Au coeur des Olym­piades

Les Inrockuptibles - - Livres - Syl­vie Ta­nette

Ce pre­mier ro­man met en scène une ado en co­lère vi­vant dans le Chi­na­town pa­ri­sien. Grace Ly pour­suit son tra­vail de dé­cons­truc­tion des cli­chés sur les Asia­tiques en­ta­mé sur son blog et dans sa web-sé­rie.

“TRENTE ANS QUE MA MÈRE VIT À PA­RIS et elle parle tou­jours fran­çais comme une vache es­pa­gnole. Pas éton­nant qu’elle soit née sous ce signe as­tro­lo­gique.” Dès les pre­miers mots, l’am­biance est en place : nous sommes dans le XIIIe ar­ron­dis­se­ment, le Chi­na­town pa­ri­sien, avec une ado re­belle en guerre contre sa mère. Elle tente de trou­ver son in­dé­pen­dance au sein d’une fa­mille en­va­his­sante. Sa mère, donc, qui tient un res­tau­rant chi­nois avec la grand-mère, l’Oncle Deux et sa femme Ta­ta Meng, et Mei Faa, soeur de la mère, dingue de Bar­dot qui se fait ap­pe­ler Tante Bri­gitte. A par­tir de ce ta­bleau dé­peint avec beau­coup d’hu­mour, Grace Ly s’em­ploie à dé­cons­truire les cli­chés ha­bi­tuel­le­ment liés aux fa­milles ve­nues d’Asie.

Jeune fille mo­dèle est un pre­mier ro­man mais l’au­teure n’est pas tout à fait une in­con­nue. Cette avo­cate tren­te­naire fé­mi­niste tient un blog, “La pe­tite ba­nane”, et par­mi ses conseils cu­li­naires elle s’at­taque aux pon­cifs sur l’im­mi­gra­tion. Elle le fait éga­le­ment dans sa web-sé­rie, Ça reste entre nous, où de jeunes Fran­çais d’ori­gine asia­tique ré­flé­chissent aux sté­réo­types dont ils sont vic­times.

Grace Ly est née en France de pa­rents ré­fu­giés, Chi­nois ins­tal­lés au Cam­bodge qu’ils ont réus­si à fuir dans les an­nées 1970. Son ro­man est d’abord une chro­nique co­casse du quar­tier chi­nois vu de l’in­té­rieur, su­jet in­té­res­sant et as­sez rare dans la lit­té­ra­ture fran­çaise, où les des­cen­dants d’im­mi­grés ne sont pas nom­breux.

Grace Ly in­nove en in­tro­dui­sant dans ses phrases des idéo­grammes, pla­çant sa double culture au coeur de son écri­ture. Peu à peu son pro­pos gagne en pro­fon­deur. Sa nar­ra­trice, pour qui le terme “Chi­nois du Cam­bodge” ne si­gni­fiait rien tant qu’elle était enfant, com­mence à com­prendre ce qui est ar­ri­vé aux siens sous la dic­ta­ture de Pol Pot. Alors les fan­tômes en­va­hissent le texte.

Jeune fille mo­dèle garde jus­qu’au bout son éner­gie.

Il est aus­si à rap­pro­cher du ro­man d’Ab­nousse Shal­ma­ni, Les exi­lés meurent aus­si d’amour (Gras­set), qui ra­conte l’ins­tal­la­tion d’Ira­niens à Pa­ris. Ces jeunes ro­man­cières rap­pellent que cha­cun est por­teur d’une his­toire sin­gu­lière, avant et après son ar­ri­vée en France.

Jeune fille mo­dèle (Fayard), 260 p., 19 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.