Leurre du bain

Libération - - IMAGES/ - Par CLÉ­MEN­TINE MER­CIER

Max Sie­den­topf a en­core frap­pé. Après son ins­tal­la­tion pi­rate à la Tate Mo­dern de Londres, où il a ac­cro­ché plu­sieurs paires de ju­melles avec vue sur le voi­si­nage –ce même voi­si­nage qui a un conten­tieux avec le mu­sée de­puis la construc­tion de la nou­velle aile des­si­née par les architectes Her­zog & de Meu­ron –, le di­rec­teur ar­tis­tique aux mul­tiples cas­quettes n’en est pas à une pro­vo­ca­tion près. Tru­blion pho­to­gra­phique et pu­bli­ci­taire à l’agence néer­lan­daise Kes­sels­kra­mer, Max Sie­den­topf pu­blie son sep­tième nu­mé­ro de Ex­tra-Or­di­na­ry. Pour ce ma­ga­zine, qui est aus­si une re­vue de pho­to­gra­phie, il a choi­si le thème de la paille. Après avoir fait plan­cher, dans les pré­cé­dents nu­mé­ros, des pho­to­graphes in­ter­na­tio­naux sur les thèmes phi­lo­so­phiques des cou­verts en plas­tique, des co­tons-tiges, des sacs­pou­belle, de la chaus­sette ou de l’éponge, voi­ci un nu­mé­ro truf­fé de tiges de plas­tique. Ac­ces­soires cu­li­naires ul­tra­ré­pan­dus, ces ob­jets in­utiles pour­raient dis­pa­raître afin de li­mi­ter la pol­lu­tion de dé­chets plas­tiques dans les océans. Mais ce n’est pas ce qui pré­oc­cupe Sie­den­topf. Lui s’in­té­resse au po­ten­tiel es­thé­tique de la paille et a de­man­dé à di­vers pho­to­graphes (dont Tho­mas Alb­dorf, Olaf Breu­ning, Da­niel Gor­don, Mar­ton Per­la­ki, Lo­ren­zo Vit­tu­ri…) de don­ner leur vi­sion du pe­tit tube à as­pi­ra­tion.

Et voi­ci donc l’in­quié­tante pro­po­si­tion de Vik­tor Nau­movs­ki. Que font ces in­di­vi­dus verts dans une pis­cine ? In­quié­tante ar­mée de l’ombre… Plon­gés dans la nuit, les bai­gneurs semblent at­tendre leur heure. Et, mal­gré leur po­si­tion­ne­ment, ils n’ont pas l’air de se pré­pa­rer à un cours d’aqua­gym mais plu­tôt à bon­dir sur une proie : vi­se­raient-ils le pho­to­graphe qui les im­mor­ta­lise, ou bien nous, spec­ta­teurs qui les ob­ser­vons par le tru­che­ment de l’ob­jec­tif ? Mi­ment-ils l’as­phyxie des océans ma­rins due à la mul­ti­pli­ca­tion des pailles ? Les Amé­ri­cains en uti­li­se­raient 500 mil­lions par an, se­lon Na­tio­nal Geo­gra­phic. Les yeux vi­treux de ces bai­gneurs noc­turnes trans­percent d’ef­froi dans une scène qui nous rap­pelle quelque chose. Mais quoi ? Dif­fi­cile de ne pas pen­ser auVillage des dam­nés, film d’épou­vante de Wolf Rilla (1960) et à son re­make par John Car­pen­ter en 1996 : les en­fants hyp­no­ti­seurs et en­ra­gés de ces clas­siques de science-fic­tion pour­raient avoir été em­me­nés se bai­gner… «J’ai gran­di en re­gar­dant les films de Da­vid Lynch, George Fran­ju et John Car­pen­ter, ac­quiesce Vik­tor Nau­movs­ki, né à Skopje (Ma­cé­doine) en 1996. Ce­la m’est as­sez na­tu­rel de jouer avec cette es­thé­tique. J’aime le mys­té­rieux et le gro­tesque : une ex­ci­ta­tion naît face à l’in­ex­pli­cable et à l’in­con­nu. Et ce­la me sert d’an­ti­thèse à la beau­té conven­tion­nelle.»

Pour la prise de vue, Vik­tor Nau­movs­ki a convié une bande de co­pains, leur a don­né l’ordre de ne pas bou­ger une fois le nez sous l’eau et les a fil­més dans cette étrange pos­ture.

Mais si le pho­to­graphe est pé­tri de ré­fé­rences au cinéma gore, il puise aus­si dans d’autres sources, net­te­ment moins ef­frayantes : «L’ins­pi­ra­tion prin­ci­pale de cette photo est le des­sin ani­mé Tom et Jer­ry, quand Tom se cache des abeilles qui veulent le pi­quer : il plonge dans un lac et uti­lise une paille pour res­ter sous l’eau, dé­taille Vik­tor Nau­movs­ki. Lorsque j’ai dé­cou­vert que l’ob­jet du nu­mé­ro 7 d’Ex­traOr­di­na­ry se­rait la paille, c’est la pre­mière image qui m’est ve­nue à l’es­prit.» On se di­sait bien aus­si que cette photo avait un air de dé­jà-vu. • EX­TRA-OR­DI­NA­RY N°7 Max­sie­den­topf.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.