Po­lé­mique sur la taxe d’ha­bi­ta­tion : la ri­poste du gou­ver­ne­ment

FIS­CA­LI­TÉ Cer­tains contri­buables voient leur im­pôt aug­men­ter mal­gré la ris­tourne de 30 % an­non­cée. Ma­ti­gnon pointe du doigt les com­munes qui re­lèvent leur taux.

Les Echos - - LA UNE - Isa­belle Fi­cek @Isa­bel­leFi­cek

Alors que les avis d’im­po­si­tion ar­rivent dans les boites à lettres, cer­tains contri­buables s’étonnent que leur taxe d’ha­bi­ta­tion ne baisse pas comme l’a mar­te­lé le gou­ver­ne­ment. De fait, la me­sure ne concerne pas les 20 % des Fran­çais les plus ai­sés avant 2020. Et pour les autres, la baisse est par­fois moins im­por­tante qu’an­non­cée, voire se trans­forme en hausse dans cer­tains cas. La faute aux com­munes, qui « ont choi­si, li­bre­ment sans doute, de re­mon­ter leur taux ». a in­sis­té jeu­di le Pre­mier mi­nistre, Edouard Phi­lippe. Les villes ont pu dé­ci­der de re­mon­ter leur taux ou de sup­pri­mer des abat­te­ments. Cette an­née, un peu plus de 6.000 com­munes – contre 7.300 l’an der­nier – pré­cise Ber­cy, l’ont fait. Le mi­nistre de l’Ac­tion et des comptes pu­blics, Gé­rald Dar­ma­nin, va re­mon­ter au cré­neau ce ven­dre­di pour dé­fendre cette ré­forme phare du quin­quen­nat. Cette an­née, la me­sure doit bé­né­fi­cier à 18 mil­lions de foyers fis­caux, pour une baisse moyenne de 200 eu­ros.

Des « gar­nou­zettes ». Ce mot du Nord, Gé­rald Dar­ma­nin pour­rait bien en­core une fois l’uti­li­ser ce ven- dre­di ma­tin sur RTL ou dans son in­ter­view au « Fi­ga­ro », où le mi­nistre de l’Ac­tion et des Comptes pu­blics va ex­pli­quer la sup­pres­sion pro­gres­sive de la taxe d’ha­bi­ta­tion, alors que les Fran­çais sont en train de re­ce­voir leurs avis d’im­po­si­tion.

Des « gar­nou­zettes », ce sont des ba­li­vernes. Gé­rald Dar­ma­nin avait uti­li­sé le terme dé­but oc­tobre sur France 2, pour as­su­rer que l’exé­cu­tif n’a pas men­ti sur cette baisse d’im­pôt. Et en cette mi-oc­tobre, après un cer­tain si­lence dû à la fé­bri­li­té du re­ma­nie­ment, il y a ur­gence à ex­pli­quer la me­sure, avec du « très concret », sou­ligne un conseiller gou­ver­ne­men­tal. Tant la com­mu­ni­ca­tion sur les baisses d’im­pôts et au-de­là sur le pou­voir d’achat est dé­li­cate.

« Quand on dit aux gens qu’on leur re­donne du pou­voir d’achat, ils ne le croient pas. Le dis­cours est très com­pli­qué à faire pas­ser », pour­suit-il. D’où une cam­pagne de spots et d’en­carts lan­cée dans la presse. Et un mi­nistre sur le pont. « Il ne s’agit pas tant de com­mu­ni­quer que de poin­ter une baisse réelle d’im­pôts, mas­sive, pour les classes moyennes et po­pu­laires, due à la me­sure gou­ver­ne­men­tale. On a beau­coup entendu les gens nous dire : “Vous nous an­non­cez des baisses d’im­pôts et on ne les voit pas.” Là, elles sont réelles », rap­pelle l’en­tou­rage de Gé­rald Dar­ma­nin, qui met en avant une me­sure bé­né­fi­ciant à 18 mil­lions de foyers fis­caux, pour une baisse moyenne cette an­née – avec la sup­pres­sion de 30 % de cet im­pôt – de 200 eu­ros.

Les com­munes poin­tées

Sauf que Gé­rald Dar­ma­nin, in­ter­pel­lé sur les ré­seaux so­ciaux, doit aus­si ex­pli­quer, et c’est là que les choses se com­pliquent, pour­quoi elle ne baisse pas cette an­née pour cer­tains – ce sont les 20 % des foyers les plus ai­sés –, mais sur­tout, pour­quoi il ar­rive qu’elle ne baisse pas au­tant qu’an­non­cé par le gou­ver­ne­ment, voire qu’elle aug­mente. Au Sé­nat jeu­di après-mi­di, le Pre­mier mi­nistre, Edouard Phi­lippe, a ta­clé les com­munes qui « ont choi­si, li­bre­ment sans doute, de re­mon­ter leur taux ». Les com­munes ont pu en ef­fet dé­ci­der de re­mon­ter leur taux ou de sup­pri­mer des abat­te­ments. Cette an­née, un peu plus de 6.000 com­munes – contre 7.300 l’an der­nier – pré­cise Ber­cy, l’ont fait, en moyenne de 0,49 % contre 0,73 % l’an pas­sé. Seule­ment 55 com­munes de plus de 10.000 ha­bi­tants (sur 941) sont dans ce cas. Par­mi elles : Cor­beilles-Es­sonne, Sceaux, Ram­bouillet, Al­bi, etc.

« L’Etat com­pense à l’eu­ro près pour les com­munes la sup­pres­sion, ce­la ex­plique qu’elles soient moins nom­breuses cette an­née à aug­men­ter leur taux », pré­cise-t-on à Ber­cy. Bref, l’exé­cu­tif veut poin­ter la res­pon­sa­bi­li­té des com­munes, sans pour au­tant ta­per trop ou­ver­te­ment sur elles, au mo­ment où il dit vou­loir re­nouer le dia­logue.

Il s’agit aus­si de ne pas trop mettre en exergue les cas où la taxe d’ha­bi­ta­tion va quand même aug­men­ter. « Le com­bat sur le pou­voir d’achat, c’est in­juste, mais il est un peu per­du d’avance, dé­plore un conseiller mi­nis­té­riel. Ceux qui en bé­né­fi­cient, on ne va pas les en­tendre. Et les 20 % qui n’en bé­né­fi­cient pas main­te­nant, on ne va en­tendre qu’eux. » ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.