Libération

Fredén sans gants

Théâtre • Découverte d’une auteure suédoise.

- RENÉ SOLIS

Sofia Fredén a été découverte ici via la Mousson d’été, festival qu’anime Michel Didym. Elle a notamment écrit des pièces radiophoni­ques. Main dans la main (1) narre les aventures de cinq jeunes gens à Stockholm. Cela va vite : répliques et situations. Ainsi cette scène d’hôtel entre Petter et Nadja, qui viennent de se rencontrer, au lit : Petter : «Dis, tu y crois toi ?» Nadja. A quoi ? Petter : «A ce qui nous arrive.» Nadja : «Je vais juste aux toilettes.» Petter : «J’y crois.» Il a tort : Nadja, au lieu des toilettes, a gagné la rue vêtue d’un drap, pour ne plus le revoir. Raté : elle le revoit chez Nina, dont le logement agit comme

Main dans la main, de SOFIA FREDÉN, ms d’Edouard Signolet, théâtre Ouvert, 4 bis cité Véron, 75018. Mar. 19 h, mer-sam 20 h, sam 16 h. Jusqu’au 9 février. Rens. : 01 42 55 55 50.

un aimant sur ceux qui n’ont ni logis ni boulot. La survie est impitoyabl­e. Deal, vol, mutilation, meurtre : un cauchemar si le réalisme n’était un faux-semblant. Main dans la main, proche du grand guignol, n’est jamais si drôle que sordide. Au finale, Nina, un couteau dans le ventre, crachant le sang, a droit à ce mot de Nadja : «Elle veut peutêtre un verre d’eau…» Ce qui n’empêche pas Fredén de prendre au sérieux ses personnage­s et thèmes – rapports hommesfemm­es et père-fils, chômage, malaise moderne. Edouard Signolet en rajoute dans la stylisatio­n, en faisant interpréte­r toutes les didascalie­s par deux personnage­s féminins décrivant l’action, en choeur ironique. Son spectacle ne manque ni de rythme, ni de punch.

(1) Publié aux Solitaires intempesti­fs. Edouard Signolet propose ce soir une lecture du Vélo, de Fredén, au centre culturel suédois à Paris.

Newspapers in French

Newspapers from France