Le FMI lance un aver­tis­se­ment à Trump sur son laxisme bud­gé­taire

Les Echos - - MONDE - Ni­co­las Rau­line @nrau­line —Bu­reau de New York

Le Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal sou­ligne le dy­na­misme de l’éco­no­mie amé­ri­caine.

Mais il s’in­quiète des dé­fi­cits pu­blics et de sa po­li­tique com­mer­ciale.

« Car­ton jaune » pour Wa­shing­ton. Le FMI a lan­cé un aver­tis­se­ment à la po­li­tique de Do­nald Trump dans son rap­port 2018 sur l’état de l’éco­no­mie amé­ri­caine. Pour l’ins­ti­tu­tion in­ter­na­tio­nale, les voyants sont certes au vert, au­jourd’hui. Avec un taux de chô­mage au plus bas (3,9 %) de­puis les an­nées 1960 et une crois­sance sou­te­nue, por­tée par la ré­forme fis­cale vo­tée fin 2017, l’éco­no­mie amé­ri­caine se porte bien.

Le su­jet d’in­quié­tude de ces der­niers mois est, en outre, en passe d’être dis­si­pé : l’in­fla­tion de­vrait se rap­pro­cher, voire lé­gè­re­ment dé­pas­ser, d’ici à la fin de l’an­née, l’ob­jec­tif des 2 %. Les sa­laires ont eux aus­si com­men­cé à se re­dres­ser.

Mais le FMI s’in­quiète de l’en­vo­lée du dé­fi­cit pu­blic et de ses ef­fets à moyen terme. Il sou­ligne qu’avec la ré­forme fis­cale – dont les consé­quences sont ju­gées mo­destes – et la re­lance des dé­penses, le dé­fi­cit fé­dé­ral va at­teindre 4,5 % du PIB en 2019. C’est le double de son ni­veau d’il y a trois ans. Une po­li­tique pro­cy­clique rare aux Etats-Unis et « ja­mais vue de­puis l’ad­mi­nis­tra­tion John­son, dans les an­nées 1960 », ex­plique le rap­port.

Ga­gner en ef­fi­ca­ci­té

Le ni­veau de la dette amé­ri­caine de­vrait ain­si conti­nuer à grim­per, à plus de 90 % du PIB en 2024. Le FMI s’alarme aus­si des risques d’in­fla­tion sur­prise, qui pour­raient conduire la Fed à bou­ger ra­pi­de­ment (il ap­pelle tou­te­fois la banque cen­trale à aug­men­ter ses taux plus vite que pré­vu) et à créer plus de vo­la­ti­li­té sur les mar­chés. Des risques qui pour­raient bien s’ex­por­ter. « Nous com­men­çons à voir des ef­fets né­ga­tifs sur les mar­chés émer­gents », a ex­pli­qué la di­rec­trice du FMI, Ch­ris­tine Lagarde, au cours d’une confé­rence de presse.

« Nous com­men­çons à voir des ef­fets né­ga­tifs sur les mar­chés émer­gents. » CH­RIS­TINE LAGARDE Di­rec­trice du FMI

Le dé­fi­cit bud­gé­taire pour­rait, en outre, em­pê­cher les Etats-Unis de me­ner à bien cer­taines ré­formes et d’in­ves­tir sur ses in­fra­struc­tures. Or, ce plan, pré­vu pour sou­te­nir no­tam­ment le trans­port rou­tier ou les aé­ro­ports, est né­ces­saire, sou­ligne le FMI, qui ap­pelle à mettre en oeuvre cer­taines me­sures.

Le Fonds re­com­mande par exemple de ré­for­mer la sé­cu­ri­té so­ciale, de conte­nir les dé­penses de san­té, no­tam­ment en adop­tant des tech­no­lo­gies per­met­tant de ga­gner en ef­fi­ca­ci­té, de re­lan­cer ses in­ves­tis­se­ments sur l’édu­ca­tion ou en­core d’aug­men­ter les re­cettes fé­dé­rales, via une taxe car­bone ou une hausse des taxes sur l’es­sence.

Le FMI s’in­quiète en­fin de la po­li­tique com­mer­ciale amé­ri­caine. S’il sou­ligne que l’Amé­rique reste une « éco­no­mie ou­verte », il ré­af­firme son at­ta­che­ment à une baisse des bar­rières doua­nières. « La taille, la di­ver­si­té et le dy­na­misme de l’éco­no­mie amé­ri­caine la mettent dans une bonne po­si­tion pour bé­né­fi­cier du libre com­merce », in­dique le rap­port, qui ajoute que Wa­shing­ton de­vrait se fo­ca­li­ser sur un ac­com­pa­gne­ment des tra­vailleurs tou­chés par les consé­quences du libre com­merce, plu­tôt que de se lan­cer dans une guerre com­mer­ciale né­faste et vaine. ■

Pho­to An­drew Ca­bal­le­ro-Rey­nolds/AFP

La di­rec­trice du Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal, Ch­ris­tine Lagarde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.