So­dexo achève une an­née « dif­fi­cile »

Le groupe fait part d’un bé­né­fice net en baisse sur 2017-2018. Le re­bond de la crois­sance or­ga­nique au qua­trième tri­mestre a ce­pen­dant été sa­lué en Bourse.

Les Echos - - INDUSTRIE & SERVICES - So­phie Am­si­li @sam­si­li

L’exer­cice 2017-2018 a été « dif­fi­cile » pour So­dexo, de l’aveu du di­rec­teur gé­né­ral du groupe, De­nis Ma­chuel. Le géant fran­çais des ser­vices aux par­ti­cu­liers et aux en­tre­prises, nu­mé­ro deux mon­dial de la res­tau­ra­tion col­lec­tive, a pré­sen­té jeu­di un bé­né­fice net et une marge d’ex­ploi­ta­tion en baisse.

Le bé­né­fice net a re­cu­lé de 9,9 %, à 651 mil­lions d’eu­ros, lors de cet exer­cice dé­ca­lé clos le 31 août 2018. La marge d’ex­ploi­ta­tion s’est, elle, éta­blie à 5,5 %, contre 6,5 % lors de l’exer­cice 2016-2017. Le ré­sul­tat net ajus­té a bais­sé de 14,1 %, à 706 mil­lions d’eu­ros, tan­dis que le chiffre d’af­faires at­teint 20,41 mil­liards d’eu­ros, en hausse de 1,6 % (crois­sance in­terne, hors évo­lu­tion de pé­ri­mètre).

Dif­fi­cul­tés en Amé­rique du Nord

« Les ré­sul­tats de l’exer­cice 2017-2018 sont en ligne avec ce que nous avions an­non­cé lors de la mise à jour des pers­pec­tives pu­bliées en mars », sou­ligne De­nis Ma­chuel dans un com­mu­ni­qué. Le groupe avait en ef­fet lan­cé un aver­tis­se­ment sur ré­sul­tats après des dif­fi­cul­tés ren­con­trées en Amé­rique du Nord et des dé­con­ve­nues dans l’ob­ten­tion de nou­veaux contrats.

Il avait alors an­non­cé ta­bler sur une marge d’ex­ploi­ta­tion « au­tour de 5,7 % », après avoir mi­sé sur sa sta­bi­li­té à 6,5 %, à pé­ri­mètre et change constants. Il avait éga­le­ment re­vu à la baisse sa pré­vi­sion de crois­sance in­terne du chiffre d’af­faires « com­prise entre 1 % et 1,5 % », alors qu’il vi­sait jus­qu’alors une pro­gres­sion de 2 % à 4 %. Celle-ci a fi­na­le­ment été lé­gè­re­ment meilleure qu’at­ten­du (1,6 %), du fait d’un re­bond au qua­trième tri­mestre de cet exer­cice dé­ca­lé. Une per­for­mance sa­luée à la Bourse de Pa­ris : le titre So­dexo a ga­gné près de 6 % à la clô­ture.

« Nous avons iden­ti­fié ce qui ne fonc­tionne pas et ce que nous de­vons faire pour y re­mé­dier », as­sure De­nis Ma­chuel, qui a pris la tête du groupe le 23 jan­vier. « Les seg­ments san­té et édu­ca­tion en Amé­rique du Nord conti­nuent à pe­ser sur notre per­for­mance. Il fau­dra un peu de temps pour re­dres­ser la si­tua­tion », pour­suit-il. Le di­rec­teur gé­né­ral sou­ligne éga­le­ment les « plans d’ac­tion dras­tiques » dé­ployés « dans toute l’or­ga­ni­sa­tion

afin de cor­ri­ger nos pro­blèmes d’exé­cu­tion ». « Nous concen­trons nos ef­forts sur les ventes et la fi­dé­li­sa­tion, la dis­ci­pline et la res­pon­sa­bi­li­sa­tion », ajoute-t-il. Le groupe vise une marge d’ex­ploi­ta­tion pour l’exer­cice 2018-2019 com­prise entre 5,5 % et 5,7 %, hors ef­fet de change (contre + 4,4 % cette an­née). Le di­vi­dende net pro­po­sé reste in­chan­gé à 2,75 eu­ros par ac­tion.

So­dexo se dit confiant dans sa ca­pa­ci­té à at­teindre une crois­sance in­terne du chiffre d’af­faires com­prise entre 2 % et 3 % en 2018-2019, puis de 3 % pour l’exer­cice sui­vant avant un re­tour du­rable à une marge d’ex­ploi­ta­tion su­pé­rieure à 6 %.

« La cui­sine, c’est quand les choses ont le goût de ce qu’elles sont. » Après le souf­flé d’ob­jec­tifs ra­té au prin­temps der­nier, So­dexo re­vient aux « ba­siques » des four­neaux de la com­mu­ni­ca­tion fi­nan­cière en sui­vant avec suc­cès les pré­ceptes du père de la cri­tique gas­tro­no­mique, Brillat-Sa­va­rin. La crois­sance in­terne de l’exer­cice 2017-2018, clos fin août, a at­ter­ri dans l’as­siette plus chaude que pré­vu (+2 % ajus­té d’ef­fets ca­len­daires) sans que la sauce de la marge opé­ra­tion­nelle, to­ta­le­ment ho­mo­gène avec la pré­vi­sion, à 5,7 % hors ef­fets de change, s’en trouve dé­layée. La ta­blée des in­ves­tis­seurs, qui at­tend les pre­miers mets du plan stra­té­gique pré­sen­té il y a deux mois et pro­met­tant plus de 3 % de pro­gres­sion or­ga­nique d’ici à 2019-2020, s’en est vue ras­su­rée (+5,3 % pour le titre jeu­di). Mais comme, se­lon une autre pres­crip­tion d’An­thelme, « on peut tout faire avec des mayon­naises sauf s’as­seoir des­sus »,

De­nis Ma­chuel, le maître queux de­puis onze mois, s’est em­ployé à ce qu’elle ne monte pas trop. Le cham­pion mon­dial du « fa­ci­li­ty ma­na­ge­ment » a en ef­fet eu quelques fa­ci­li­tés – no­tam­ment la re­prise du mar­ché fran­çais – qui ont re­pré­sen­té plus du tiers de l’ac­cé­lé­ra­tion dans les ser­vices sur sites en fin d’an­née. Celle-ci n’est donc pas ex­tra­po­lable à l’an­née qui dé­marre. Même avec les in­gré­dients de 2017-2018 – ré­ten­tion des clients, pro­gres­sion sur les sites exis­tants et dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial –, le groupe mi­tonne dé­jà à long terme une crois­sance su­pé­rieure à celle du plan. Les gour­mets se­ront ser­vis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.