Win­dows Sub­sy­tem for Li­nux ne cesse de s’en­ri­chir de nou­velles dis­tri­bu­tions

Ne cesse de s’en­ri­chir de nou­velles dis­tri­bu­tions

L'Informaticien - - SOMMAIRE - THIER­RY THAUREAUX

Le sous- système Win­dows pour Li­nux per­met de té­lé­char­ger à par­tir du Mi­cro­soft Store et d’ins­tal­ler, en ver­sion core sur Win­dows, les dis­tri­bu­tions De­bian, Ka­li, Open Suse et SLES en plus d’Ubun­tu. WSL

Le Win­dows Sub­sys­tem for Li­nux ( WSfL), en fran­çais Sous- système Win­dows pour Li­nux, par­fois gros­siè­re­ment ap­pe­lé « bash » sous Win­dows, est une couche de com­pa­ti­bi­li­té per­met­tant d’exé­cu­ter des fi­chiers ELF ( bi­naires exé­cu­tables) pour Li­nux à par­tir d’un système Win­dows. Le prin­cipe est proche de Wine qui per­met d’exé­cu­ter cer­tains pro­grammes Win­dows sous Ubun­tu, mais « dans l’autre sens » et de ma­nière bien plus puis­sante. Il y a deux ans, le shell bash de Li­nux était in­té­gré dans Win­dows 10. De­puis, beau­coup de che­min a été fait. Ce bash pour Win­dows, qui est ra­pi­de­ment de­ve­nu Win­dows Sub­sys­tem for Li­nux, était construit au dé­part à par­tir de la dis­tri­bu­tion Ubun­tu Li­nux ( ver­sion 14.04). Il a en­suite été pos­sible d’ins­tal­ler d’autres sys­tèmes Li­nux de­puis le Win­dows Store. Rap­pe­lons qu’Ubun­tu sur Win­dows est une va­riante d’Ubun­tu pro­po­sée of­fi­ciel­le­ment par Mi­cro­soft et Ca­no­ni­cal et qui se dé­ploie na­ti­ve­ment sur Win­dows 10 au moyen de la couche de com­pa­ti­bi­li­té WSL. Elle est donc is­sue du tra­vail com­mun des deux édi­teurs. Le plus gros du tra­vail étant fait, la porte était ou­verte aux autres qui n’ont pas hé­si­té long­temps avant de s’y en­gouf­frer. Le but prin­ci­pal de cette dis­tri­bu­tion est de sim­pli­fier le tra­vail des dé­ve­lop­peurs en ren­dant pos­sible la mise en place d’une struc­ture et d’ou­tils Li­nux sous Win­dows et en har­mo­ni­sant les in­ter­ac­tions entre les en­vi­ron­ne­ments de dé­ve­lop­pe­ment Win­dows et GNU/ Li­nux. Cet ou­til n’est donc pas du tout des­ti­né au grand pu­blic. Il n’a pas été conçu pour dé­ployer na­ti­ve­ment un en­vi­ron­ne­ment de bu­reau GNU/ Li­nux sous Win­dows, bien que ce­la soit par­fai­te­ment fai­sable. Les ap­pli­ca­tions gra­phiques ne fonc­tionnent pas aus­si fa­ci­le­ment que les ap­pli­ca­tions en ligne

de com­mande, car elles né­ces­sitent un ser­veur d’af­fi­chage X ex­terne. Les ap­pli­ca­tions uti­li­sant cer­taines fonc­tion­na­li­tés très spé­ci­fiques du noyau Li­nux risquent aus­si de ren­con­trer des pro­blèmes. En clair, ne confon­dez pas : s’il vous faut un système Li­nux vrai­ment « full » , faites une vm ou un mul­ti­boot.

