Pe­tites et grandes his­toires du Mon­dial, et autres gre­nouillères

Les uns ai­guisent leurs pro­nos­tics, d’autres four­bissent leurs se­monces, les pas­sions se li­bèrent… La Coupe du monde dé­bute ce jeu­di.

Libération - - COUPE DU MONDE - RAMSÈS KEFI

La Coupe du monde dé­bute et ce qu’elle draine d’ex­cep­tion­nel peut se dé­cli­ner à n’im­porte quelle échelle. Grande : cet au­tomne, le Pa­na­ma a dé­cré­té jour fé­rié le len­de­main de sa qua­li­fi­ca­tion –la toute pre­mière de son his­toire. Moyenne: des grandes boîtes pro­posent des jeux de pro­nos­tics à leurs em­ployés et, par ri­co­chet, une ruée vers tous les lots ima­gi­nables – du té­lé­phone der­nier cri à la gre­nouillère en lin. Des cadres par­fu­més toute l’an­née se mettent alors à puer le loup, des au­réoles grandes comme ça sous les ais­selles : ils cherchent par­tout le fu­tur vain­queur de la com­pé­ti­tion et ça leur pèse –il faut rendre in­ces­sam­ment sa grille de ré­sul­tats. Pe­tite : des no­vices, qui ont lu un guide du Mon­dial avec des lu­nettes de so­leil et du ca­ca dans les yeux, ap­pellent des talk-shows pour ex­pli­quer à quel point tel sé­lec­tion­neur ou tel mi­lieu de ter­rain sont des billes. A part ce­la, des grin­cheux vous cau­se­ront d’opium, de peuple, de jeux et de pain. Manque de bol pour eux : les hommes passent, mais le foot­ball reste. Cer­tains ap­pellent ça le des­tin. Au to­tal, 32 équipes, 64 matches et des his­toires qui in­ter­rogent le foot­ball, en le toi­sant de haut en bas. L’Es­pagne, can­di­date à la victoire fi­nale, a éjec­té son sé­lec­tion­neur à qua­ran­te­huit heures de son pre­mier match, le­quel était in­vain­cu de­puis son em­bauche il y a deux ans (lire ci-des­sous). L’Egypte, lo­gée en Tchét­ché­nie, a of­fert (vo­lon­tai­re­ment ou pas) à Ram­zan Ka­dy­rov (son pré­sident san­gui­naire) une pu­bli­ci­té en dia­mant pur : ce der­nier a po­sé avec Mo­ha­med Sa­lah, la su­per­star des Pha­raons de­ve­nue co­que­luche in­ter­na­tio­nale après sa ma­gis­trale sai­son à Li­ver­pool. Si­non, une di­zaine de joueurs du Mexique ont joué au pa­pa et à la ma­man, des heures du­rant, avec des femmes de pe­tite ver­tu. Les pho­tos ont fui­té dans la presse lo­cale, Twit­ter se char­geant du reste. Cer­tains ont dû s’ex­pli­quer dans la fou­lée avec leurs com­pagnes –les vraies ma­mans– et la fé­dé­ra­tion lo­cale a in­vo­qué le code du tra­vail pour étouf­fer la polémique, les ques­tions et les cri­tiques : ils étaient en congé, ce qui relève du sa­cré.

Quid du ter­rain et des grands favoris? Qui gagne à la fin ? L’Allemagne (cham­pionne du monde en titre) ? Le Bré­sil (la na­tion la plus ti­trée)? Ou la France (vingt ans pile poil après la victoire de 1998) ? Mar­di, le staff tri­co­lore a man­qué de perdre les eaux : Ky­lian Mbap­pé (jeune at­ta­quant su­per­so­nique dont la va­leur est es­ti­mée à 180 mil­lions d’eu­ros) a re­çu un coup à la che­ville, per­cu­té à l’en­traî­ne­ment par Adil Ra­mi (défenseur mar­seillais cos­taud et rem­pla­çant). Il s’est al­lon­gé sur la pe­louse près d’une mi­nute, avant d’ar­rê­ter sa séance. Plus de peur que de mal, pour lui et la sé­quence vi­déo d’Em­ma­nuel Ma­cron du mer­cre­di sur «le po­gnon» et «la pau­vre­té», la­quelle n’au­rait peut-être pas ré­sis­té à la ca­tas­trophe in­dus­trielle Mbap­pé.

Quid de la Rus­sie, pays hôte en grande dif­fi­cul­té foot­bal­lis­tique, quand bien même ce­lui-ci est tom­bé dans un groupe abor­dable (Ara­bie Saou­dite, Egypte, Uru­guay). Et quid des chal­len­gers ? Que valent-ils ce coup-ci ? L’Ar­gen­tine (per­sonne n’at­tend rien d’elle cette fois, mais il y a Lio­nel Mes­si) ? La Bel­gique (un em­pi­le­ment d’ex­cel­lents joueurs mal ins­pi­rés) ? L’Es­pagne (ce qui ou­vri­rait une nou­velle ré­flexion sur le li­cen­cie­ment) ? Le Por­tu­gal (cham­pion d’Eu­rope en titre) ? Ou une sur­prise ma­gis­trale, ve­nue du Nord (l’An­gle­terre, sem­pi­ter­nel lo­ser mais…), d’Eu­rope de l’Est (la Croa­tie et son mi­lieu de ter­rain gé­nial) ou d’Afrique (le Ni­ge­ria est im­pré­vi­sible) ? Nul ne sait. Sauf le lau­réat de la gre­nouillère en lin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.