CRISES DES MI­GRANTS : LA MISE EN GARDE DE MONTI

Les Echos - - LA UNE - Pau­line Houé­dé @Pau­li­ne_H — A Ber­lin

Dans une in­ter­view aux « Echos », l’an­cien pré­sident du Conseil ita­lien, Ma­rio Monti, pré­vient qu’il ne faut pas jouer avec le feu avec le na­tio­na­lisme.

● Le mi­nistre conser­va­teur de l’In­té­rieur veut dur­cir la po­li­tique mi­gra­toire al­le­mande.

● An­ge­la Mer­kel pri­vi­lé­gie une so­lu­tion eu­ro­péenne.

Le bras de fer au­quel se livrent de­puis quelques jours les for­ma­tions chré­tiennes-dé­mo­crates CDU et CSU sur la ques­tion mi­gra­toire s’est consi­dé­ra­ble­ment dur­ci jeu­di en Al­le­magne, en­traî­nant une crise ou­verte qui me­nace de faire dé­railler la « grande coa­li­tion » au pou­voir. Une si­tua­tion qui entre en ré­so­nance avec la crise eu­ro­péenne qui gagne sur cette ques­tion. Signe des fortes ten­sions entre la CDU et son tra­di­tion­nel al­lié ba­va­rois CSU, le Bun­des­tag a in­ter­rom­pu jeu­di sa séance pour per­mettre la te­nue de réunions de crise des deux par­tis. Ces der­niers, qui ap­par­tiennent au même groupe par­le­men­taire, se sont réunies de ma­nière sé­pa­rée, un fait ra­ris­sime.

Au coeur du conflit : le « plan di­rec­teur mi­gra­toire » du mi­nistre de l’In­té­rieur et chef de la CSU, Horst See­ho­fer, qui pré­voit no­tam­ment de re­con­duire à la fron­tière les de­man­deurs d’asile dé­jà en­re­gis­trés dans un autre pays de l’Union eu­ro­péenne. Ce plan est re­je­té par la chan­ce­lière, qui pri­vi­lé­gie une so­lu­tion eu­ro­péenne. Celle-ci de­mande du temps à la CSU pour conclure des ac­cords bi­la­té­raux avec ses par­te­naires eu­ro­péens et compte sur le som­met eu­ro­péen des 28 et 29 juin à Bruxelles. Mais la CSU, qui a en ligne de mire les élec­tions au Par­le­ment ré­gio­nal de Ba­vière en oc­tobre où elle risque de perdre sa ma­jo­ri­té ab­so­lue, ne veut pas at­tendre. « Nous de­vons re­prendre en main la si­tua­tion en Al­le­magne », a ex­pli­qué Mar­kus Sö­der, mi­nistre-pré­sident de Ba­vière (CSU). « Nous ne croyons pas pos­sible d’at­teindre en deux se­maines ce qui a été im­pos­sible pen­dant trois ans. »

Vers un vote de confiance ?

De­puis 2015, la CSU s’op­pose bruyam­ment à la po­li­tique d’ac­cueil de la chan­ce­lière, qui avait ou­vert dans l’ur­gence ses fron­tières. L’Al­le­magne avait ac­cueilli près d’un mil­lion de ré­fu­giés cette an­née-là. La for­ma­tion ba­va­roise ren­force la pres­sion sur An­ge­la Mer­kel en si­gna­lant que Horst See­ho­fer, le mi­nistre de l’In­té­rieur, pour­rait im­po­ser son plan contre la vo­lon­té de la chan­ce­lière. Au­cune dé­ci­sion n’a en­core été prise jeu­di à l’is­sue de la réu­nion des dé­pu­tés CSU, dont les di­ri­geants se ren­con­tre­ront lun­di. Un tel scé­na­rio pro­vo­que­rait pro­ba­ble­ment le ren­voi de Horst See­ho­fer du gou­ver­ne­ment et une rupture de la coa­li­tion pé­ni­ble­ment consti­tuée en fé­vrier avec les so­ciaux-dé­mo­crates (SPD) plus de quatre mois après les élec­tions lé­gis­la­tives. Face à l’of­fen­sive de la CSU, An­ge­la Mer­kel a re­çu le sou­tien de la di­rec­tion de la CDU. Et si le dé­pu­té Axel Fi­scher (CDU) a évo­qué dans les co­lonnes du « Bild » la pos­si­bi­li­té d’or­ga­ni­ser un vote de confiance pour tran­cher la ques­tion mi­gra­toire, la ma­jo­ri­té de ses troupes réunies jeu­di se te­naient der­rière la chan­ce­lière, rap­por­tait la presse al­le­mande. ■

Pho­to To­bias Sh­warz/AFP

Le désac­cord entre Horst See­ho­fer et An­ge­la Mer­kel pour­rait me­na­cer la coa­li­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.