63,4 %

Libération - - FRANCE -

C’est la part de dé­pu­tés qui ne veulent plus tra­vailler de nuit, à en croire une consul­ta­tion réa­li­sée par un groupe de tra­vail de l’As­sem­blée na­tio­nale, ren­due pu­blique mer­cre­di par LCP. Si la ma­jo­ri­té de ces élus sont prêts à ac­cep­ter des séances entre 21h30 et 1 heure du ma­tin en cas de «cir­cons­tances par­ti­cu­lières» (états de crise ou pro­jets de loi de fi­nances, par exemple), 6,2 % d’entre eux sou­haitent leur sup­pres­sion to­tale. Le son­dage a re­cueilli l’opi­nion de 165 dé­pu­tés sur les 577. Si l’échan­tillon n’est pas re­pré­sen­ta­tif, il per­met tou­te­fois de don­ner une idée du mé­con­ten­te­ment. Il y a une se­maine, le pré­sident de l’As­sem­blée, Fran­çois de Ru­gy, fai­sait lui-même part de son op­po­si­tion aux séances le week-end.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.