Freeze Cor­leone

Pro­jet Blue Beam MMS Re­cords 2018

Les Inrockuptibles - - Musiques - Eric Vernay

Homme de l’ombre aux pen­sées (très) sombres, le gou­rou cryp­tique du col­lec­tif 667 en­voie du rap pa­ra­noïaque et pro­sé­lyte dans son “pro­jet du rayon bleu”.

ON ERRE DANS LE PAY­SAGE MEN­TAL de Freeze Cor­leone comme Tom Cruise dans Eyes Wide Shut : l’oeil ha­gard, à l’af­fût de signes qui pour­raient éclai­rer la ter­rible ma­chi­na­tion en train de se jouer.

Pas de scène d’or­gie ku­bri­ckienne à l’ho­ri­zon chez le Fran­çais de 27 ans, mais un dé­cor nocturne sa­tu­ré d’énigmes. Le fon­da­teur du 667, grou­pus­cule rap éga­le­ment sur­nom­mé la Ligue des ombres, le Man­ge­mort Squad ou la Secte (cf. dans le cin­quième morceau, LRH, les ly­rics “tout pour la secte comme un scien­to­logue”) est fas­ci­né par les mes­sages cryp­tés, la nu­mé­ro­lo­gie et l’éso­té­risme.

Rien n’est lais­sé au ha­sard par le na­tif des Li­las (Seine-Saint-De­nis), des dates de sor­tie de ses tapes, rat­ta­chées à de fu­nestes évé­ne­ments (le 11-Sep­tembre, les at­ten­tats du Ba­ta­clan), à leurs titres, com­po­sés de sigles es­cha­to­lo­giques et de to­tems conspi­ra­tion­nistes, tel ce

Pro­jet Blue Beam, se­lon le­quel la Nasa pré­pa­re­rait en se­cret l’avè­ne­ment d’un Nou­vel ordre mon­dial par le biais de puis­sants ho­lo­grammes hal­lu­ci­no­gènes. Goo­gler ce “pro­jet du rayon bleu”, c’est vite se re­trou­ver nez à nez avec des ov­nis, des or­di­na­teurs so­vié­tiques, 2001, l’odys­sée de l’es­pace et, bien sûr, Sa­tan.

Ce n’est pas la seule théo­rie du com­plot men­tion­née par le MC-pro­duc­teur ins­tal­lé à Da­kar, tant elles semblent conver­ger dans son vor­tex bu­té à la lean (“J’me sens comme Obé­lix sauf que j’suis tom­bé dans la drogue” dans Don­quixote Do­fla­min­go) à Fi­fa et aux anime – l’album re­gorge de ré­fé­rences poin­tues au football, aux man­gas et jeux vi­déo, par le biais com­pul­sif de com­pa­rai­sons, sa fi­gure de style fé­tiche.

L’em­prise de ré­seaux ma­çon­niques, na­zis ou pé­do­philes, per­cep­tible dans le film tes­ta­ment de Ku­brick, conta­mine ses rimes pa­ra­noïaques : “Dans ma tête : ar­gent, sexe, drogue, com­plot, c’est ob­ses­sion­nel.” De ce ciel d’encre gouttent quelques op­pres­santes notes de pia­no. Les basses sont si sourdes qu’on se croi­rait dans un sous­ma­rin. Freeze les dompte sans sour­ciller, d’un flow très rac­cord avec son blaze, hé­ri­té de Free­zer, le mé­chant de Dra­gon Ball. Froid comme un gla­çon éter­nel au mi­lieu des flammes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.