L’Es­sen­tiel de l’ac­tua­li­té du mois

L'Informaticien - - SOMMAIRE -

Cam­bridge Ana­ly­ti­ca, Qual­comm- Broad­com, taxe Ga­fam, Mi­cro­soft ouvre des da­ta centres en France, fin mo­biles sub­ven­tion­nés, Win­dows 10 S / mode S…

Au mo­ment où nous écri­vons ces lignes, l’af­faire vient tout juste d’écla­ter. Le wee­kend du 17 mars, le Guar­dian et le New York Times pu­blient le té­moi­gnage d’un Ca­na­dien, Ch­ris­to­pher Wy­lie. Ce­lui- ci y ex­plique avoir tra­vaillé pour une so­cié­té d’ana­lyses et de conseils po­li­tiques, Cam­bridge Ana­ly­ti­ca, la­quelle au­rait ex­ploi­té les don­nées de 50 mil­lions de pro­fils Fa­ce­book lors de la cam­pagne pré­si­den­tielle de Do­nald Trump et celle du « Oui au Brexit » . Ces don­nées ont été col­lec­tées de­puis 2014 : d’abord de fa­çon li­cite, dans le cadre d’une étude me­née sur le ré­seau social par Alek­san­dr Ko­gan. Par le biais d’une ap­pli­ca­tion de sa concep­tion, ce pro­fes­seur de Cam­bridge a ré­col­té les in­for­ma­tions de 270 000 uti­li­sa­teurs et uti­li­sa­trices

de Fa­ce­book ayant ins­tal­lé la­dite ap­pli­ca­tion. Mais aus­si, pro­fi­tant d’un trou dans les CGU du ré­seau social, celles des pro­fils de leurs cercles d’amis, sans re­cueillir cette fois- ci le moindre consen­te­ment. Ces don­nées ont en­suite été four­nie à Cam­bridge

Ana­ly­ti­ca. « Nous avons ex­ploi­té Fa­ce­book pour ré­col­ter des mil­lions de pro­fils et construire des mo­dèles pour ex­ploi­ter ce que nous sa­vions à leur su­jet et ci­bler leurs dé­mons in­té­rieurs. C’est sur cette base que toute l’en­tre­prise a été bâ­tie » , ex­plique au Guar­dian Ch­ris­to­pher Wy­lie. L’en­tre­prise de Zu­cker­berg, au cou­rant de­puis 2015, se voit re­pro­cher plu­sieurs choses, la pre­mière étant de ne pas avoir aver­ti ses uti­li­sa­teurs. En outre, il a de­man­dé au Pr Ko­gan et à Cam­bridge Ana­ly­ti­ca de sup­pri­mer les don­nées, ce qu’ils ont cer­ti­fié avoir fait… sauf que l’on re­trouve les­dites in­for­ma­tions per­son­nelles uti­li­sées en 2016 ! Faut- il en conclure que Fa­ce­book a été floué ? Ou qu’il n’a pas tout mis en oeuvre pour s’as­su­rer que les don­nées avaient bel et bien été dé­truites. Bi­lan, la Cnil bri­tan­nique, l’ICO, a ou­vert une en­quête vi­sant Cam­bridge Ana­ly­ti­ca. Le Par­le­ment eu­ro­péen a lui aus­si an­non­cé lan­cer des in­ves­ti­ga­tions quand, de l’autre cô­té de l’At­lan­tique, le pro­cu­reur gé­né­rale du Mas­sa­chu­setts, Mau­ra Hea­ley, a fait part de son in­ten­tion de dé­mar­rer une en­quête, que de­mandent aus­si bien Dé­mo­crates que Ré­pu­bli­cains.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.