Volks­wa­gen éco­no­mise pour in­ves­tir dans l’élec­trique

La marque veut por­ter sa marge à au moins 6 % dès 2022, trois ans plus tôt que pré­vu.

Les Echos - - INDUSTRIE & SERVICES - Pau­line Houé­dé @Pau­li­ne_H — Cor­res­pon­dante à Franc­fort

Avant même le terme de son plan d’éco­no­mies ac­tuel lan­cé il y a deux ans, Volks­wa­gen a an­non­cé jeu­di de nou­velles éco­no­mies mas­sives pour pou­voir prendre le vi­rage élec­trique.

La marque al­le­mande, qui ap­par­tient au groupe au­to­mo­bile du même nom (comme Au­di, Seat ou Sko­da), sou­haite ré­duire ses coûts an­nuels de 3 mil­liards d’eu­ros sup­plé­men­taires d’ici à 2023. Volks­wa­gen vi­sait dé­jà le même vo­lume

Au to­tal, la marque veut in­ves­tir plus de 11 mil­liards d’eu­ros entre 2019 et 2023.

d’éco­no­mies d’ici à 2020 dans le cadre de son « pacte d’ave­nir » lan­cé fin 2016. En fin d’an­née, le construc­teur de Wolf­sburg au­ra ain­si dé­jà ré­duit ses coûts an­nuels de 2,2 mil­liards.

Si Volks­wa­gen ac­cé­lère, c’est qu’il y a ur­gence : le groupe doit pou­voir dis­po­ser des res­sources né­ces­saires pour fi­nan­cer les énormes in­ves­tis­se­ments né­ces­saires dans la voi­ture élec­trique, la voi­ture au­to­nome ou en­core ses ser­vices de mo­bi­li­té. Au to­tal, la marque veut in­ves­tir plus de 11 mil­liards d’eu­ros entre 2019 et 2023, dont plus de 9 mil­liards rien que pour la voi­ture élec­trique. Pour at­teindre son nou­vel ob­jec­tif d’éco­no­mies, Volks­wa­gen va sim­pli­fier son por­te­feuille de pro­duits en sup­pri­mant, par exemple, un quart des ver­sions de mo­teurs et trans­mis­sions de son offre en Eu­rope. La marque veut éga­le­ment ac­croître de 30 % en moyenne la pro­duc­ti­vi­té de ses usines d’ici à 2025.

Ré­duc­tion des ef­fec­tifs

Le groupe d’ en­vi­ron 200.000 em­ployés en­vi­sage aus­si une nou­velle ré­duc­tion de ses ef­fec­tifs, no­tam­ment dans ses ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs grâce à l’in­tro­duc­tion de nou­veaux sys­tèmes in­for­ma­tiques. Les dis­cus­sions sont en cours avec les re­pré­sen­tants du per­son­nel, sou­ligne Volks­wa­gen, qui ne donne pas de pré­ci­sions chif­frées.

Avec son « pacte d’ave­nir », le groupe avait sup­pri­mé 23.000 em­plois en Al­le­magne. Sa marge, ré­duite à 1,8 % en 2016, s’est quant à elle de­puis re­dres­sée : Volks­wa­gen pré­voit de la por­ter à 4 % cette an­née. Fort de ces nou­velles coupes, Volks­wa­gen a an­non­cé jeu­di qu’il vi­sait do­ré­na­vant une ren­ta­bi­li­té d’au moins 6 % dès 2022. Il s’était au­pa­ra­vant fixé cet ob­jec­tif pour 2025, ta­blant sur une four­chette de 4 à 5 % en 2020, à l’is­sue de son « pacte d’ave­nir ».

« Il est clair que dans notre in­dus­trie, de 4 à 5 % ne suf­fisent pas pour être com­plè­te­ment prêts pour le fu­tur. Après 2020, nous in­ves­ti­rons à nou­veau dans l’ élec­tro mo­bi­li­té, nous vou­lons et de­vrons in­ves­tir dans la voi­ture au­to­nome. Pour ce­la, nous avons be­soin de da­van­tage de moyens », a ex­pli­qué Ar­no Ant­litz, di­rec­teur fi­nan­cier de la marque, qui es­time que 6 % est un seuil suf­fi­sant. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.