Astérix – Le Se­cret de la potion ma­gique

D’Alexandre As­tier et Louis Clichy avec Christian Cla­vier, Guillaume Briat, Alex Lutz (Fr., 2018, 1 h 25).

Les Inrockuptibles - - Cinémas - Théo Ri­be­ton

Une ten­ta­tive au­da­cieuse de mo­der­ni­ser le Gau­lois. De­puis près de vingt ans, entre pa­ro­dies de grand spec­tacle ci­né et er­re­ments BD dé­li­rants ( Le ciel lui tombe sur la tête, ul­time album uder­zien où des aliens dé­bar­quaient au vil­lage), l’en­trée d’Astérix dans la mo­der­ni­té fait fi­gure d’équa­tion im­pos­sible.

Ne pas ten­ter le diable de la pop culture : c’est l’adage qu’ont ob­ser­vé ceux qui, sur cette pé­riode, sont par­ve­nus à per­pé­tuer la re­cette Astérix sans l’in­toxi­quer. Soient Con­rad et Fer­ri, qui ont re­pris les al­bums suite à la re­traite d’Uder­zo, mais aus­si As­tier et Clichy qui avaient réus­si, avec Le Do­maine des Dieux, une nou­velle adap­ta­tion ani­mée à la fois re­dy­na­mi­sée et po­lie. Quatre ans après, Le Se­cret de la potion ma­gique ex­pé­ri­mente une re­cette ra­di­ca­le­ment au­da­cieuse. L’his­toire est cette fois ori­gi­nale (Pa­no­ra­mix fait le tour de la Gaule à la re­cherche d’un suc­ces­seur), mais c’est sur­tout son trai­te­ment, qui sa­tel­lise mal­adroi­te­ment les mous­ta­chus, flir­tant car­ré­ment avec le sho­nen entre com­bats de géants et ri­va­li­tés drui­diques. Cer­taines nou­veau­tés sont bien­ve­nues (la pré­sence d’en­fants, éter­nels ab­sents de la sa­ga) et la CGI confirme sa su­pé­rio­ri­té sur les films live pour épou­ser gra­cieu­se­ment les ron­deurs de la BD. Mais en s’en­ti­chant de fu­tu­risme, Alexandre As­tier est clai­re­ment pas­sé à cô­té d’une oc­ca­sion de rêve, sug­gé­rée par l’actu 2018 : su­bli­mer Astérix en un idéal du gau­lois ré­frac­taire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.