Air France-KLM reste ferme face aux me­naces de grève

Anne-Ma­rie Cou­derc donne la prio­ri­té au choix d’un PDG avant le 15 juillet.

Les Echos - - LA UNE - B. T.

IN­TER­VIEW Après quinze jours de flot­te­ment, les di­ri­geants d’Air France ont fi­na­le­ment op­té pour la fer­me­té, face aux me­naces de grève bran­die par l’in­ter­syn­di­cale. Lors d’un co­mi­té cen­tral d’en­tre­prise ex­tra­or­di­naire, jeu­di, la pré­si­dence non exé­cu­tive d’Air France-KLM, Anne-Ma­rie Cou­derc, a ré­af­fir­mé qu’il n’était pas ques­tion de rou­vrir les né­go­cia­tions sa­la­riales avant l’ar­ri­vée d’un nou­veau PDG. La dé­si­gna­tion du fu­tur di­ri­geant d’Air France-KLM pour­rait tou­te­fois in­ter­ve­nir plus vite que pré­vu, avant la mi­juillet, in­dique-t-elle dans une in­ter­view.

Après deux se­maines de ren­contres avec les syn­di­cats, la di­rec­tion d’Air France a fi­na­le­ment op­té pour la fer­me­té. Con­trai­re­ment aux at­tentes de l’in­ter­syn­di­cale, la pré­si­dente non exé­cu­tive d’Air France-KLM, Anne-Ma­rie Cou­derc, n’a an­non­cé au­cun « geste » sur les sa­laires lors du co­mi­té cen­tral d’en­tre­prise ex­tra­or­di­naire qui s’est te­nu jeu­di ma­tin. Anne-Ma­rie Cou­derc a confir­mé qu’il n’était pas ques­tion de rou­vrir des né­go­cia­tions sa­la­riales, avant l’ar­ri­vée du nou­veau PDG, dont la dé­si­gna­tion pour­rait tou­te­fois in­ter­ve­nir plus tôt que pré­vu, si pos­sible dé­but juillet.

La pré­si­dente par in­té­rim d’Air France-KLM, qui avait pro­mis des « ac­tions concrètes » pour faire face au ma­laise ex­pri­mé par le vote des sa­la­riés, a seule­ment an­non­cé le lan­ce­ment d’une « dé­marche d’ex­pres­sion » des sa­la­riés, ain­si que des « me­sures im­mé­diates pour amé­lio­rer le quo­ti­dien des sa­la­riés ».

De quoi dou­cher les es­poirs des syn­di­cats qui comp­taient sur le re­jet du pro­jet d’ac­cord sa­la­rial par une ma­jo­ri­té de sa­la­riés et la pour­suite de la mo­bi­li­sa­tion, avec un nou­veau pré­avis de grève du 23 au 26 juin, pour ar­ra­cher de nou­velles conces­sions. En dé­but de se­maine der­nière, la di­rec­tion d’Air France avait pour­tant elle-même évo­qué en in­terne la pos­si­bi­li­té d’une hausse de sa­laires de 3,65 % sur les douze pro­chains mois : les 2 % pré­vus pour 2018 dans le pro­jet d’ac­cord, plus les 1,65 % pré­vus pour 2019 qui au­raient été ver­sés en tout dé­but d’an­née.

Las­si­tude du conflit

L’an­nonce d’un nou­veau pré­avis de grève sur un pre­mier week-end de grands dé­parts, avant même de connaître les annonces de la di­rec­tion, a ap­pa­rem­ment convain­cu le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion d’Air France-KLM, réuni mer­cre­di, de ne rien cé­der, par crainte d’en­cou­ra­ger les « durs » à pour­suivre l’épreuve de force.

Les ad­mi­nis­tra­teurs et les di­ri­geants d’Air France-KLM font le pa­ri que l’ap­pel à la grève se­ra très peu sui­vi. La der­nière grève des 7 et 8 mai der­niers s’était dé­jà tra­duite par une chute de la mo­bi­li­sa­tion, y com­pris chez les pi­lotes, avec moins de 9 % de gré­vistes. Et plu­sieurs ini­tia­tives lan­cées par des op­po­sants à la grève, dont une pé­ti­tion en ligne, tra­duisent une las­si­tude du conflit.

L’ob­jec­tif af­fi­ché d’ar­rê­ter le choix du nou­veau PDG dès le dé­but du mois pro­chain pour­rait éga­le­ment in­ci­ter les syn­di­cats à pa­tien­ter jus­qu’à l’ar­ri­vée du nou­veau pa­tron. Con­trai­re­ment à l’ac­tuelle di­rec­tion col­lé­giale, ce der­nier dis­po­se­ra pro­ba­ble­ment de la marge de ma­noeuvre né­ces­saire pour rou­vrir les né­go­cia­tions et éven­tuel­le­ment lâ­cher un peu de lest. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.