Le drame sha­kes­pea­rien d’Avi­chai Man­del­blit

L'Express (France) - - La Semaine - M. E.

Il ne paie pas de mine, Avi­chai Man­del­blit (photo), avec sa barbe abon­dante, ses cra­vates mal nouées et ses cos­tumes trop grands. L’homme le plus puis­sant d’Israël, pour­tant, c’est lui. Entre ses mains re­pose l’ave­nir po­li­tique du Pre­mier mi­nistre, Be­nya­min Ne­ta­nya­hou. Ce­lui-ci a convo­qué des élec­tions lé­gis­la­tives an­ti­ci­pées, le 9 avril pro­chain. D’ici là, Avi­chai Man­del­blit, pro­cu­reur gé­né­ral, doit dé­ci­der s’il suit ou non les re­com­man­da­tions de la po­lice et in­culpe le chef du gou­ver­ne­ment dans l’une des trois af­faires qui le visent, pour cor­rup­tion, fraude et abus de pou­voir. Pour Ne­ta­nya­hou, l’en­jeu est énorme. A 69 ans et au pou­voir de­puis près d’une dé­cen­nie (voir page 112), après un pre­mier man­dat dans les an­nées 1990, le Pre­mier mi­nistre es­père prendre de vi­tesse la justice et ren­for­cer sa lé­gi­ti­mi­té grâce à une vic­toire élec­to­rale qui lui semble ac­quise. Les se­maines à ve­nir se­ront tout aus­si cru­ciales pour Man­del­blit. De son point de vue, in­cul­per ou non Ne­ta­nya­hou n’est pas seule­ment une ques­tion ju­di­ciaire ou éthique. Juif ob­ser­vant de 55 ans, l’homme est re­de­vable d’une grande par­tie de sa car­rière au Pre­mier mi­nistre, qui l’a nom­mé se­cré­taire de son ca­bi­net, en 2013, avant de lui confier, trois ans plus tard, le poste clef de conseiller ju­ri­dique du gou­ver­ne­ment, qui fait of­fice de pro­cu­reur gé­né­ral.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.