Les quatre ren­dez-vous dé­ci­sifs pour l’Eu­rope

Dans les pro­chains jours, l’Al­le­magne, la France, l’Ita­lie le Royaume-Uni vont vivre des évé­ne­ments aux re­tom­bées in­cal­cu­lables.

Les Echos - - MONDE - Ca­the­rine Cha­ti­gnoux @cha­ti­gnoux

L’Eu­rope est à nou­veau dans l’oeil du cy­clone. Dans les tout pro­chains jours, une salve de ren­dez-vous po­li­tiques, éco­no­miques et so­ciaux sont sus­cep­tibles de contra­rier à des de­grés di­vers le cours dé­jà agi­té de l’Union eu­ro­péenne.

LE SORT DE MER­KEL ENTRE LES MAINS DE LA CDU

A prio­ri, rien d’alar­mant dans cet exer­cice clas­sique de dé­mo­cra­tie par­le­men­taire. Les cadres du pre­mier par­ti al­le­mand, conser­va­teur et pro-eu­ro­péen, vont choi­sir sa­me­di leur nou­veau lea­der. Sauf que cette élec­tion pour­rait précipiter le dé­part d’An­ge­la Mer­kel qui a re­non­cé à la fois à bri­guer le lea­der­ship de son par­ti et à pos­tu­ler pour un cin­quième man­dat. La chan­ce­lière pen­sait en contre­par­tie fi­nir se­rei­ne­ment son man­dat. Elle court le risque de voir élu, en la per­sonne de Frie­drich Merz, non pas un par­te­naire ac­com­mo­dant te­nant sa­ge­ment les rênes du par­ti jus­qu’aux élec­tions de 2021 mais un ad­ver­saire am­bi­tieux, im­pa­tient de prendre sa place à la chan­cel­le­rie. S’il l’em­porte sa­me­di, la co­ha­bi­ta­tion s’an­nonce san­glante.

LE PRÉ­SIDENT FRAN­ÇAIS DÉ­FIÉ

PAR LES « GI­LETS JAUNES »

L’Eu­rope tout en­tière a les yeux ri­vés sur la France, frap­pée en plein élan ré­for­ma­teur par une vague de pro­tes­ta­tions et de vio­lences in­édites. Le mou­ve­ment des « gi­lets jaunes », qui pro­met des ras­sem­ble­ments vio­lents sa­me­di à Pa­ris, va-t-il pa­ra­ly­ser l’ac­tion du gou­ver­ne­ment ? Ou pire en­core, va-t-il vi­rer à l’in­sur­rec­tion ? Seule cer­ti­tude, le pré­sident de la Ré­pu­blique, qui in­car­nait jus­qu’ici en Eu­rope la vo­lon­té de ren­for­cer l’Union, va perdre de sa force et de sa lé­gi­ti­mi­té.

L’HEURE DE VÉ­RI­TÉ POUR LE BUD­GET ITA­LIEN

Le bud­get ita­lien, qui se joue de la doxa eu­ro­péenne, se­ra-t-il ac­cep­té par Bruxelles ? Rome qui se veut un peu plus conci­liant a pro­mis de re­voir en lé­gère baisse son dé­fi­cit, ses par­te­naires lui de­mandent de faire plus. La réunion entre le Pre­mier mi­nistre Conte et le pré­sident de la Com­mis­sion eu­ro­péenne, Jean-Claude Jun­cker, mar­di, est dé­ci­sive. Le re­jet du pro­jet ita­lien creu­se­rait un peu plus la frac­ture entre le nord et le sud de la zone eu­ro qui ne par­viennent pas à conver­ger. Il ris­que­rait aus­si de confor­ter le gou­ver­ne­ment po­pu­liste ita­lien qui vit en grande par­tie de sa cri­tique d’une Union eu­ro­péenne toute-puis­sante.

L’AC­CORD SUR LE BREXIT MORIBOND, THE­RE­SA MAY EN SUR­SIS

Les chances que The­re­sa May em­porte l’adhé­sion d’une ma­jo­ri­té de dé­pu­tés bri­tan­niques sur l’ac­cord de di­vorce avec l’Eu­rope sont in­fimes, à quelques jours du vote. Le re­jet du texte, mar­di en prin­cipe, ou­vri­rait une im­mense pé­riode d’in­cer­ti­tude dont les ex­perts eux-mêmes ne savent pas pré­dire sur quoi elle dé­bou­che­rait : nou­velles élec­tions, nou­veau ré­fé­ren­dum, Brexit dur, nou­velles né­go­cia­tions avec l’Eu­rope ou… pas de Brexit du tout. Une nou­velle ère de tur­bu­lences s’ou­vri­rait pour un Royaume-Uni dé­jà très af­fai­bli par son choix de quit­ter l’Union eu­ro­péenne. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.