Le Par­le­ment ita­lien ap­pe­lé à re­je­ter le Ce­ta

Les Echos - - MONDE - Richard Hiault @RHIAULT

Le mi­nistre de l’Agri­cul­ture ita­lien a ap­pe­lé les élus ita­liens à ne pas ra­ti­fier l’ac­cord de libre-échange entre l’Union eu­ro­péenne et le Ca­na­da.

Après la Wallonie en oc­tobre 2016, c’est l’Ita­lie qui me­nace l’ac­cord de libre-échange entre l’Union eu­ro­péenne et le Ca­na­da (Ce­ta). In­ter­viewé par « La Stam­pa », le mi­nistre ita­lien de l’Agri­cul­ture, Gian Mar­co Cen­ti­naio, a in­di­qué qu’il se­ra de­man­dé « au Par­le­ment de ne pas ra­ti­fier ce trai­té et d’autres si­mi­laires au Ce­ta. Tout ce­ci est pré­vu dans le contrat de gou­ver­ne­ment ». « Nous ne ra­ti­fie­rons pas l’ac­cord de li­breé­change avec le Ca­na­da parce qu’il ne pro­tège qu’une pe­tite par­tie de nos AOP (ap­pel­la­tions d’ori­gine pro­té­gée) et de nos IGP (in­di­ca­tions géo­gra­phiques pro­té­gées) », a-t-il ex­pli­qué.

A ses yeux, il ne s’agit pas seule­ment d’une po­si­tion des sou­ve­rai­nistes de la Ligue, mais les doutes sur cet ac­cord sont com­muns à de nom­breux col­lègues eu­ro­péens, ajoute en­core le mi­nistre, membre de la Ligue de Mat­teo Sal­vi­ni. In­ter­ro­gé sur le su­jet, le porte-pa­role de la Com­mis­sion eu­ro­péenne a seule­ment in­di­qué qu’il y avait tou­jours des dis­cus­sions sur la po­li­tique com­mer­ciale eu­ro­péenne et que la Com­mis­sion conti­nue de tra­vailler avec les dif­fé­rents gou­ver­ne­ments eu­ro­péens pour ex­pli­quer les bien­faits de ces ac­cords com­mer­ciaux mu­tuel­le­ment bé­né­fiques.

Dans les faits, le Ce­ta n’est pas to­ta­le­ment en­ter­ré. Son ap­pli­ca­tion pro­vi­soire, de­puis le mois de sep­tembre der­nier, n’est pas re­mise en ques­tion tant que le Conseil n’a pas été for­mel­le­ment no­ti­fié par le gou­ver­ne­ment ita­lien que ce der­nier re­jette l’ac­cord. Les pro­chains jours fe­ront l’ob­jet d’in­tenses dis­cus­sions avant la te­nue, le 25 juin, d’un Conseil des af­faires étran­gères et, les 28 et 29 juin du Conseil des chefs d’Etat et de gou­ver­ne­ment eu­ro­péens.

A Bruxelles, on s’étonne d’au­tant plus que les ar­gu­ments avan­cés par le mi­nistre sont in­com­pré­hen­sibles. Grâce au Ce­ta, le Ca­na­da a re­con­nu 40 IGP ita­liennes et conclu un com­pro­mis concer­nant l’uti­li­sa­tion, par des pro­duc­teurs ca­na­diens, de sept autres ap­pel­la­tions, no­tam­ment Par­me­san, Gor­gon­zo­la et Jam­bon de Parme. Le re­jet du Ce­ta n’abou­ti­ra qu’à un re­tour à la case dé­part avec au­cune IGP pro­té­gée.

Ot­ta­wa reste confiant

La mi­nistre ca­na­dienne des Af­faires étran­gères, Ch­rys­tia Free­land, a sou­li­gné que le gou­ver­ne­ment ca­na­dien avait « eu de bonnes dis­cus­sions sur le Ce­ta avec le chef du gou­ver­ne­ment ita­lien (Giu­seppe) Conte à Char­le­voix », lors du som­met du G7 le week-end der­nier, « et nous sommes im­pa­tients de pour­suivre cette dis­cus­sion ». Elle a dit res­ter « confiante d’avoir une pleine ra­ti­fi­ca­tion en fin de compte », après celle de l’Au­triche, mer­cre­di.

Une ra­ti­fi­ca­tion sa­luée par la com­mis­saire eu­ro­péenne au Com­merce, Cecilia Malm­ström. Se­lon elle, les ex­por­ta­tions au­tri­chiennes vers le Ca­na­da ont pro­gres­sé de plus de 24 % de­puis l’en­trée en vi­gueur de l’ac­cord. L’Au­triche est le dou­zième Etat membre de l’Union eu­ro­péenne après la Croa­tie, la Ré­pu­blique tchèque, le Da­ne­mark, la Suède, la Fin­lande, Malte, l’Es­pagne, le Por­tu­gal et les trois pays Baltes, à avoir ra­ti­fié l’ac­cord. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.