Ins­tal­la­tion de WSL

Les pré­re­quis sont, tout sim­ple­ment, une co­pie à jour de Win­dows 10 de type 64 bits, un bon nu­mé­ro de build et, bien sûr, un compte ad­mi­nis­tra­teur pour l’ins­tal­la­tion. Pour sa­voir si votre système est com­pa­tible, al­lez dans les Pa­ra­mètres/ Système/ In­for­ma­tions Système. Re­gar­dez la build du système ( Ver­sion du système d’ex­ploi­ta­tion) et son type ( Type du système). Vous de­vez avoir une ver­sion de Build égale ou su­pé­rieure à la 14393 et un Win­dows 10 en 64 bits pour pro­fi­ter des bé­né­fices de WSL. Si c’est bien le cas, ren­dez- vous dans les Pa­ra­mètres / Mise à jour et sé­cu­ri­té et dans le me­nu Pour les dé­ve­lop­peurs, co­chez le bou­ton Mode dé­ve­lop­peur. Reste en­suite à ac­ti­ver le sous- système Li­nux de Win­dows. Pour ce­la, ta­pez fonc­tion­na­li­tés dans la barre de re­cherche et cli­quez sur Ac­ti­ver ou désac­ti­ver des fonc­tion­na­li­tés Win­dows. Vous ver­rez alors ap­pa­raître la fe­nêtre des fonc­tion­na­li­tés. Co­chez la case Sous- système Win­dows pour Li­nux et cli­quez sur OK. Vous pou­vez ob­te­nir le même ré­sul­tat un peu plus ra­pi­de­ment en ou­vrant une console Po­werS­hell en tant qu’ad­mi­nis­tra­teur et en exé­cu­tant la com­mande sui­vante : Enable- Win­dowsOp­tio­nalFea­ture - On­line - Fea­tu­reName Mi­cro­softWin­dows- Sub­sys­tem- Li­nux Votre or­di­na­teur de­vra en­suite re­dé­mar­rer. Testez la fonc­tion­na­li­té en ta­pant bash dans une fe­nêtre d’exé­cu­tion. Le système de­vrait vous af­fi­cher un ter­mi­nal en vous di­sant que vous n’avez en­core ins­tal­lé au­cune dis­tri­bu­tion. Ren­dez- vous en­suite dans le Mi­cro­soft Store. Ta­pez Li­nux dans la fe­nêtre de re­cherche et choi­sis­sez Li­nux sur Win­dows/ Ob­te­nir les ap­pli­ca­tions. Sur le Mi­cro­soft Store, vous pou­vez ins­tal­ler plu­sieurs ver­sions d’Ubun­tu et éga­le­ment d’autres va­riantes de Li­nux. L’ap­pli­ca­tion Ubun­tu ( tout court) ins­tal­le­ra la

der­nière ver­sion LTS et pour­ra être mise à ni­veau d’une ver­sion LTS à la sui­vante via la com­mande do- re­lease- up­grade. Si­non, choi­sis­sez la dis­tri­bu­tion de votre choix – De­bian, par exemple. No­tons qu’il n’est pas obli­ga­toire de créer un compte Mi­cro­soft ni de s’iden­ti­fier pour té­lé­char­ger ces ap­pli­ca­tions. Toutes ces dis­tri­bu­tions peuvent être uti­li­sées si­mul­ta­né­ment, tant que les per­for­mances de votre ma­chine le sup­portent. Le té­lé­char­ge­ment de­vrait se lan­cer. Ins­tal­lez en­suite la dis­tri­bu­tion en sui­vant la pro­cé­dure d’ins­tal­la­tion qui dé­marre juste après. Une fois la dis­tri­bu­tion Li­nux ins­tal­lée, vous pou­vez lan­cer Bash du me­nu Win­dows. Pre­mière chose à sa­voir, votre C: se trouve dans / mnt/ c En­suite, eh bien c’est comme avec votre dis­tri­bu­tion fa­vo­rite. Vous pou­vez uti­li­ser par exemple l’ou­til apt d’ins­tal­la­tion de pa­quets gé­rant les dépendances si vous avez ins­tal­lé De­bian ou Ubun­tu, avec ses « co­pains » apt- get ins­tall, apt- get up­date et autres apt- get up­grade. Pour ins­tal­ler et lan­cer Ma­trix, par exemple, ta­pez : su­do apt- get ins­tall cma­trix puis, une fois l’ins­tal­la­tion ter­mi­née, sai­sis­sez la com­mande : cma­trix Vous pou­vez faire di­rec­te­ment des ap­pels vers des ou­tils ou vers des scripts, du bu­reau avec un rac­cour­ci, de­puis le cmd ou Po­werS­hell. Pour lan­cer di­rec­te­ment Ma­trix, ap­pe­lez bash avec le pa­ra­mètre - c sui­vi de votre com­mande entre guille­mets, comme ce­ci : bash - c « cma­trix » L’in­ter face gra­phique, en re­vanche, n’est pas de mise. Si vous y te­nez vrai­ment, vous de­vrez ins­tal­ler un ser­veur X. Ins­tal­lez par exemple le ser­veur Xming sur votre Win­dows puis en­trez la com­mande sui­vante dans bash pour dé­por­ter l’écran : ex­port DISPLAY=: 0 Ajou­tez cette ligne à votre f ichier de confi­gu­rat ion . bashrc pour ne pas la res­sai­sir à chaque ou­ver­ture de ses­sion. L’ap­pli­ca­tion concer­née doit aus­si être com­pa­tible avec X, si­non ce­la ne suf­fi­ra pas. Si ce n’est pas le cas et que vous vou­lez la faire tour­ner, vous êtes bon pour mon­ter une vm avec Hy­per V ou autres Vir­tual Box. Il de­vrait aus­si être bien­tôt pos­sible d’ins­tal­ler les dif­fé­rentes dis­tri­bu­tions WSL à par­tir de la ligne de com­mande, au cas où vous pré­fé­re­riez cette mé­thode. Ce n’est en­core dis­po­nible que pour Ubun­tu, mais de­vrait s’étendre ra­pi­de­ment aux autres dis­tri­bu­tions Li­nux du Store.

