Notes

Les Grands Dossiers de Diplomatie - - Terres Et Conflits -

(1) À la suite du meurtre de Jou­bert Con­ra­die, vi­gne­ron de 47 ans ins­tal­lé dans la ré­gion du Cap, l’un de ses proches dif­fu­sa une vi­déo de­man­dant que les Sud-Afri­cains s’ha­billent de noir le lun­di sui­vant pour dé­non­cer la re­cru­des­cence des meurtres de fer­miers. Re­layée par des syn­di­cats agri­coles et des lob­bies afri­ka­ners comme AfriFo­rum entre autres, la cam­pagne #Bla­ckMon­day prit vite un tour violent, sur les ré­seaux so­ciaux comme lors des ma­ni­fes­ta­tions, met­tant en lu­mière les vives ten­sions ra­ciales au­tour de la ques­tion de la terre.

(2) Pour un script de l’en­tre­tien ac­cor­dé par Pe­ter Dut­ton, voir le site du mi­nis­tère de l’In­té­rieur aus­tra­lien (https://bit.ly/2sbfHZR).

(3) « En un tweet, la ré­forme agraire sud-afri­caine se­lon Do­nald Trump », Le Monde, 23 août 2018.

(4) En in­ter­di­sant aux Noirs d’ache­ter ou de louer en fer­mage des terres hors de ré­serves dé­fi­nies par la loi (ré­serves qui cou­vraient en 1913 en­vi­ron 7 % du ter­ri­toire na­tio­nal, por­tés à 13 % en 1936), la loi ap­por­tait le sceau de la lé­ga­li­té à l’ac­ca­pa­re­ment des terres par les co­lons et ren­for­çait la mar­gi­na­li­sa­tion des Sud-Afri­cains noirs.

(5) À titre d’in­for­ma­tion, 10 % des terres agri­coles en Afrique du Sud sont dé­te­nues par l’État, 35 % par des pro­prié­taires in­di­vi­duels, 32 % par des fon­da­tions et 23 % par des en­tre­prises. Très peu d’in­for­ma­tions existent sur les terres pos­sé­dées par les fon­da­tions et en­tre­prises (soit 55 % des terres agri­coles).

(6) « Ma­le­ma: White people are too poor to leave South Afri­ca, for­ced to face re­form », The South

Afri­can, 9 sep­tembre 2018 (https://bit.ly/2RxsYKt, consul­té le 3 jan­vier 2019).

(7) Se­lon un rap­port pu­blié en 2018 par le Hu­man Sciences Re­search Coun­cil, 79 % des Sud-Afri­cains noirs sou­haitent une ré­forme agraire contre seule­ment 20 % des Mé­tis, 28 % des In­diens et 18 % des Blancs.

(8) Cer­tains cher­cheurs, comme Pros­per Ma­ton­di, ont de­puis mis en lu­mière les re­tom­bées po­si­tives de la ré­forme zim­babwéenne au-de­là des vio­lences qui ont mar­qué les pre­miers temps du FTLRP (Pros­per B. Ma­ton­di, Zim­babwe’s Fast Track Land Re­form,

Lon­don, Zed Books, 2012). Mais la ré­forme zim­babwéenne de­meure pour le grand pu­blic as­so­ciée aux images de fer­miers blancs chas­sés de leurs terres, voire tués.

(9) AfriFo­rum est un groupe d’in­té­rêt créé en 2006 par des hommes d’af­faires et avo­cats afri­ka­ners sou­cieux de dé­fendre les in­té­rêts des Afri­ka­ners blancs. Au cours de l’an­née 2018, AfriFo­rum a en­tre­pris une grande cam­pagne in­ter­na­tio­nale pour dé­non­cer les vio­lences su­bies par les fer­miers blancs sud-afri­cains (voyage aux États-Unis en mai 2018 pour ren­con­trer des membres du Congrès amé­ri­cain, des mé­dias et des in­ves­tis­seurs ; voyage en Aus­tra­lie en oc­tobre 2018).

(10) « First 50 fa­mi­lies of far­mers from South Afri­ca may soon re­set­tle in Rus­sia », RT, 20 juillet 2018 (https://bit.ly/2C7TUXg).

(11) Pour plus de dé­tails sur ce su­jet, voir « 10 ques­tions about #Bla­ckMon­day – and farm mur­ders – ans­we­red », News24, 1er no­vembre 2017 (https:// bit.ly/2FcK7Tg).

(12) Pour plus de dé­tails, voir « Are pro­tes­ters right on South Afri­ca farm mur­der rate? », BBC News, 3 no­vembre 2017 (https://bbc.in/2ICUkpY).

(13) Les ban­tous­tans sont les ter­ri­toires au­to­nomes ou in­dé­pen­dants, ré­ser­vés aux po­pu­la­tions noires, qui furent créés par Pre­to­ria à par­tir des an­nées 1960. (14) « Zu­lu king wants gua­ran­tee that Trust will be un­tou­ched in land re­form », IOL news, 7 oc­tobre 2018 (https://bit.ly/2OH6FAp).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.