Elon Musk rem­porte un ap­pel d’offres pour creu­ser sous Chi­ca­go

The Bo­ring Com­pa­ny veut mettre au point un sys­tème de na­vettes élec­triques re­liant le centre-ville et l’aé­ro­port en douze mi­nutes.

Les Echos - - ENTERPRISES & MARCHÉS - Anaïs Mou­tot — Cor­res­pon­dante à San Fran­cis­co

The Bo­ring Com­pa­ny, l’en­tre­prise créée par Elon Musk pour creu­ser des tun­nels où cir­cu­le­ront des na­vettes trans­por­tant des pas­sa­gers à grande vi­tesse, a an­non­cé jeu­di avoir rem­por­té un ap­pel d’offres avec la ville de Chi­ca­go pour re­lier l’aé­ro­port au cen­tre­ville. C’est un pre­mier suc­cès pour la jeune so­cié­té, créée il y a un an et de­mi pour lut­ter contre les em­bou­teillages, alors que l’ef­fi­ca­ci­té de sa tech­no­lo­gie n’a pas en­core été dé­mon­trée. La pro­po­si­tion du pa­tron de Tes­la et Spa­ceX com­prend le creu­se­ment de deux tun­nels où des na­vettes élec­triques au­to­nomes, trans­por­tant 16 pas­sa­gers, rou­le­ront à 160 ki­lo­mètres/heure. Le temps de tra­jet se­rait ain­si ré­duit à douze mi­nutes, contre qua­rante avec le train.

La so­cié­té creuse ac­tuel­le­ment son pre­mier tun­nel à Haw­thorne (Ca­li­for­nie), où se si­tue le siège de Spa­ceX, et tente d’ob­te­nir un permis pour tes­ter son concept entre Los An­geles et Cul­ver Ci­ty. Elle a éga­le­ment re­çu une au­to­ri­sa­tion pour construire 16 ki­lo­mètres de ga­le­ries sou­ter­raines dans le Ma­ry­land cet au­tomne, mais le pro­jet fait face à plu­sieurs obs­tacles ré­gle­men­taires.

Ré­duire le temps de construc­tion des tun­nels

La mu­ni­ci­pa­li­té de Chi­ca­go a pré­fé­ré la jeune pousse à trois autres en­tre­prises, dont le bu­reau d’études bri­tan­nique Mott MacDo­nald, qui a conçu l’un des ter­mi­naux de l’aé­ro­port de Londres Hea­th­trow. « [Avec The Bo­ring Com­pa­ny], nous pou­vons réa­li­ser ce pro­jet à un prix moins éle­vé et beau­coup plus ra­pi­de­ment. Nous sommes donc prêts à pas­ser à l’ac­tion », a dé­cla­ré Ro­bert Riv­kin, le maire ad­joint de la ville, au « Chi­ca­go Tri­bune ». Connu pour ses af­fir­ma­tions sou­vent trop op­ti­mistes, Elon Musk as­sure pou­voir ré­duire le temps de construc­tion des tun­nels par 14, ain­si que leur coût, en mi­sant sur des ga­le­ries au dia­mètre plus ser­ré. Lors d’une ré­cente confé­rence de presse, il a ex­pli­qué mettre au point des mé­thodes pour re­ti­rer la terre plus vite et uti­li­ser des bat­te­ries Tes­la pour ré­duire la fac­ture d’élec­tri­ci­té des ma­chines uti­li­sées.

Une pé­riode de né­go­cia­tions s’ouvre dé­sor­mais entre l’en­tre­prise et la mu­ni­ci­pa­li­té de Chi­ca­go, avant que le conseil mu­ni­ci­pal donne son aval à la pro­po­si­tion fi­nale. Dans tous les cas, The Bo­ring Com­pa­ny de­vra en­tiè­re­ment prendre en charge le coût du pro­jet, qui com­prend la construc­tion d’une nou­velle gare à l’aé­ro­port.

Un dé­fi pour l’en­tre­prise, alors que son mo­dèle éco­no­mique est en­core bal­bu­tiant – la so­cié­té a in­di­qué qu’elle comp­tait s’ap­puyer sur la vente de billets et de pro­duits à l’in­té­rieur des bus, et sur la pu­bli­ci­té. Elle pré­voit de fac­tu­rer entre 20 et 25 dol­lars le tra­jet, soit deux fois moins qu’un tra­jet en taxi… mais quatre fois plus qu’un billet de train. Une es­ti­ma­tion pré­cise n’a pas en­core été com­mu­ni­quée, mais la so­cié­té a in­di­qué au « Chi­ca­go Tri­bune » que le coût se­rait in­fé­rieur à 1 mil­liard de dol­lars. Jus­qu’ici, The Bo­ring Com­pa­ny a été fi­nan­cé à 90 % par les fonds propres d’Elon Musk et la vente de pro­duits dé­ri­vés comme des lance-flammes. ■

Les na­vettes élec­triques au­to­nomes, trans­por­tant jus­qu’à 16 pas­sa­gers, rou­le­ront à 160 ki­lo­mètres/heure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.