Les mé­di­ta­tions de Bru­no Le Maire sur la vie et le pou­voir

Ac­com­pa­gnant l’ago­nie de son ami Paul, Bru­no Le Maire mé­dite sur la vie et le pou­voir. Rien n’est grave, sauf la mort des autres.

L'Express (France) - - Cette Semaine Dans - Par Chris­tophe Bar­bier NRF Gal­li­mard.

epuis Col­bert, le pou­voir a ga­gné en al­ti­tude ce qu’il a per­du en ef­fi­ca­ci­té. Non parce qu’il est de­ve­nu plus phi­lo­sophe, mais parce qu’on a in­ven­té l’avion, où les mi­nistres semblent pas­ser le plus clair de leur temps. Braz­za­ville, Bue­nos Aires, Londres, Wa­shing­ton, So­fia… Ain­si Bru­no Le Maire vole-t-il du G7 au som­met des mi­nistres des Fi­nances, du FMI à l’OCDE, fen­dant les nuages plus fa­ci­le­ment que la brume des mar­chés et des banques centrales. Ja­mais in­utile, ja­mais dé­ci­sif. Le mi­nistre de l’Eco­no­mie sait qu’il ne peut maî­tri­ser les évé­ne­ments, que la vo­lon­té est vaine si elle veut vaincre, alors qu’elle ne peut qu’in­flé­chir, in­fluen­cer. Le de­voir du po­li­tique, il le sait, est de pi­lo­ter un es­quif dans la tem­pête, d’évi­ter le nau­frage sans sa­voir d’où vient le vent ni où vont les vagues ; ni même s’il y a quelque part une terre ferme.

Aux an­ti­podes de ce no­ma­disme ab­so­lu se tient l’ami sé­den­taire, ali­té, pros­tré, pa­ra­ly­sé. Dam­né. Paul est inerte du cô­té gauche – une tu­meur ronge son cer­veau. En sa lutte contre le fa­tal, il pense et par­tage. Entre Paul et Bru­no, les dis­putes concernent le doig­té de Glenn Gould, l’in­té­rêt des courses de For­mule 1 ou l’op­po­si­tion entre ville et cam­pagne.

Paul. Une ami­tié, est un es­sai glis­sé dans un ré­cit, une mé­di­ta­tion dé­gui­sée en confi­dence. Du pa­ral­lé­lisme dis­so­nant de ces deux vies, celle d’un ma­lade à l’ago­nie et celle d’un mi­nistre sur­me­né, dé­coule une mu­sique dé­li­cate, une écri­ture pré­cau­tion­neuse, ja­mais pé­remp­toire. Les des­crip­tions foi­sonnent de dé­tails, mé­moire ai­gui­sée à la fois par l’in­ten­si­té de l’ac­tua­li­té et par l’émo­tion face à l’ami qui se meurt. Sur­gissent quelques ful­gu­rances, apho­rismes sou­dain évi­dents, té­moi­gnages du ver­tige de l’au­teur face à l’iné­luc­table fin de tout un

Dcha­cun. « Un homme qui meurt est tou­jours le pre­mier homme à mou­rir », af­firme Bru­no Le Maire, qui ajoute : « Nous re­fu­sons obs­ti­né­ment de don­ner dans notre vie la moindre place à la mort, sub­ter­fuge un peu lâche, mais ef­fi­cace. » En fi­li­grane du té­moi­gnage ap­pa­raît un bré­viaire, une mo­saïque de mo­ra­liste, où la ré­flexion du po­li­tique se dé­nude. A la lueur des bra­se­ros des gi­lets jaunes, com­ment lire ces ré­flexions de Le Maire, si ce n’est comme une vive alerte adres­sée à Em­ma­nuel Ma­cron ? « En po­li­tique, le ca­rac­tère est un vac­cin contre l’in­tel­li­gence. » « La res­pon­sa­bi­li­té est la condi­tion de la dé­lé­ga­tion à quelques-uns du pou­voir, qui ap­par­tient à tous. »

C’est bien l’in­dis­pen­sable va­ni­té de l’ac­tion pu­blique que l’au­teur dis­tingue en ac­com­pa­gnant son ami vers la nuit. L’homme d’Etat évite le pire, es­quisse le mieux et sait qu’il n’est que pous­sière dans la tem­pête du temps. « L’his­toire est un as­sas­sin ha­bile qui laisse le moins de traces pos­sible de ses for­faits et qui, tous les jours, tous les ans, toutes les dé­cen­nies dé­ra­cine les évé­ne­ments que nous pen­sions ma­jeurs », écrit Le Maire, dis­ciple de Sé­nèque. Cette lec­ture ras­sure : on peut ré­gner à Ber­cy et ne pas ou­blier l’es­sen­tiel. La vraie vie n’est pas dans le pou­voir, elle est dans le sa­voir. La culture, les bon­heurs de l’art com­posent la juste cos­mo­go­nie de l’homme sage, non les tu­multes de l’am­bi­tion et le fra­cas du monde. Paul, lui, tombe sou­dain dans l’ailleurs, dans cette ab­so­lue fi­ni­tude d’où ja­mais au­cun mes­sage ne nous est par­ve­nu. Son des­tin confirme que tout peut s’ar­rê­ter sou­dain et il nous hurle en si­lence de­puis l’outre-tombe qu’il faut vivre mille vies parce que l’on n’en a qu’une.

Paul. Une ami­tié.

Bru­no Le Maire « Un homme qui meurt est tou­jours le pre­mier homme à mou­rir »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.