Les Ca­li­for­niens ap­pe­lés à vo­ter pour di­vi­ser leur Etat

La pro­po­si­tion fi­gu­re­ra en no­vembre sur les bul­le­tins des élec­tions de mi-man­dat.

Les Echos - - IDÉES & DÉBATS - Leï­la Mar­chand @Lei­laMar­chand

Di­vi­ser la Ca­li­for­nie en trois ? Pen­dant les six an­nées où il a fait cam­pagne pour cette idée, per­sonne ne pre­nait le mil­liar­daire Tim Dra­per au sé­rieux. Et pour­tant, sa pro­po­si­tion se trou­ve­ra bel et bien sur les bul­le­tins de vote ca­li­for­niens lors des élec­tions de mi-man­dat, le 6 no­vembre.

L’en­tre­pre­neur de soixante ans, connu pour ses in­ves­tis­se­ments dans Skype, Tes­la et le bit­coin, est par­ve­nu à col­lec­ter 402.468 si­gna­tures, suf­fi­sam­ment pour que son plan « Cal 3 » soit sou­mis à l’ap­pro­ba­tion de la po­pu­la­tion.

Les trois nou­veaux Etats se­raient la Ca­li­for­nie du Nord, com­pre­nant San Fran­cis­co, la Si­li­con Val­ley et Sa­cra­men­to, la Ca­li­for­nie du Sud, s’éten­dant de la ville de Fres­no jus­qu’à la fron­tière mexi­caine, et la Ca­li­for­nie tout court, en­glo­bant six com­tés cô­tiers entre Los An­geles et Mon­te­rey.

Une ten­ta­tion aus­si vieille que la Ca­li­for­nie

Le Brexit fe­rait-il des émules ? Tim Dra­per sou­tient que cette di­vi­sion per­met­trait que les pe­tits gou­ver­ne­ments soient mieux équi­pés pour ré­pondre aux be­soins spé­ci­fiques des ré­si­dents. Se­lon lui, l’Etat le plus peu­plé d’Amé­rique « pour­rit », avec ses ponts et ses routes en ruines, son sys­tème d’édu­ca­tion en dif­fi­cul­té et sous-fi­nan­cé, et ses im­pôts écra­sants.

Les ini­tia­tives vi­sant à di­vi­ser la Ca­li­for­nie sont aus­si vieilles que la Ca­li­for­nie elle-même, rap­porte le « Los An­geles Times ». Plus de 200 fois de­puis 1850, les ha­bi­tants ont ten­té de frac­tion­ner leur ter­ri­toire en plu­sieurs mor­ceaux.

En 1859, ils ont été proches d’y ar­ri­ver. La créa­tion d’un « Etat du Co­lo­ra­do », au Sud, avait été ap­prou­vée par les élec­teurs comme par les élus ca­li­for­niens. Mais le Congrès amé­ri­cain, alors trop oc­cu­pé à gé­rer la guerre de Sé­ces­sion, n’a ja­mais don­né son feu vert.

Un « Ca­lexit », qui don­ne­rait com­plè­te­ment son in­dé­pen­dance à la Ca­li­for­nie, est éga­le­ment sou­te­nu par des mil­liers de mi­li­tants de­puis 2014.

Le Congrès seul dé­ci­deur

Tou­te­fois, il est en­core trop tôt pour ra­jou­ter deux étoiles sur le dra­peau amé­ri­cain. Un son­dage réa­li­sé par Sur­veyUSA en avril ré­vé­lait que le sou­tien à la pro­po­si­tion de Tim Dra­per n’était que de 17 %. Et même si une ma­jo­ri­té de Ca­li­for­niens ap­prou­vaient le plan « Cal 3 » en no­vembre, il fau­drait en­core que cette ré­so­lu­tion soit adop­tée par les élus de l’Etat, puis par le Congrès. Un scé­na­rio qui ne s’est pas vu de­puis 1863, lorsque la Vir­gi­nie-Oc­ci­den­tale s’est sé­pa­rée de la Vir­gi­nie. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.