi, jour de marché, Franck Loussouarn, le patron du Marigny a le regard dur de ceux qui ont une dent contre quelque chose. « Les gens n’ont pas envie de faire venir un groupe pour la Fête de la musique car ils ont peur des représaill­es, d’une fermeture administra­tive. On a l’impression d’être les pestiférés, nous les bistrotier­s », explique-t-il d’un ton saccadé, détaillant ainsi les difficulté­s qu’ils rencontren­t tous à faire respecter le protocole sanitaire auprès de leurs clients. « Monsieur le président va parler le 22, soi-disant. Mais pourquoi il ne parle pas le 20 ? Et encore, ça serait trop tard pour nous permet

tre de nous organiser, comme d’habitude ! », dit-il.

Aurélie Furic, au Longchamp, est dans le même état d’esprit, mais garde le sourire. « Comment faire pour respecter le protocole lors d’un concert ? Les gens sont debout. Ils vont et viennent au bar. On ne peut pas passer notre temps derrière le dos de nos clients à les fliquer. Tous les ans, on avait le droit à une rue bloquée, un concert dehors. L’an dernier, celui de Barrica Pirata était génial, on avait mis le feu à la grand-rue ! », se souvient-elle.

Le maire, Stéphane Le Doaré, n’a pas d’autre solution que de se plier aux instructio­ns préfectora­les. Il confirme n’avoir reçu aucune demande concernant l’organisati­on de concerts « sachant que le regroupeme­nt de plus de dix personnes sur la voie publique n’est pas autorisé ». Virginie Rayon a rouvert son établissem­ent, l’Aventure Kfé, le week-end dernier et « tout s’est bien passé ». Mais pour la Fête de la musique, elle reste dubitative. « Ce n’est pas qu’on ne veut pas faire quelque chose, mais

c’est compliqué. Il va être bien triste l’été cette année si ça continue comme ça », s’inquiète-t-elle.

Nickel des pieds à Loctudy

Éric Robins, le chef de L’Esprit de famille, a l’habitude de proposer de la musique live à ses clients. « On ne sait pas si on va pouvoir faire des concerts cet été, en tout cas, pour la Fête de la musique il n’y en aura pas », déplore-t-il. Sophie Petit, propriétai­re de La Mer à boire sur le port de plaisance de Loctudy a tout fait pour que le groupe très 80’s Nickel des pieds s’y produise en concert dimanche à 17 h. « J’ai appelé ça animation musicale, en raison des normes mais, en fait, c’est un concert traditionn­el clavier-guitare-batterie ». Il faut dire que le lieu a l’avantage de l’espace et peut accueillir jusqu’à 100 couverts sur sa terrasse, en respectant les distances de sécurité. En revanche, il est impératif de réserver. À noter : toutes les initiative­s individuel­les des musiciens amateurs à leurs fenêtres seront les bienvenues.

 ??  ?? Franck Loussouarn est, depuis 19 ans, le patron du Marigny, place Gambetta.
Franck Loussouarn est, depuis 19 ans, le patron du Marigny, place Gambetta.

Newspapers in French

Newspapers from France