MOS­COU RÉINVESTIT L’AFRIQUE

L'Express (France) - - Monde -

failli de nais­sance, aux en­trailles far­cies çà et là de dia­mants, d’or et d’ura­nium, pac­tole lar­ge­ment in­ex­plo­ré et dont les in­for­tu­nés ci­toyens – 4,5 mil­lions d’âmes, dont 2 mil­lions de ré­fu­giés ou dé­pla­cés – n’ont ja­mais vu la cou­leur.

A pro­pos de cou­leurs, ce constat : seul l’or­don­nan­ce­ment de celles du dra­peau du tu­teur a chan­gé. Après le bleu­blanc-rouge de gauche à droite, place au blanc­bleu-rouge de haut en bas. La­bo­ra­toire ? Tête de pont? Si l’en­trisme russe re­lève aus­si de l’ef­fet d’au­baine, il tra­hit la per­ma­nence d’une am­bi­tion d’en­ver­gure conti­nen­tale, un temps anéan­tie par le nau­frage de l’URSS. Ban­gui ap­pa­raît ain­si comme la pointe émer­gée d’un ice­berg géo­po­li­tique de belle taille. De la Gui­née-Co­na­kry à l’Ethio­pie, du Bur­ki­na Fa­so au Zim­babwe et à l’An­go­la, Rus­sia is back (voir la carte ci-des­sus).

Mieux vaut ne pas se fier à la mo­des­tie des don­nées of­fi­cielles. Par la grâce de la dé­ro­ga­tion consen­tie par l’ONU à l’em­bar­go sur les ventes d’armes à la RCA, Mos­cou a li­vré au dé­but de cette an­née un ro­buste ar­se­nal – du pis­to­let Ma­ka­rov au ca­non an­ti-aé­rien, de la ka­lach­ni­kov au lance-ro­quettes – et dé­pê­ché sur place 175 ins­truc­teurs : 5 of­fi­ciers et 170 ci­vils. « Nous at­ten­dons le feu vert pour faire ve­nir un ren­fort d’une soixan­taine de for­ma­teurs », pré­cise Vic­tor Tok­ma­kov, pre­mier conseiller de l’am­bas­sade de la Fé­dé­ra­tion de Rus­sie en Cen­tra­frique. Chiffre mi­ni­ma­liste : l’ef­fec­tif réel flir­tait à la mi-no­vembre avec les 400. « La lo­gique vou­drait qu’il dé­passe à moyen terme le mil­lier », avance un di­plo­mate ouest-eu­ro­péen.

La lo­gique ? Celle que sug­gère la car­to­gra­phie de la pré­sence russe sur un ter­ri­toire plus vaste que la France, dont 80 % échappent à l’au­to­ri­té aléa­toire du chef de l’Etat, Faus­tin-Ar­change Toua­dé­ra, alias « FAT », élu en 2016 à la fa­veur d’une ac­cal­mie pré­caire. Là en­core, Mos­cou tend à mi­ni­mi­ser son im­plan­ta­tion. Hor­mis Be­ren­go et Ban­gui, les ser­vices de ren­sei­gne­ment oc­ci­den­taux re­censent une dou­zaine de lieux où des dé­ta­che­ments res­treints – une ving­taine d’hommes en moyenne – ont po­sé leur bar­da. Postes avan­cés que ra­vi­taillent des es­couades de ca­mions bâ­chés, ve­nus d’or­di­naire du Sou­dan, es­cor­tés par les porte-flingues de l’une ou l’autre fac­tion is­sue de la coa­li­tion mu­sul­mane Se­le­ka, ré­bel­lion au pou­voir de mars 2013 à jan­vier 2014.

« Et cette carte-là épouse fi­dè­le­ment celle des conces­sions mi­nières les plus pro­met­teuses », glisse-t-on au Quai d’Or­say. Pas faux. Reste que Pa­ris a, par ex­cès de can­deur, ac­cé­lé­ré l’ir­rup­tion du ri­val. C’est sur les conseils de l’Ely­sée que Toua­dé­ra s’en al­la plai­der à Mos­cou pour la le­vée du ve­to du Krem­lin à la four­ni­ture par la France d’une car­gai­son d’armes sai­sie en mars 2016 au large de la So­ma­lie. Flai­rant le bin­go, ses hôtes se sont em­pres­sés de lui ou­vrir leur ar­mu­re­rie, ra­flant ain­si la mise. Le plan­ti­grade dans la ber­ge­rie…

« DES COS­TAUDS ÉQUI­PÉS COMME DES GUER­RIERS »

Le « ci­vil » russe a une al­lure plu­tôt mar­tiale. « En mai, note un cadre de la Mi­nus­ca – la Mis­sion des Na­tions unies en RCA –, on a vu dé­bou­ler à Bria (centre) de 30 à 40 cos­tauds équi­pés de pied en cap comme des guer­riers, ve­nus mon­ter une cli­nique de cam­pagne. » Nor­mal : la plu­part des pseu­do-co­opé­rants oeuvrent pour le compte de deux boîtes de sé­cu­ri­té pri­vées : Wa­gner, mi­lice pré­cé­dée d’une sul­fu­reuse ré­pu­ta­tion, et Se­wa Se­cu­ri­ty Ser­vices, so­cié­té de droit cen­tra­fri­cain fon­dée en no­vembre 2017. Les mer­ce­naires de la né­bu­leuse Wa­gner ont sé­vi dans le Don­bass ukrai­nien,

Sou­ve­nirs Jean-Be­del Bo­kas­sa, alors pré­sident, re­çu en 1970, à Mos­cou, par Ni­ko­laï Pod­gor­ny, pré­sident du prae­si­dium du So­viet su­prême.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.