Google WiFi

Ma­chine lear­ning em­bar­qué !

L'Informaticien - - EXIT -

Com­po­sé d’un rou­teur et d’un sa­tel­lite, le Google WiFi ( kit de deux) est conçu pour cou­vrir une sur­face com­prise entre 85 et 170 m2. Pour une sur­face plus im­por­tante, la firme de Moun­tain View re­com­mande d’ins­tal­ler des points d’ac­cès sup­plé­men­taires. Comme Or­bi, le système de Google vise à rem­pla­cer le WiFi sou­vent bien trop som­maire des box in­ter­net du mar­ché. Les deux pe­tits boî­tiers au de­si­gn dis­cret et passe- par­tout pré­sentent une forme cir­cu­laire avec au centre un ha­lo de LED lu­mi­neux confi­gu­rable. Ils in­tègrent quatre an­tennes à 360° et deux ports Ether­net – dont un doit être re­lié à la box. Con­trai­re­ment à ce type de sys­tèmes, qui sont gé­né­ra­le­ment tri­bandes, Google WiFi re­pose sur seule­ment deux bandes de fré­quences ( 2,4 et 5 GHz) à 1 200 Mbit/ s. Com­pa­tibles avec les normes WiFi 802.11a, b, g, n et ac, les mo­dules créent un ré­seau maillé ( mesh) pour com­mu­ni­quer entre eux. Une confi­gu­ra­tion mo­deste que Google dit com­pen­ser par des tech­no­lo­gies de Ma­chine Lear­ning. Le système ana­lyse en ef­fet en per­ma­nence le si­gnal WiFi afin de pri­vi­lé­gier sys­té­ma­ti­que­ment le ca­nal le moins sa­tu­ré. Les dif­fé­rents ter­mi­naux sans- fil connec­tés sont au­to­ma­ti­que­ment rou­tés vers la bande ayant le meilleur dé­bit par rap­port à leur po­si­tion. Google pré­co­nise de ne pas éloi­gner les boî­tiers de plus de deux pièces pour pro­fi­ter des meilleurs dé­bits pos­sible. Sur ce point, il fait moins bien que Or­bi qui se montre ca­pable de cou­vrir sans sour­ciller de plus grandes sur­faces. Mais dans un en­vi­ron­ne­ment iden­tique, le système se montre tout aus­si per­for­mant et ap­porte un vrai plus avec des dé­bits constants et stables. Le ré­seau maillé du système pos­sède tou­te­fois des li­mites contrai­gnantes. À par­tir du mo­ment où l’on uti­lise un pack de deux, trois ou plus, il n’est plus pos­sible de confi­gu­rer Google WiFi en mode point d’ac­cès ( ou bridge) sur le ré­seau lo­cal, ni de pro­fi­ter du ré­seau mesh. Le système crée son propre ré­seau pour rem­pla­cer ce­lui de la box, ou fonc­tion­ner en pa­ral­lèle. Ré­sul­tat, tous les équi­pe­ments non re­liés en fi­laire aux mo­dules de Google ( NAS, im­pri­mante…) ne sont pas ac­ces­sibles. Il est tou­jours pos­sible d’ins­tal­ler un switch ré­seau, mais la sim­pli­ci­té d’ins­tal­la­tion pro­mise prend alors du plomb dans l’aile. Google se dis­tingue tou­te­fois avec une ap­pli­ca­tion mo­bile ( An­droid et iOS) par­ti­cu­liè­re­ment ef­fi­cace. Après avoir ou­vert ou créé un compte Google, quelques étapes suf­fisent pour confi­gu­rer les points d’ac­cès. Des tests de vi­tesse per­mettent de ti­rer le meilleur par­ti pos­sible du système en pla­çant les boî­tiers de ma­nière op­ti­male. Outre une ges­tion du ré­seau fa­ci­li­tée par un grand nombre d’op­tions, l’ap­pli­ca­tion four­mille de fonc­tions in­té­res­santes. Par­mi elles fi­gure no­tam­ment un système de contrôle pa­ren­tal ul­tra com­plet, la pos­si­bi­li­té de créer un ré­seau pour les in­vi­tés, de prio­ri­ser la bande pas­sante pour un ap­pa­reil du­rant un temps don­né, etc. Un pro­duit qui tient toutes ses pro­messes pour les pe­tites et moyennes sur­faces.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.