Ben­ja­min Gri­veaux souffle sur les braises

Le porte-pa­role du gou­ver­ne­ment, à l’ex­pres­sion sou­vent di­recte, n’hé­site pas à fer­railler contre les gi­lets jaunes. Qui en ont fait une de leurs cibles fa­vo­rites.

Libération - - ÉVÉNEMENT -

Au 101, rue de Gre­nelle, ven­dre­di après-mi­di, il n’y avait tou­jours pas de portes : quelques ou­vriers s’af­fai­raient pour re­mettre en état l’en­trée du se­cré­ta­riat d’Etat de Ben­ja­min Gri­veaux, pris d’as­saut par des ma­ni­fes­tants ju­chés sur un en­gin de chan­tier, le wee­kend pré­cé­dent. Le porte-pa­role du gou­ver­ne­ment ne se­ra pas pré­sent dans le bâ­ti­ment ce sa­me­di, pour l’acte IX des gi­lets jaunes. Le bâ­ti­ment a-t-il été dé­li­bé­ré­ment ci­blé, ou choi­si au ha­sard dans cette rue qui compte d’autres mi­nis­tères ? Une chose est sûre : le se­cré­taire d’Etat est de­ve­nu l’une des têtes de Turc des pro­tes­ta­taires, comme en té­moignent les échanges à son su­jet sur les pages Fa­ce­book liées au mou­ve­ment. Il est vrai que l’in­té­res­sé se dis­tingue, ces der­niers jours, comme l’un des ma­cro­nistes les plus of­fen­sifs contre la ten­dance «in­sur­rec­tion­nelle» des gi­lets jaunes – des gens qui «dé­si­rent pro­fon­dé­ment un ré­gime au­to­ri­taire», juge-t-il au­près de Li­bé­ra­tion. Il fer­raille éga­le­ment contre une op­po­si­tion ju­gée pas­sive, voire com­plai­sante en­vers ses dé­bor­de­ments : «Mu­ni­choise», a-t-il ré­cem­ment ré­su­mé, en al­lu­sion à la ca­pi­tu­la­tion des di­ri­geants fran­çais et bri­tan­niques face aux re­ven­di­ca­tions na­zies, en 1938, dans la ville al­le­mande.

Ci­ta­delle as­sié­gée.

L’homme est aus­si l’un des plus fermes s’agis­sant de mar­quer les li­mites du fu­tur «grand dé­bat na­tio­nal» dont, quitte à fer­mer le jeu, il re­fuse de faire «un grand dé­bal­lage». Pas ques­tion, ré­pète-t-il ré­gu­liè­re­ment, de re­ve­nir sur les grandes ré­formes du quin­quen­nat. Ni de re­mettre aux voix l’IVG, la peine de mort ou le ma­riage pour tous : cla­ri­fi­ca­tion né­ces­saire, juge-t-il, au mo­ment où trop de «gens qui n’aiment pas les li­ber­tés vou­draient les faire tom­ber».

Le porte-pa­role joue ain­si les pointes of­fen­sives de l’exé­cu­tif. En­tre­te­nant plus que d’autres une ad­ver­si­té ra­di­cale en­vers la ten­dance dure des gi­lets jaunes. Plus lar­ge­ment, l’an­cien strauss-kah­nien se po­si­tionne, avec ses col­lègues Mar­lène Schiap­pa et Ju­lien De­nor­man­die, en gar­dien in­tran­si­geant d’un ma­cro­nisme aux

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.