SINGLE GRAIN, LA RE­VANCHE

L'Express (France) - - Styles - Par Léon Maz­zel­la L. M.

ean-Marc Bel­lier, di­rec­teur de la Mai­son du whis­ky, à Pa­ris, s’en sou­vient avec une émo­tion in­tacte : « C’était au cours du Whis­ky Live 2005. Nous dé­cou­vrions un fla­con ex­cep­tion­nel : Ca­me­ron Brig D 79, Single Grain de 26 ans d’âge (1979), qui dé­fraya im­mé­dia­te­ment la chro­nique. Une bombe qui re­mit en place les idées re­çues sur ces whis­kys un peu dé­lais­sés, seule­ment bons a prio­ri à com­po­ser la plu­part des blends. » Soit un de ces scotchs non tour­bés et tout en sub­ti­li­té, is­su de l’une des plus an­ciennes dis­til­le­ries d’Ecosse, Ca­me­ron­bridge, dans les Low­lands.

Si un whis­ky est d’or­di­naire com­po­sé d’orge, un single grain dé­signe une eaude-vie is­sue en ma­jo­ri­té de maïs ou de blé (51 % mi­ni­mum), et de 10 % d’orge mal­tée né­ces­saire à la fer­men­ta­tion. Au­jourd’hui, ces whis­kys se haussent du col, car nombre de dis­til­le­ries ont eu la (bonne) idée de les lais­ser

Jvieillir. « Les single grain pré­sentent une com­plexi­té épous­tou­flante plus ils avancent en ma­tu­ri­té. Ils in­té­ressent ain­si les ama­teurs aver­tis, pour leur fi­nesse al­liée à une belle puis­sance, pré­cise Jean-Marc Bel­lier. Ils sont moins ten­dus en vieillis­sant, moins ner­veux aus­si. Et gagnent en sou­plesse, en va­nillé et en sa­veurs de fruits exo­tiques et d’agrumes. Leur fraî­cheur est éga­le­ment consi­dé­rable. » Ewan Gunn, am­bas­sa­deur mon­dial du whis­ky écos­sais pour Dia­geo, confirme à sa ma­nière : « Les single grain consti­tuent le joyau ca­ché de l’Ecosse. »

Et bien au-de­là. Au pays du So­leilLe­vant, no­tam­ment, où Nik­ka, la plus connue des dis­til­le­ries ja­po­naises, pro­pose un single grain (90 % maïs) sur­pre­nant de dou­ceur. « Les whis­kys is­sus de maïs, na­tu­rel­le­ment onc­tueux, ont jus­qu’à main­te­nant eu la pré­fé­rence des ama­teurs, re­lève JeanMarc Bel­lier. Mais le goût évo­lue et il sem­ble­rait que le blé, moins rond et her­ba­cé, prenne sa re­vanche dans le pe­tit monde des single grain. » Chez Haig, par exemple, la nou­veau­té s’ap­pelle Club­man. Ce single grain éla­bo­ré avec 91 % de blé est par­rai­né par le foot­bal­leur Da­vid Beck­ham, qui le boit «on the rocks, comme [son] grand-père ». La créa­tion de Ch­ris Clark, maître dis­til­la­teur du groupe Dia­geo, ex­cite dé­jà mixo­logues et mil­len­nials (la cible), avec ses notes va­nillées don­nées par un pas­sage en fûts de bour­bon.

Ce­pen­dant, les connais­seurs pri­vi­lé­gient les vieux fla­cons de grain, 2530 ans d’âge – dont le rap­port qua­li­té­prix se ré­vèle ex­cellent, com­pa­ré à ce­lui des single malt –, ain­si que les perles rares, comme le Com­pass Box He­do­nism 43 % (87 €), si­gné John Gla­ser, élu meilleur whis­ky de grain du monde en 2008 : un mi­racle va­nillé, ver­nis, beur­ré, d’agrumes, de poire confite, de gi­rofle, de fleurs blanches, d’herbes, d’épices, de noix de co­co… Maïs et orge sont la co­lonne ver­té­brale de cette ex­pres­sion de l’élé­gance spon­ta­née.

Ré­fé­rence Spé­cia­li­sée dans les single grain, la dis­tille­rie Gir­van, dans les Low­lands, a été construite par William Grant en 1963.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.