Ca­nine

26 no­vembre, au Théâtre Ma­ri­gny

Les Inrockuptibles - - Musiques - Maud Gau­tier

Après une im­pres­sion­nante ses­sion live dif­fu­sée par La Blo­go­thèque en avril der­nier, on avait par­ti­cu­liè­re­ment hâte de dé­cou­vrir le concert de Ca­nine, mys­té­rieuse chan­teuse pa­ri­sienne. Char­gée d’as­su­rer la pre­mière par­tie de la soi­rée, c’est dans la somp­tueuse salle du Théâtre Ma­ri­gny, que l’on re­trouve tout d’abord la jeune Fran­co-Américaine Nao­mi Greene. Uni­que­ment ac­com­pa­gnée de sa harpe, la com­po­si­trice dé­voile de pré­cieuses com­po­si­tions me­nées par sa voix aus­si puis­sante que fra­gile. Quelques mi­nutes plus tard, c’est à la do­mi­nante Ca­nine d’en­trer sur scène. Dans un dé­cor de clai­rière en­ve­lop­pé d’un lé­ger voile de fu­mée, la chan­teuse ar­rive en­tou­rée d’un cor­tège de treize mu­si­ciennes. Comme à son ha­bi­tude, elle porte une grande coiffe or­née de plumes noires pour mas­quer son vi­sage. Dès les pre­mières mi­nutes, on est frap­pé par la voix de Ca­nine : an­dro­gyne, soul, in­can­des­cente et su­bli­mée par ces puis­sants choeurs. Une per­for­mance forte, conduite par ce jeu per­ma­nent avec les lu­mières et le cha­risme des qua­torze ar­tistes qui dé­livrent un concert scé­na­ri­sé et poin­tilleu­se­ment cho­ré­gra­phié. Tout au long du live, Ca­nine cultive le mys­tère au­tour de son iden­ti­té. Ce n’est qu’à la moi­tié de la per­for­mance qu’elle ôte fi­na­le­ment sa grande coiffe, pour lais­ser voir son vi­sage. Le concert est sac­ca­dé, exal­té, éner­gique, fou­gueux et ryth­mé par un mé­lange sa­vant entre mu­sique élec­tro­nique, soul tein­tée de gos­pel et so­no­ri­tés pop. Si sa mu­sique peut prendre des airs aus­tères, il n’en est rien. Plus sûre d’elle que ja­mais, Ca­nine par­vient à clô­tu­rer le live dans un uni­vers tou­jours aus­si mys­tique et sin­gu­lier. Un en­semble in­clas­sable, mais sai­sis­sant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.