Beas­tie for life

Les Inrockuptibles - - Intro - Pierre Sian­kows­ki

C’EST UN LIVRE SIMPLE MAIS MA­JEUR que ce Beas­tie Boys Book qui vient d’être pu­blié. Six ans après la mort de leur ami Adam Yauch (aka MCA), Adam Ho­ro­vitz et Mi­chael Dia­mond (aka Ad-Rock et Mike D) ont dé­ci­dé de re­tra­cer de l’in­té­rieur l’his­toire d’un des groupes les plus co­ol de tous les temps, et ce toutes ca­té­go­ries confon­dues. Cette his­toire, Ho­ro­vitz et Dia­mond – on uti­lise ici les noms de plume et pas de mi­cro – ont dé­ci­dé de la ra­con­ter comme leur pote Adam l’au­rait vou­lu, sans chi­chi, sans wah wah, et sur­tout sans pa­thos et le coffre rem­pli d’hu­mour. Ce qui res­sort de cette épo­pée qui au­ra du­ré vingt-cinq ans, c’est un par­cours ab­so­lu­ment flexible et mon­té sur vé­rins qui pose le trio dans une po­si­tion unique, entre punk rock et hip-hop, mais tou­jours avec cette at­ti­tude sin­gu­lière qui fait des Beas­tie Boys ce groupe tou­jours aus­si pré­cieux (même si cer­tains jeunes pour­ront vous dire, dans un ex­cès de for­fan­te­rie, que c’est, je cite, “un ma­chin”, je re-cite, “de da­rons”). Dans ce Beas­tie Boys Book, au-de­là des his­toires épiques (li­sez celle de Ill Com­mu­ni­ca­tion, to­ta­le­ment din­go), on croise ab­so­lu­ment tout le monde : du fantastique Rick Ru­bin à Rus­sell Sim­mons, en pas­sant par le chef Roy Choi ou le Pu­lit­zer Col­son Whi­te­head. Et tout le monde dit peu ou prou la même chose. Quelque part au mi­lieu des an­nées 1990, les trois Beas­tie avaient réus­si à tou­cher du doigt ce que cer­tains mettent toute une vie à trou­ver, cla­mant à qui veut l’en­tendre qu’ils ont été à l’ori­gine de ce­ci ou de ce­la : ce truc, c’est le co­ol, co­ol que MCA, Ad-Rock et Mike D por­taient presque sur leurs vi­sages, tou­jours nar­quois et en­joués. Et c’est dans les té­moi­gnages de la fin du livre, et sur­tout dans ce­lui d’Amy Poeh­ler, que l’on voit à quel point l’in­fluence des Beas­tie Boys au­ra clai­re­ment dé­pas­sé la mu­sique. A pro­pos de la vi­déo de Sa­bo­tage, réa­li­sée par Spike Jonze, l’hu­mo­riste amé­ri­caine dit ce­ci : “Je crois qu’il n’y au­rait ja­mais eu An­chor­man, ni Wes An­der­son, ni les vi­déos de Lo­ne­ly Is­land et en­core moins de chaîne comme Adult Swim si ce clip n’avait pas exis­té.” Tel­le­ment vrai.

“Et si­non, tu fais quoi pour le ré­veillon ?”La double ga­lette-sau­cisse sup­plé­ment mou­tarde “Ah ! ça, c’est mon ap­pli pour sa­voir quelle ap­pli sur les ap­plis est la meilleure” La der­nière sai­son de House of Cards Le dé­bat sur les trot­ti­nettes élec­triquesLe pe­tit fan de Mac DeMar­co To­tal Re­cords Ro­salía La re­lease par­ty de Ren­dez Vous La contem­pla­tion “Cha­maaaaaax” “Nan, ça va, je viens juste de dé­cou­vrir l’exis­tence de Trois Ca­fés Gour­mands” Ca­the­rine Ri­bei­ro “Mais nan, la bière ça fait pas gros­sir, je te jure” Les tar­tines au mielLA DOUBLE GA­LETTE-SAU­CISSE Avec sup­plé­ment mou­tarde. Les Ren­contres Trans Mu­si­cales de Rennes ap­prochent. “ET SI­NON, TU FAIS QUOI POUR LE RÉ­VEILLON ?” Ça ap­proche aus­si. “AH ! ÇA, C’EST MON AP­PLI pour sa­voir quelle ap­pli sur les ap­plis est la meilleure”. Et aus­si LA RE­LEASE PAR­TY DE REN­DEZ VOUS le 9 no­vembre à La Ma­chine du Mou­lin Rouge (Pa­ris XVIIIe). TO­TAL RE­CORDS Une web-sé­rie sur les po­chettes de disques, à voir sur arte.tv CA­THE­RINE RI­BEI­RO Ses trois al­bums avec le groupe Alpes font l’ob­jet d’une ré­édi­tion, et c’est une bonne nou­velle. C. B.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.