Sale temps à l’hô­tel El Royale de Drew God­dard

Avec Jeff Bridges, Cyn­thia Eri­vo, Ch­ris Hem­sworth (E.-U., 2018, 2 h 22)

Les Inrockuptibles - - Cinémas - Théo Ri­be­ton

Une vrai-faux po­lar pop où l’ex­cès vient écra­ser les pos­si­bi­li­tés de bur­lesque.

Le titre est ce­lui d’un vieux pulp ma­ga­zine aux pages jau­nies ; le pitch, ce­lui d’une es­pèce de Clue­do ta­ran­ti­noïde en huis clos ; et le cas­ting pour­rait bien faire l’ef­fet d’un poids lourd US à la li­sière de l’os­ca­ri­sable.

Sale temps à l’hô­tel El Royale ne pou­vant pas être tout c ela à la fois, qu’est-il vrai­ment ? La ris­tourne est plus ou moins connue : c’est une vraie-fausse sé­rie B, un po­lar pop qui singe la théâ­tra­li­té char­meuse du bis, à tra­vers la réunion plus ou moins ha­sar­deuse d’une ga­le­rie de per­son­nages es­tam­pillés “hauts en cou­leur” (un dan­dy bruyant, un vieux prêtre sym­pa­thique, une belle à fort ca­rac­tère…). Une mau­vaise iro­nie em­baume le pro­jet, carte pos­tale trop ca­bo­tine pour être hon­nête. Il y avait pour­tant de bonnes idées de dé­part, au pre­mier rang des­quelles une ins­tal­la­tion as­sez sa­vou­reuse des lieux, avec un hô­tel à la fron­tière de deux Etats – se­lon la chambre qu’on choi­sit, ou la moi­tié de la salle de ré­cep­tion où l’on se tient, on paie­ra plus cher, ou bien l’on pour­ra boire, ou bien l’on pour­ra jouer, etc. – et qui four­mille de chausse-trapes, mi­roirs sans tain et autres bu­tins ca­chés. Mal­heu­reu­se­ment, un ex­cès de masse vient écra­ser les pos­si­bi­li­tés de bur­lesque et de faux-sem­blants qu’on flai­rait, dès lors que Drew God­dard ( La Ca­bane dans les bois) pa­ra­chute là-des­sus des ki­lo­tonnes de se­crets et d’in­trigues, dont il se dés­in­té­resse pour­tant aus­si­tôt. Sectes ba­ba, re­buts du show­bu­si­ness, bra­quos, voyeu­risme or­ga­ni­sé et même un peu de Viet­nam : mais de quoi ça parle ? De rien : Sale temps… prend du poids scène après scène sans ins­tal­ler au­cune as­sise. Le pro­jet n’était ap­pa­rem­ment que de bla­guer sur un for­mat. Ça fe­ra jo­li en ver­sion VHS à blis­ter ar­ti­fi­ciel­le­ment vieilli, sur un pré­sen­toir Ur­ban Out­fit­ters. Mais de là à re­gar­der le film…

Ch­ris Hem­sworth

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.