Ins­tal­ler les lo­gi­ciels

Le système ins­tal­lé per­met d’uti­li­ser des ap­pli­ca­tions Li­nux en ligne de com­mande comme na­no, vim, ssh, git, npm, gem et bien d’autres, des ap­pli­ca­tions sans in­ter­face gra­phique ( apache, nginx, mon­godb, no­de­js, ru­by, py­thon…) et bien en­ten­du d’exé­cu­ter des com­mandes du shell bash en di­rect et des scripts. La ges­tion des pa­quets se fait en ligne de com­mande comme sur un système De­bian ou Ubun­tu clas­sique, avec l’ou­til apt four­ni en stan­dard ou un autre, pour peu que vous l’ins­tal­liez. Si, après l’ins­tal­la­tion, vous sou­hai­tez mettre à jour la dis­tri­bu­tion, ta­pez tout d’abord dans un ter­mi­nal Ubun­tu : su­do apt up­date. Puis si, par exemple, vous vou­lez ins­tal­ler l’édi­teur de texte vim : su­do apt ins­tall vim Ces com­mandes doivent, comme sur tout système Li­nux/ Unix, être exé­cu­tées avec des pri­vi­lèges éle­vés comme ceux du compte root.

Ins­tal­ler un ser­veur X

Les ap­pli­ca­tions gra­phiques né­ces­sitent à mi­ni­ma l’ins­tal­la­tion d’un ser­veur X ex­terne pour Win­dows. Vous pou­vez no­tam­ment ins­tal­ler Xming ou VcXsrv, tous deux dis­po­nibles sur Sour­ceForge. net. Les pa­ra­mé­trages du shell bash sous Li­nux tels que prompt, cou­leurs ou di­men­sions peuvent être ap­pli­qués. Après ins­tal­la­tion d’un ser­veur X, édi­tez le fi­chier ~/. bashrc avec vim ou na­no et ajou­tez à la fin du fi­chier la ligne : ex­port DISPLAY=: 0.0

