Le pire n’est pas sûr, il est presque cer­tain

L'Informaticien - - L’OEIL DE COINTE - STé­PHANE LAR­CHER

Lorsque nous écri­vions notre édi­to­rial le mois der­nier, nous es­ti­mions que le com­bat contre les Fake news se­rait long. Nous main­te­nons ce point de vue mais plu­sieurs évé­ne­ments ré­cents pour­raient ac­cé­lé­rer la prise de conscience d’une par­tie de l’opi­nion et tout par­ti­cu­liè­re­ment des plus jeunes. En ef­fet, jus­qu’à très ré­cem­ment, ceux qu’on ap­pellent les « mil­len­nials » consi­dé­raient en ma­jo­ri­té que le res­pect et la pro­tec­tion de la vie pri­vée – tout par­ti­cu­liè­re­ment sur les ré­seaux so­ciaux – était un truc d’ar­rière- garde, de vieux bar­bons vi­vant en­core dans des temps ré­vo­lus. La der­nière « blague » , en l’es­pèce, l’af­faire Cam­bridge Ana­ly­ti­ca, a mis au jour les carences de Fa­ce­book dans la pro­tec­tion des don­nées des uti­li­sa­teurs. Sur la base d’in­for­ma­tions col­lec­tées au­près de 270 000 uti­li­sa­teurs vo­lon­taires, la plate- forme a réus­si à col­lec­ter les don­nées de 50 mil­lions de per­sonnes et créer des pro­fi­lages qui au­raient per­mis d’in­fluen­cer les élec­tions amé­ri­caines ou en­core le ré­fé­ren­dum sur le Brexit. Si l’on ajoute que les per­sonnes qui gra­vitent au­tour de cette en­tre­prise sont proches voire très proches de Do­nald Trump, voi­là qui est sus­cep­tible de ren­for­cer les soup­çons con­cer­nant le pro­ces­sus élec­to­ral ayant conduit à l’élec­tion de M. Trump. Con­sé­quem­ment, toutes les af­faires ré­centes sur le rôle réel ou sup­po­sé de la Rus­sie dans ces dif­fé­rents pro­ces­sus prennent au­jourd’hui un re­lief nou­veau. Qui plus est, les États s’en em­parent et plu­sieurs en­quêtes des deux cô­tés de l’At­lan­tique vont être di­li­gen­tées. Dans ces condi­tions, le mea culpa ti­mide si­non ti­mo­ré de Mark Zu­cker­berg risque d’être lar­ge­ment in­suf­fi­sant et plu­sieurs ca­bi­nets amé­ri­cains flairent l’odeur du sang et se pré­parent à me­ner des opé­ra­tions de « class ac­tions » pour le moins mus­clées. C’est dans ce contexte que le cher­cheur Aviv Ova­dya, di­plô­mé du MIT et an­cien de Quo­ra, vient de pu­blier une pi­qûre de rap­pel pré­di­sant une « in­fo­ca­lypse » , donc une apo­ca­lypse de l’in­for­ma­tion. No­tons que ce brillant jeune homme avait été par­mi les pre­miers à pré­dire, dès 2016, l’avè­ne­ment des « fake news » et leur né­faste rôle. Un ar­ticle pu­blié par Buzz­feed ( https:// www. buzz­feed. com/ char­lie­war­zel/ the- ter­ri­fying- fu­ture- of- fake- news- 2) fait froid dans le dos en ex­pli­quant qu’il est dé­sor­mais pos­sible de tru­quer à peu près n’im­porte quoi à l’aide no­tam­ment de l’In­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle. Dans un lan­gage fleu­ri, il ex­plique que « nous sommes dans la m… Et au- de­là de tout ce que nous pou­vons ima­gi­ner. C’était dé­jà le cas il y a un an et de­mi, et c’est de pire en pire à me­sure qu’on re­garde l’ave­nir. » L’ar­ticle pré­sente no­tam­ment une vi­déo où l’on voit un mon­tage réa­li­sé avec M. Oba­ma, où l’on fait dire à l’an­cien pré­sident des États- Unis à peu près n’im­porte quoi sans qu’il soit pos­sible de dé­ce­ler la su­per­che­rie. Si l’on ajoute des bots ani­més par une IA, il va de­ve­nir pos­sible, par exemple, d’inon­der les membres du con­grès amé­ri­cain de re­quêtes ap­pa­rais­sant comme hu­maines et réelles, mais en réa­li­té gé­né­rées par des al­go­rithmes. Une telle opé­ra­tion au­rait dé­jà été me­née l’été der­nier au­près de la FCC pour am­pli­fier l’ap­pel à abro­ger la neu­tra­li­té du Net, à l’aide de 1 mil­lion de faux comptes bots. Il va même jus­qu’à en­vi­sa­ger que le mail de­vienne to­ta­le­ment in­opé­rant tel­le­ment il se­rait sub­mer­gé par du phi­shing la­ser, c’est- à- dire que vous n’au­riez plus la ca­pa­ci­té à dis­tin­guer si le mes­sage re­çu pro­vient bien d’un émet­teur connu ou s’il est ma­ni­pu­lé. Bref, il est plus que temps de re­prendre le contrôle de ses don­nées et in­for­ma­tions. En pre­nant da­van­tage conscience du risque gran­dis­sant de ma­ni­pu­la­tion de l’in­for­ma­tion. Dans ce contexte, des pu­bli­ca­tions comme la nôtre – et tous leurs lecteurs – ont cer­tai­ne­ment un rôle im­por­tant à jouer. ❍

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.