Bom­bar­dier pour­suit sa cure de min­ceur

Le ca­na­dien cède son pro­gramme d’avion ré­gio­nal Q400. Il va en­core ré­duire ses ef­fec­tifs de 5.000 postes d’ici à 2021.

Les Echos - - INDUSTRIE & SERVICES - Jean-Mi­chel Gradt @ogra­dy99 Bru­no Tré­vi­dic @Bru­noT­re­vi­dic

Après avoir frô­lé le dé­pôt de bi­lan en 2015, le groupe in­dus­triel ca­na­dien Bom­bar­dier pour­suit son pro­gramme de ré­duc­tion des coûts et son re­cen­trage sur l’avia­tion d’af­faires et le ma­té­riel de tran­sport fer­ro­viaire. Après avoir cé­dé l’an der­nier son pro­gramme d’avion moyen-cour­rier CSe­ries à Air­bus, le di­rec­teur gé­né­ral du groupe qué­bé­cois, Alain Bel­le­mare, a an­non­cé jeu­di de nou­velles ces­sions d’ac­tifs et des ré­duc­tions d’ef­fec­tifs. Elles se tra­dui­ront, au to­tal, par la sup­pres­sion de 5.000 postes à tra­vers le monde dans les douze à dix-huit pro­chains mois, sur un ef­fec­tif to­tal de 69.500 sa­la­riés.

Par­mi les ces­sions d’ac­tifs ju­gés «non stra­té­giques», Bom­bar­dier va se sé­pa­rer du Q400, son pro­gramme d’avion ré­gio­nal à hé­lices concur­rent de l’ATR. Il est cé­dé au fonds d’in­ves­tis­se­ment ca­na­dien Long­view Avia­tion Ca­pi­tal pour 300 mil­lions de dol­lars, plus connu sous la marque com­mer­ciale Vi­king Air, qui lui ra­chète éga­le­ment les droits d’ex­ploi­ta­tion de la marque de Ha­villand.

Des ré­duc­tions d’ef­fec­tifs ad­di­tion­nelles ne sont pas à ex­clure.

En 2016, Vi­king Air avait dé­jà ra­che­té à Bom­bar­dier le pro­gramme mon­dia­le­ment connu d’avions an­ti-in­cen­die Ca­na­dair, ain­si que le pe­tit avion-taxi Twin Ot­ter. Bom­bar­dier se sé­pare éga­le­ment de sa branche « for­ma­tion de pi­lotes pour l’avia­tion d’af­faires », cé­dée pour 645 mil­lions de dol­lars au spé­cia­liste ca­na­dien des si­mu­la­teurs de vol CAE. Au fi­nal, Bom­bar­dier ne conser­ve­ra plus, de ses ac­ti­vi­tés aé­ro­nau­tiques, que la construc­tion et la main­te­nance de jets d’af­faires.

Ces ces­sions d’ac­tifs de­vraient re­pré­sen­ter la ma­jo­ri­té des 5.000 sup­pres­sions de postes an­non­cées. Ce­pen­dant, des ré­duc­tions d’ef­fec­tifs ad­di­tion­nelles ne sont pas à ex­clure et Bom­bar­dier, qui pos­sède 73 sites de pro­duc­tion et d’in­gé­nie­rie ré­par­tis dans 28 pays, n’a pas pré­ci­sé à ce stade la ré­par­ti­tion et les mo­da­li­tés des sup­pres­sions de postes, pas plus que les sites concer­nés.

Se­lon les mé­dias ca­na­diens, la moi­tié des coupes claires por­te­rait sur les équipes qué­bé­coises. Le pa­tron de Bom­bar­dier a seule­ment in­di­qué que cette nou­velle baisse des ef­fec­tifs « don­ne­ra lieu à des éco­no­mies an­nuelles d’en­vi­ron 250 mil­lions de dol­lars lorsque la ré­duc­tion au­ra été to­ta­le­ment réa­li­sée, ce qui de­vrait se concré­ti­ser d’ici à 2021 ».

Ces sup­pres­sions de postes s’ajou­te­ront aux pré­cé­dentes coupes opé­rées en 2016 et 2017 dans les dif­fé­rentes di­vi­sions du groupe. En 2016, Bom­bar­dier avait dé­jà an­non­cé deux vagues de li­cen­cie­ments, de 7.000 et 7.500 postes. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.