Le ré­seau fer­ré d’Ile-de-France fait plu­tôt fi­gure de bon élève

Se­lon une étude sur 11 mé­tro­poles dans le monde, le ré­seau fran­ci­lien se classe deuxième en den­si­té de gares et en fré­quen­ta­tion, et troi­sième en den­si­té de lignes.

Les Echos - - INDUSTRIE &SERVICES - El­sa Di­char­ry @di­charr­ry_e

En dé­pit des trains en re­tard, de la sa­tu­ra­tion de cer­taines gares aux heures de pointe ou du dé­faut d’en­tre­tien sur plu­sieurs lignes, le ré­seau fer­ré d’Ile-de-France n’a pas à rou­gir s’il est com­pa­ré aux ré­seaux d’autres grandes mé­tro­poles. La ré­gion a même « un ré­seau de trans­ports en com­mun de grande qua­li­té », af­firme Pierre Mes­su­lam, di­rec­teur ad­joint de SNCF Tran­si­lien.

Pour jus­ti­fier ce sa­tis­fe­cit, ce der­nier se base sur une étude de l’Ins­ti­tut d’amé­na­ge­ment et d’ur­ba­nisme (IAU) por­tant sur 11 mé­tro­poles à tra­vers le monde. Il en res­sort que le ré­seau fran­ci­lien (RER et Tran­si­lien) est deuxième en den­si­té de gares, après ce­lui du Grand Londres, et troi­sième au re­gard du nombre d’ha­bi­tants, der­rière Ber­lin et au coude-à-coude avec Londres.

Pour la fré­quen­ta­tion, avec 1,39 mil­liard de voya­geurs par an, il se classe deuxième der­rière ce­lui de To­kyo. Le ré­seau fran­ci­lien, en­fin, est troi­sième en den­si­té de lignes, après Ber­lin et Londres, comme sur la dis­tance moyenne entre ses gares.

Cô­té mé­tro, l’Ile-de-France se po­si­tionne en re­vanche neu­vième seule­ment, pour la lon­gueur de son ré­seau, et qua­trième en nombre de sta­tions. Si l’on ajoute les sta­tions de tram­way, elle passe nu­mé­ro un sur ce der­nier cri­tère. « Dans l’en­semble, nous avons une très bonne cou­ver­ture spa­tiale du ter­ri­toire », ré­sume So­phie Laurent, co­au­teur de l’étude.

Manque de connexions de ban­lieue à ban­lieue

Une ana­lyse plus fine laisse tout de même ap­pa­raître le pro­blème du manque de connexions de ban­lieue à ban­lieue. C’est tout l’ob­jet de la réa­li­sa­tion du mé­tro du Grand Paris Ex­press, qui doit être ache­vé à l’ho­ri­zon 2030, et se­ra connec­té au ré­seau exis­tant. « Cette étude nous in­cite aus­si à re­prendre les cartes et à re­gar­der la dé­mo­gra­phie, voir où la po­pu­la­tion aug­mente, là où les em­plois se créent », note Pierre Mes­su­lam, afin de mieux an­ti­ci­per les évo­lu­tions né­ces­saires.

L’un des en­jeux ma­jeurs est ce­lui d’une meilleure ges­tion des flux de voya­geurs. « Si vous avez trop de

L’un des en­jeux ma­jeurs est ce­lui d’une meilleure ges­tion des flux de voya­geurs.

monde sur un quai, les pas­sa­gers du train ne peuvent pas des­cendre. Si vous avez trop de monde dans le train, ceux qui sont sur le quai ne peuvent pas mon­ter. En consé­quence, les trains ont du mal à te­nir la ca­dence », ex­plique le di­ri­geant. L’exemple des ré­seaux fer­rés asia­tiques, où la den­si­té de pas­sa­gers est très forte aux heures de pointe, est à ce titre in­té­res­sant à ob­ser­ver. « A Shan­ghai par exemple, on ré­gule la foule en amont des quais pour faire en sorte que les trains soient à l’heure. »

Il s’agit aus­si de pen­ser dif­fé­rem­ment les fu­tures gares. « Nous avons une ré­flexion sur Eole [le RER E doit être pro­lon­gé vers l’ouest d’ici à 2024, NDLR]. L’idée est de réa­li­ser des quais plus larges en sta­tions – comme ce­la a été fait pour le RER A. Et de pen­ser à une ré­gu­la­tion des flux de pas­sa­gers entre les quais et la mez­za­nine », en évi­tant aus­si que « les flux se croisent ». Idem pour les gares du Grand Paris pour les­quelles « il faut voir large, si­non on risque de s’en mordre les doigts ! » pré­vient le di­rec­teur ad­joint de SNCF Tran­si­lien. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.