Le pé­trole cher re­lance le dé­bat sur le prix des car­bu­rants

Les Echos - - ENTRPRISES & MARCHÉS - Vincent Col­len @Vin­centCol­len

Les au­to­mo­bi­listes qui font le plein dans les sta­tions-ser­vice le re­mar­que­ront peu­têtre. Ce ven­dre­di entre en vi­gueur un nou­vel éti­que­tage des­ti­né à har­mo­ni­ser les dé­no­mi­na­tions des dif­fé­rents car­bu­rants dans toute l’Union eu­ro­péenne. Cette nou­velle si­gna­lé­tique s’ajou­te­ra à la si­gna­lé­tique exis­tante, qui res­te­ra en place. « Ce­la ne va rien chan­ger pour les consom­ma­teurs. Il s’agit seule­ment d’évi­ter les confu­sions pour les au­to­mo­bi­listes qui font le plein à l’étran­ger », pré­cise Fran­cis Du­seux, le pré­sident de l’Union fran­çaise des in­dus­tries pé­tro­lières (Ufip).

Ce que les au­to­mo­bi­listes fran­çais ob­servent sur­tout en ce mo­ment, c’est que les prix à la pompe sont re­mon­tés à des ni­veaux par­ti­cu­liè­re­ment éle­vés. Pour l’es­sence, le litre de sans-plomb 95 cote au­jourd’hui 1,57 eu­ro en moyenne, se­lon l’Ufip. On est en­core au­des­sous du plus haut at­teint en avril 2012, à 1,67 eu­ro. Pour le ga­zole, le re­cord d’il y a six ans (1,48 eu­ro) est bat­tu, à 1,52 eu­ro.

De­puis le dé­but de l’an­née, le prix du sans­plomb 95 a flam­bé de 7 %, ce­lui du die­sel de plus de 9 %. L’ex­pli­ca­tion prin­ci­pale de la hausse de ces der­niers mois, c’est bien sûr la re­mon­tée vio­lente des cours du pé­trole. Même s’il s’est lé­gè­re­ment re­plié ces der­niers jours, le ba­ril de brent a bon­di de plus de 40 % en un an. Certes, à un peu plus de 80 dol­lars, il reste loin des ni­veaux at­teints avant 2014, au-des­sus de 100 dol­lars. Mais le taux de change eu­ro-dol­lar est moins fa­vo­rable aux consom­ma­teurs au­jourd’hui.

Conver­gence die­sel-es­sence

Sur­tout, les taxes sur les car­bu­rants, qui re­pré­sentent près de 60 % du prix de vente, ont for­te­ment pro­gres­sé. Le 1er jan­vier der­nier, elles ont été re­le­vées de 7,6 cen­times par litre pour le die­sel et de 3,9 cen­times pour l’es­sence. La hausse n’est pas uni­forme, car le gou­ver­ne­ment conti­nue à faire conver­ger la fis­ca­li­té du die­sel et de l’es­sence. De nou­velles hausses sont pro­gram­mées dans la loi de fi­nances pour le 1er jan­vier 2019. « Jus­qu’à pré­sent, les hausses de taxes étaient presque in­do­lores pour le pou­voir d’achat car le prix du pé­trole était bas, re­lève Ni­co­las Mouch­ni­no, de l’UFC-Que Choi­sir. Ce n’est plus le cas. Si la hausse se pour­suit, les mé­nages vont ren­con­trer de vraies dif­fi­cul­tés. » Sur longue pé­riode (1990-2017), le prix des car­bu­rants en France a dou­blé alors que l’in­fla­tion moyenne n’était que de 50 %, a cal­cu­lé l’UFC.

Une autre as­so­cia­tion de dé­fense des consom­ma­teurs, la CLCV, de­mande le gel des taxes et le re­tour à une taxa­tion qui va­rie­rait en fonc­tion de l’évo­lu­tion des prix du pé­trole, sur le mo­dèle de la TIPP flot­tante, briè­ve­ment en vi­gueur au dé­but des an­nées 2000. « Nous es­ti­mons que le si­gnal en­vi­ron­ne­men­tal est dé­jà lar­ge­ment don­né aux ni­veaux de prix ac­tuels », ar­gu­mente Vincent Li­che­ron, char­gé de mis­sion en­vi­ron­ne­ment pour la CLCV. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.