Né­go­cia­tions : le « oui mais » du pa­tro­nat aux syn­di­cats

Dans un cour­rier qu’ils ont adres­sé mer­cre­di aux syn­di­cats, les lea­ders pa­tro­naux posent leurs condi­tions à l’ou­ver­ture de né­go­cia­tions.

Les Echos - - FRANCE - L. de C.

Le 25 sep­tembre, les cinq confé­dé­ra­tions avaient écrit au pa­tro­nat pour lui pro­po­ser une liste de su­jets sur les­quels ou­vrir des dis­cus­sions entre par­te­naires so­ciaux. Les di­ri­geants du Me­def, de la CPME et de l’U2P leur ont ré­pon­du mer­cre­di.

Le cour­rier co­si­gné par Geof­froy Roux de Bé­zieux, Fran­çois As­se­lin et Alain Gri­set dont « Les Echos » ont eu co­pie de­vrait faire grin­cer des dents du cô­té des syn­di­cats.

« Ré­flexion par­ta­gée »

D’abord, il leur rap­pelle fer­me­ment le « nou­vel ordre nor­ma­tif » qui « confie plus de res­pon­sa­bi­li­tés aux branches pro­fes­sion­nelles et aux en­tre­prises ». « La ques­tion est donc de sa­voir pour chaque thé­ma­tique si le ni­veau in­ter­pro­fes­sion­nel est le ni­veau op­ti­mal de trai­te­ment du su­jet et dé­ci­der éga­le­ment quel est le mode de dia­logue adap­té : ré­flexion par­ta­gée, dé­li­bé­ra­tion ou né­go­cia­tion », écrivent les lea­ders pa­tro­naux. Mais sur tous les su­jets qu’ils évoquent, le Me­def, la CPME et l’U2P ne parlent pas de né­go­cia­tion mais de « dé­li­bé­ra­tion » voire seule­ment de « ré­flexion par­ta­gée ».

Quid de la qua­li­té de vie au tra­vail

Sur le fond, les trois or­ga­ni­sa­tions pa­tro­nales pro­posent deux su­jets de dé­li­bé­ra­tion. L’un cor­res­pond à une de­mande syn­di­cale : il s’agit des « nou­velles formes d’emploi liées aux mu­ta­tions tech­no­lo­giques » sur les­quelles est pro­po­sée une dé­li­bé­ra­tion à l’is­sue d’une « ré­flexion par­ta­gée sur les consé­quences des tran­si­tions nu­mé­rique et éco­lo­gique sur l’or­ga­ni­sa­tion du tra­vail ». L’autre, pla­cé en tête dans le cour­rier, a trait à la ques­tion sen­sible du pa­ri­ta­risme de ges­tion : « res­pon­sa­bi­li­té de ges­tion, gou­ver­nance, fi­nan­ce­ment ». Là où les confé­dé­ra­tions de­man­daient une dé­li­bé­ra­tion sur les dis­cri­mi­na­tions, le pa­tro­nat ré­pond : « ré­flexion par­ta­gée sur le rôle des en­tre­prises dans l’in­clu­sion dans la so­cié­té par le tra­vail ». En­fin, il ac­cepte l’ou­ver­ture de­man­dée d’une « ré­flexion par­ta­gée sur le mo­dèle éco­no­mique et so­cial en Eu­rope ».

La né­go­cia­tion sur l’en­ca­dre­ment et le thème de la qua­li­té de vie au tra­vail sur le­quel les or­ga­ni­sa­tions de sa­la­riés pro­po­saient de né­go­cier sont ab­sents de la ré­ponse du pa­tro­nat qui veut, en re­vanche, ra­ni­mer le « dia­logue éco­no­mique exis­tant de­puis plu­sieurs an­nées » entre pa­tro­nat et syn­di­cats. —

Pho­to Si­pa

Geof­froy Roux de Bé­zieux (Me­def), au centre, Fran­cois As­se­lin (CPME), à gauche, et Alain Gri­set (U2P) sou­haitent re­mettre à plat le pa­ri­ta­risme de ges­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.