LA COL­LINE DES « BO­BOS »

Ier ET IVE AR­RON­DIS­SE­MENTS

L'Express (France) - Immobilier - - Lyon Immobilier -

Avec ses hauts im­meubles de cou­leur ocre, ses vo­lées d’es­ca­lier ver­ti­gi­neuses et ses fa­meuses tra­boules, la col­line de la Croix-rousse a gar­dé les ca­rac­té­ris­tiques de la « Col­line qui tra­vaille » – sur­nom dont elle a hé­ri­té en ré­fé­rence aux ou­vriers tis­se­rands de la soie qui y vi­vaient au XIXE siècle. A no­ter : les « Pentes » de la Croix-

Rousse font par­tie du Ier ar­ron­dis­se­ment, tan­dis que le « Pla­teau » est en­glo­bé dans le IVE. Mal­gré leurs prix éle­vés, les ap­par­te­ments-ate­liers dans les­quels les fa­meux ca­nuts ins­tal­laient leurs mé­tiers à tis­ser sont « très pri­sés par les bo­bos », in­dique Vé­ro­nique Dey­dier, de Billon Im­mo­bi­lier.

Les ap­par­te­ments si­tués entre la place de la Croix-rousse et celle du Com­man­dant-ar­naud se né­go­cient entre 4500 et 5500 € le mètre car­ré. Au pre­mier étage d’un an­cien im­meuble de ca­nuts, à cinq mi­nutes à pied de la sta­tion de mé­tro CroixRousse, un loft de 160m2 a trou­vé pre­neur à 720000 € (4500 € le mètre car­ré). Non loin de là, un couple de mé­de­cins a eu le coup de coeur pour un beau 4-pièces de 80 m2. Le prix : 425000 € (5 313 € le mètre car­ré). « Une belle hau­teur sous pla­fond, une grande mez­za­nine et du ca­chet : c’est exac­te­ment ce que les ache­teurs re­cher­chaient », as­sure Ro­bert Cailliau, di­rec­teur de l’agence ERA Croix-rousse.

Les fa­milles pros­pec­te­ront avec pro­fit le sec­teur ré­si­den­tiel de Cha­zière, riche en im­meubles se­mi-ré­cents. Les ap­par­te­ments en bon état s’y échangent aux alen­tours de 4500 € le mètre car­ré. Les mai­sons sont lo­gi­que­ment plus chères. A 10 mi­nutes à pied de la sta­tion de mé­tro Hé­non, une mai­son flam­bant neuve de 103m2, avec 3chambres et en­vi­ron 100m2 de ter­rain, a at­teint la co­quette somme de 520000 €.

Plus au sud s’étend le quar­tier des Pentes de la Croix-rousse, qui fait par­tie du Ier ar­ron­dis­se­ment. Plu­tôt bran­ché, avec une vie noc­turne in­tense, le sec­teur sé­duit une po­pu­la­tion de jeunes ac­tifs. Sur la pente est de la col­line, dans un bel im­meuble de la fin du XIXE siècle, un couple de tren­te­naires a ache­té un 3-pièces de 130 m2 pour 450000 €. Soit une moyenne rai­son­nable de 3 461 € le mètre car­ré. « Il de­vra le re­mettre au goût du jour », in­dique tou­te­fois l’agent qui a sui­vi la vente.

Au bas de la col­line, le long de l’étroite et ani­mée rue Sain­teCa­the­rine, au qua­trième étage d’un an­cien im­meuble de ca­nuts, un couple de mé­de­cins a ache­té un 3-pièces de 145 m2 pour 530000 € (3 655 € le mètre car­ré). A deux pas de là, dans un im­meuble bour­geois de style hauss­man­nien, des sexa­gé­naires ont dé­bour­sé 430000 € pour s’of­frir ce 3-pièces lu­mi­neux et tra­ver­sant de 90m2 (4778 € le mètre car­ré).

3655 € C’est le prix au mètre car­ré d’un 3-pièces de 145 m2, rue Sainte-ca­the­rine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.