SNCF, la chute d’une icône pu­blique

Pannes, désor­ga­ni­sa­tion, grèves : le lien entre les Fran­çais et la SNCF s’est dis­ten­du. Ju­lie Pi­chot et Fré­dé­ric Brillet ana­lysent les causes d’un désa­mour.

Les Echos - - IDÉES & DÉBATS - Par Da­niel For­tin

La SNCF, en­core elle. De­puis près d’un an, les pannes à ré­pé­ti­tion dans les gares pa­ri­siennes puis la grève dé­mar­rée en avril contre la ré­forme fer­ro­viaire ont trans­for­mé l’icône du ser­vice pu­blic en triste hé­roïne d’un feuille­ton qua­si quo­ti­dien. Cha­cun s’ef­force de dé­ce­ler dans les rouages d’une en­tre­prise ten­ta­cu­laire ce qui a pré­ci­pi­té la crise qu’elle tra­verse, en par­ti­cu­lier – ce qui est nou­veau – la dé­fiance qu’elle ins­pire au­près d’usa­gers qui, jus­qu’ici, lui conser­vaient une étrange in­dul­gence. Dans ce livre, Ju­lie Pi­chot et Fré­dé­ric Brillet re­viennent sur les causes de cette chute. Au-de­là de l’écume d’un conflit dont ils re­tracent la ge­nèse, ils mettent en lu­mière des maux in­ternes, peu abor­dés dans la pé­riode que nous ve­nons de vivre. Extraits.

SÉ­CU­RI­TÉ PER­DUE « A force d’es­pa­cer les opé­ra­tions d’entretien des voies et de dé­ca­ler à de­main des tra­vaux [...], la sé­cu­ri­té se dé­gra­de­rait donc dans plu­sieurs ré­gions de France. En 2014, un rap­port As­no [au­dit de sé­cu­ri­té na­tio­nal opé­ra­tion­nel] ré­vé­lait que l’une des zones les plus tou­chées était la ré­gion Pro­vence-Alpes-Côte d’Azur : les ex­perts de la SNCF eux-mêmes évo­quaient dé­jà des “risques de dé­raille­ment et de col­li­sion”. »

CAN­CER DE LA FRAUDE « Pre­mière vic­time de la fraude dans les trans­ports, la SNCF de­vrait être le pre­mier bé­né­fi­ciaire de la loi Sa­va­ry. Adop­té en mars 2016, le texte a dur­ci les sanctions à l’en­contre des res­quilleurs ré­ci­di­vistes. Sur­tout, il pré­voyait que la SNCF et la RATP puissent ac­cé­der aux fi­chiers des ser­vices du fisc et de la Sé­cu­ri­té so­ciale afin de vé­ri­fier les in­for­ma­tions don­nées par les frau­deurs : trop sou­vent, jus­qu’ici, les contre­ve­nants four­nis­saient une fausse iden­ti­té ou une fausse adresse aux agents qui les ver­ba­li­saient. Le dis­po­si­tif de­vait per­mettre [...] le re­cou­vre­ment des amendes. Mais, au prin­temps 2018, le dé­cret d’ap­pli­ca­tion de cette me­sure phare n’était tou­jours pas pu­blié. »

CONCUR­RENCE IN­TERNE « Geo­dis et SNCFF­ret co­ha­bitent au sein de la branche lo­gis­tique du groupe pu­blic. Avec ses 39.500 sa­la­riés et en­vi­ron 7 mil­liards d’eu­ros de chiffre d’af­faires, Geo­dis est un géant du trans­port rou­tier en Eu­rope… et le pre­mier trans­por­teur de mar­chan­dises à la SNCF… Geo­dis s’est-il dé­ve­lop­pé au dé­tri­ment du fret ?… Quand la SNCF a sup­pri­mé les lignes les moins ren­tables, beau­coup de clients du fret sont pas­sés à la route, un mode de trans­port ju­gé plus flexible que le fer­ro­viaire et ja­mais en grève. Il y a eu des trans­ferts. Mais au­cune sy­ner­gie entre les deux en­tre­prises. La bar­rière cultu­relle était trop forte. » ■

ES­SAI SNCF : un scan­dale peut en ca­cher un autre Par Ju­lie Pi­chot et Fré­dé­ric Brillet, Edi­tions de l’Ob­ser­va­toire, 288 pages, 18 eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.