Nep­tune Ener­gy est très Content !

L'Informaticien - - APPS -

Nep­tune Ener­gy est une en­tre­prise d’ex­ploi­ta­tion de puits pé­tro­liers et ga­ziers. Elle est une an­cienne fi­liale d’En­gie qui s’est sé­pa­rée de celle- ci lors de son vi­rage vers des éner­gies « propres » . L’en­tre­prise a été re­ven­due à une per­sonne de bonne ré­pu­ta­tion dans le sec­teur pé­tro­lier, Sam Laid­law, an­cien PDG de Cen­tri­ca. Nep­tune Ener­gy opère sur­tout dans le Nord de l’Eu­rope mais aus­si en In­do­né­sie, en Al­gé­rie et off­shore en Aus­tra­lie. L’ex­ploi­ta­tion de ces puits gé­nère beau­coup d’in­for­ma­tions à la fois tech­niques et ad­mi­nis­tra­tives. L’en­tre­prise avait choi­si Content Ser­ver de­puis 2011 à l’in­té­rieur d’En­gie mais la ré­ac­ti­vi­té sur les mises à jour et les patchs ain­si qu’un cruel manque sur les plans de re­prises après in­ci­dent ont dé­ci­dé la nou­velle entité de quit­ter l’hé­ber­ge­ment à l’in­té­rieur d’En­gie pour cher­cher un pres­ta­taire de ser­vice plus sûr. Sur­tout, l’équipe en charge des in­for­ma­tions et des do­cu­ments sou­hai­tait pou­voir être sou­te­nue par de vé­ri­tables com­pé­tences sur l’ap­pli­ca­tif. Mal­gré la consul­ta­tion de plu­sieurs pres­ta­taires pos­sibles, le choix du Cloud d’OpenText est de­ve­nu qua­si évident. Dans ce contexte, Nep­tune Ener­gy était d’ailleurs à l’avant- garde. Ni­co­las Au­de­bert, en charge des do­cu­ments au ni­veau cor­po­rate chez Nep­tune Ener­gy, in­dique ce­pen­dant qu’il a été dif­fi­cile de convaincre la di­rec­tion d’al­ler dans le Cloud, mais que les ré­sul­tats, avec moins d’ar­rêts in­tem­pes­tifs, de meilleures per­for­mances et une dis­po­ni­bi­li­té en nette aug­men­ta­tion ont fi­ni par convaincre les di­ri­geants de l’en­tre­prise sur ce choix. Du fait de l’ex­per­tise de l’édi­teur sur le lo­gi­ciel toutes les per­son­na­li­sa­tions ont pu être re­prises lors d’une mon­tée de ver­sion. Ac­tuel­le­ment, Nep­tune Ener­gy est sur la ver­sion 10.5. Seule la fi­liale en Grande- Bre­tagne a une confi­gu­ra­tion dif­fé­rente avec Sha­re­point en fron­tal et Content Ser­ver en base d’en­re­gis­tre­ment des do­cu­ments. Le contrat est de trois ans pour gé­rer les 600 000 do­cu­ments qu’uti­lisent quo­ti­dien­ne­ment 500 à 600 uti­li­sa­teurs en moyenne sur les 1 400 salariés de l’en­tre­prise. Le pro­jet est donc en phase de sta­bi­li­sa­tion, avant d’al­ler plus loin. Ni­co­las Au­de­bert, lors de la con­fé­rence, s’est dé­cla­ré sa­tis­fait des ef­forts réa­li­sés au­tour des pro­duits is­sus du ra­chat de Do­cu­men­tum.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.