RE­NAULT AN­NONCE DES IN­VES­TIS­SE­MENTS EN FRANCE

A l’oc­ca­sion de la vi­site d’Em­ma­nuel Ma­cron, le PDG du groupe, Car­los Ghosn, a an­non­cé un in­ves­tis­se­ment sup­plé­men­taire de 400 mil­lions dans l’usine de Mau­beuge.

Les Echos - - LA UNE - Anne Feitz @afeitz

Re­nault va pro­duire en France des vé­hi­cules pour ses par­te­naires Nis­san et Mit­su­bi­shi et in­ves­tir 400 mil­lions d’eu­ros sup­plé­men­taires à Mau­beuge.

Quelques mois après avoir an­non­cé 1 mil­liard d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ments en France dans le vé­hi­cule élec­trique, le PDG de Re­nault, Car­los Ghosn, a pro­fi­té de la vi­site d’Em­ma­nuel Ma­cron à Mau­beuge pour an­non­cer d’autres bonnes nou­velles. Le construc­teur au lo­sange va in­ves­tir 400 mil­lions d’eu­ros sup­plé­men­taires sur cinq ans et re­cru­ter 200 per­sonnes dans cette usine du Nord, où est pro­duit au­jourd’hui le Kan­goo. Cette usine ac­cueille­ra non seule­ment la nou­velle ver­sion de cette pe­tite four­gon­nette, mais aus­si un nou­veau vé­hi­cule uti­li­taire lé­ger de son par­te­naire Nis­san, le Nis­san NV250, sur la même plate-forme, dès le mi­lieu de l’an pro­chain. Des an­nonces at­ten­dues par les sa­la­riés : elles de­vraient per­mettre d’aug­men­ter la pro­duc­tion lo­cale de 160.000 vé­hi­cules (en 2017), à en­vi­ron 200.000-220.000 vé­hi­cules à terme. « L’usine tourne au­jourd’hui à deux équipes, elle pour­rait pas­ser à trois », ex­plique Franck Daoût, dé­lé­gué cen­tral CFDT. Tout en se fé­li­ci­tant des em­bauches pré­vues, le dé­lé­gué CGT Fa­bien Gâche dé­plore de son cô­té le nombre en­core éle­vé d’in­té­ri­maires. « Les condi­tions de tra­vail sont au­jourd’hui par­ti­cu­liè­re­ment mau­vaises sur le site », dit-il.

Un pe­tit évé­ne­ment

Car­los Ghosn a aus­si an­non­cé que l’usine de San­dou­ville, en Sei­neMa­ri­time, pro­dui­rait un four­gon pour son autre par­te­naire, Mit­su­bi­shi, ba­sé sur la plate-forme du Re­nault Tra­fic. Une col­la­bo­ra­tion qui pour­rait dé­mar­rer en 2020. Un pe­tit évé­ne­ment : c’est la pre­mière fois que le groupe ja­po­nais af­fecte la pro­duc­tion de l’un de ses vé­hi­cules à une usine de ses par­te­naires de l’Al­liance Re­nault-Nis­san, de­puis qu’il y est en­tré, en 2016.

Des­ti­nés aux mar­chés aus­tra­lien et néo-zé­lan­dais, les four­gons de Mit­su­bi­shi ne de­vraient pas re­pré­sen­ter d’énormes vo­lumes. « Ce mou­ve­ment est tou­te­fois sym­bo­lique, il marque une re­con­nais­sance du sa­voir-faire de cette usine dans les pe­tits four­gons », se fé­li­cite Bru­no Azière, dé­lé­gué cen­tral CFE-CGC. Il pour­rait aus­si com­pen­ser la perte des vé­hi­cules pro­duits sur le site pour Opel, avec qui le par­te­na­riat de­vrait s’ache­ver mi-2019 (et qui concerne de très faibles quan­ti­tés).

Ces deux an­nonces marquent en tout cas une con­so­li­da­tion du site France dans la pro­duc­tion de vé­hi­cules uti­li­taires, pour Re­nault comme pour ses par­te­naires. « Au sein de l’Al­liance, l’ex­per­tise mon­diale du groupe Re­nault dans le do­maine des vé­hi­cules uti­li­taires lé­gers gé­nère des sy­ner­gies bé­né­fi­ciant à tous nos clients », a com­men­té Car­los Ghosn, lors de son dis­cours à Mau­beuge.

Re­nault pro­duit dé­jà, de­puis 2012, Ci­tan de Mer­cedes sur le mo­dèle du Kan­goo dans l’usine de Mau­beuge, ré­pu­tée la plus com­pé­ti­tive du groupe en France, et où 300 per­sonnes ont été re­cru­tées en CDI de­puis 2015. A San­dou­ville, où tra­vaillent en­vi­ron 2.000 per­sonnes, Re­nault pro­duit au­jourd’hui le Tra­fic et des ver­sions si­mi­laires pour Fiat et Nis­san. La pro­duc­tion y a at­teint 135.000 vé­hi­cules l’an der­nier. ■

Le PDG de Re­nault, Car­los Ghosn, aux cô­tés d’Em­ma­nuel Ma­cron, sur le site nor­diste de Mau­beuge.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.