In­ge­ni­co, le pion­nier des paie­ments, très cour­ti­sé

● La fi­liale de BPCE, Na­tixis, en­vi­sage de rap­pro­cher ses ac­ti­vi­tés de paie­ment de celles du fran­çais In­ge­ni­co. ● Eden­red se­rait aus­si in­té­res­sé par un par­te­na­riat à l’heure où le sec­teur des paie­ments est en pleine conso­li­da­tion.

Les Echos - - LA UNE - So­lenn Poul­len­nec Anne Drif Sha­ron Wa­js­brot

FI­NANCE Ebul­li­tion dans le monde des paie­ments. En pleine ré­or­ga­ni­sa­tion, Na­tixis, la fi­liale du groupe ban­caire BPCE, étu­die un rap­pro­che­ment de ses ac­ti­vi­tés dans ce mé­tier avec celles d’In­ge­ni­co, le spé­cia­liste fran­çais des ter­mi­naux et so­lu­tions de paie­ments. Eden­red, le spé­cia­liste des ti­ckets res­tau­rant, au­rait aus­si fait part de son in­té­rêt pour le groupe. Ces grandes ma­noeuvres in­ter­viennent à l’heure où le sec­teur des paie­ments est bou­le­ver­sé par des évo­lu­tions tech­no­lo­giques et la mon­tée en puis­sance de fin­tech comme Wi­re­card et Adyen.

Le mou­ve­ment de conso­li­da­tion qui agite le sec­teur des paie­ments eu­ro­péens pour­rait bien­tôt se faire sen­tir for­te­ment en France. Jeu­di, Na­tixis a dit ex­plo­rer la piste d’un

« rap­pro­che­ment in­dus­triel de ses ac­ti­vi­tés de paie­ment » avec celles du spé­cia­liste hexa­go­nal des ter­mi­naux et ser­vices de paie­ment In­ge­ni­co. Sor­tie du bois à la suite de ré­vé­la­tions de Bloom­berg, la banque de fi­nan­ce­ment et d’in­ves­tis­se­ment de BPCE a in­di­qué qu’il s’agis­sait de

« dis­cus­sions pré­li­mi­naires ». Elle a par ailleurs sou­li­gné qu’elle exa­mi­nait « di­verses op­tions » pour par­ti­ci­per à la conso­li­da­tion du mar­ché.

In­ge­ni­co a aus­si­tôt bon­di de plus de 12 % pour ter­mi­ner en hausse de 7,85 %. Le groupe a re­con­nu « avoir fait l’ob­jet d’ap­proches pré­li­mi­naires en vue d’une opé­ra­tion stra­té­gique ». L’emploi du plu­riel n’est pas ano­din. Reu­ters a en ef­fet af­fir­mé jeu­di que le fran­çais Eden­red, connu du grand pu­blic pour ses cartes et Ti­ckets Res­tau­rant, avait aus­si mar­qué son in­té­rêt pour le groupe. Eden­red, avec le­quel les dis­cus­sions n’au­raient pas dé­mar­ré, n’a pas sou­hai­té faire de com­men­taire. Cet été, dé­jà, In­ge­ni­co fai­sait l’ob­jet de ru­meurs. Les fonds de ca­pi­tal-in­ves­tis­se­ment Bain, Hell­man & Fried­man et CVC étaient pres­sen­tis comme ache­teurs po­ten­tiels. L’in­té­res­sé n’au­rait tou­te­fois pas don­né suite à ces avances. Sur le plan fi­nan­cier, la forme que pour­rait prendre un rap­pro­che­ment des deux pré­ten­dants avec In­ge­ni­co, va­lo­ri­sé 4 mil­liards d’eu­ros en Bourse, reste floue. Les in­ves­tis­seurs sont ré­ser­vés sur le pro­jet. Les cours d’Eden­red et de Na­tixis ont re­cu­lé de 3,1 et 4,6 % jeu­di. Du cô­té de la fi­liale de BPCE, di­ri­gée par Fran­çois Ria­hi, l’op­tion en­vi­sa­gée ne se­rait en tout cas pas celle d’un ra­chat mais plu­tôt d’un ap­port de ses ac­ti­vi­tés de paie­ment à In­ge­ni­co en échange d’une prise de par­ti­ci­pa­tion. En­core ré­cem­ment dis­sé­mi­nées dans tout le groupe, ces ac­ti­vi­tés ont été re­grou­pées en 2017 au sein de Na­tixis Pay­ment So­lu­tions. « Nous ne sommes pas ar­rê­tés sur la forme que pour­rait prendre un rap­pro­che­ment, nous n’en sommes pas là, les dis­cus­sions sont ré­centes », in­dique-t-on chez In­ge­ni­co.

Nou­veaux en­trants

Sur le plan stra­té­gique, un par­te­na­riat entre In­ge­ni­co et Na­tixis Pay­ment So­lu­tions au­rait plu­sieurs avan­tages. Les clien­tèles de com­mer­çants des deux groupes ap­pa­raissent com­plé­men­taires. Na­tixis pour­rait ren­for­cer l’an­crage hexa­go­nal d’In­ge­ni­co tout en pro­fi­tant de l’em­prise in­ter­na­tio­nale de ce der­nier (il vient de se ren­for­cer en Al­le­magne). En­fin, la banque, qui s’est mon­trée à l’of­fen­sive dans les paie­ments en réa­li­sant des ac­qui­si­tions (PayP­lug ou Da­le­nys) ou en se po­sant en pion­nière dans le paie­ment ins­tan­ta­né ou sur mo­bile (avec Apple Pay, Sam­sung Pay, etc.), pour­rait ap­por­ter à In­ge­ni­co des ex­per­tises ci­blées.

Au­tant d’élé­ments qui pour­raient re­don­ner de l’al­lant à In­ge­ni­co dont le cours de Bourse était dé­pri­mé de­puis le dé­but de l’an­née. Ce par­te­na­riat stra­té­gique in­ter­vien­drait à l’heure où le sec­teur des paie­ments est en pleine conso­li­da­tion. Les ac­teurs tra­di­tion­nels, dont les sys­tèmes in­for­ma­tiques com­mencent à vieillir, sont bous­cu­lés par la mon­tée en puis­sance de fin­tech, tels que le néer­lan­dais Adyen ou l’al­le­mand Wi­re­card, dont les va­lo­ri­sa­tions dé­passent res­pec­ti­ve­ment 16 et 19 mil­liards d’eu­ros.

Dans une in­dus­trie où les vo­lumes per­mettent de ti­rer son épingle du jeu, tous les spé­cia­listes sont en­ga­gés dans une course à la taille. Comme l’at­testent le ra­chat du bri­tan­nique World­pay (au­tre­fois convoi­té par In­ge­ni­co) par l’amé­ri­cain Van­tiv pour 7,7 mil­liards de livres (8,8 mil­liards d’eu­ros) ou en­core, plus ré­cem­ment, l’ac­qui­si­tion par Worl­dine (fi­liale du fran­çais Atos) de la di­vi­sion ser­vices de paie­ment du groupe suisse Six pour 2,3 mil­liards d’eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.