Uti­li­sa­tion de WSL

Ou­vrez Ubun­tu ( ou De­bian, ou OpenSuse) sur Win­dows et lan­cez- y vos com­mandes ou vos ap­pli­ca­tions. Re­mar­quez que rien n’em­pêche le lan­ce­ment de plu­sieurs ter­mi­naux en pa­ral­lèle. Le ser­veur X, s’il s’avère né­ces­saire, doit être lan­cé de­puis le me­nu dé­mar­rer ( VcXsrv, par exemple, si c’est lui qui a été ins­tal­lé) avant le lan­ce­ment dans le ter­mi­nal du pro­gramme qui le né­ces­site. Des en­vi­ron­ne­ments de bu­reau com­plets peuvent en pra­tique être ins­tal­lés et lan­cés, mais comme WSL n’a pas été ini­tia­le­ment conçu pour faire ce genre de choses, des bugs peuvent sur­ve­nir. Là aus­si, ce­la de­vrait s’amé­lio­rer au fil des ver­sions. Pour ex­pé­ri­men­ter ce genre de ma­ni­pu­la­tion, des en­vi­ron­ne­ments lé­gers, avec un ges­tion­naire de fe­nêtres sans com­po­si­tion gra­phique avan­cée tels que Xfce, LXDE ou en­core OpenBox sont clai­re­ment à pri­vi­lé­gier. L’ins­tal­la­tion de po­lices de ca­rac­tères plus mo­dernes que celles four­nies de base se­ra sans doute né­ces­saire pour avoir un système plus convi­vial.

Ac­cès aux fi­chiers Win­dows de­puis Li­nux

Le disque C: est au­to­ma­ti­que­ment mon­té par la dis­tri­bu­tion Li­nux dans le che­min / mnt/ c, et il en est de même pour les autres lec­teurs (/ mnt/ d/, / mnt/ e/…) du système Win­dows, s’ils existent. Tous ces che­mins sont ac­ces­sibles avec les sé­pa­ra­teurs Unix/ Li­nux, c’est- à- dire le slash (/) au lieu de l’an­ti­slash (\) pour Win­dows. Par dé­faut, tous les fi­chiers du système W in dow­sap par­tiennent à l’ uti­li­sa­teur cou­rant avec toutes les per­mis­sions ( 777) et celles- ci ne peuvent pas être mo­di­fiées. Il est éven­tuel­le­ment pos­sible de chan­ger ce com­por­te­ment ( avec néan­moins quelques li­mi­ta­tions ). Con­sul­tez pour ce­la la do­cu­men­ta­tion sui­vante : https:// blogs. msdn. mi­cro­soft. com/ com­mand­line/ 2018/ 01/ 12/ chmod- chown- wsl- im­pro­ve­ments/ Ce­la peut clai­re­ment re­pré­sen­ter une faille de sé­cu­ri­té pour le système d’ex­ploi­ta­tion « phy­sique » Win­dows et doit sé­rieu­se­ment être pris en consi­dé­ra­tion.

Ac­cès aux fi­chiers Li­nux à par­tir de Win­dows

La ra­cine du système de fi­chiers Li­nux est C:\ Users\% USERNAME%\ AppDa­ta\ Lo­cal\ Pa­ckages\ Ca­no­ni­calG­roupLi­mi­ted. Ubun­tuonWin­dows _ 79rhkp1fndg­sc\ Lo­calS­tate\ rootfs si c’est la der­nière ver­sion LTS d’Ubun­tu qui est ins­tal­lée. Dans le cas d’une ver­sion spé­ci­fique dans le Win­dows Store, le che­min se­ra lé­gè­re­ment dif­fé­rent : C:\ Users\% USERNAME%\ AppDa­ta\ Lo­cal\ Pa­ckages\ Ca­no­ni­calG­roupLi­mi­ted. Ubun­tu18.04onWin­dows _ 79rhkp1fndg­sc \ Lo­calS­tate\ rootfs. Vous au­rez aus­si de pe­tites va­ria­tions en fonc­tion de la dis­tri­bu­tion ins­tal­lée ( De­bian, Ka­li, OpenSuse…). Ne mo­di­fiez ja­mais ces fi­chiers di­rec­te­ment de­puis Win­dows. Les sys­tèmes de f ichier s n’étant pas les mêmes entre Win­dows et Li­nux – NTFS d’un cô­té, ext3 ou 4, btrfs ou autre pour Li­nux –, les pro­grammes Win­dows ne savent pas les gé­rer et les fi­chiers au­raient de fortes chances d’être cor­rom­pus. Pour ce­la aus­si, il fau­dra at­tendre quelques ver­sions.

Vous de­vez ins­tal­ler un ser­veur X, comme Xming ( https:// sour­ceforge. net/ pro­jects/ xming/), pour dis­po­ser d’une in­ter­face gra­phique sous WSL.

Uti­li­ser des com­mandes Li­nux dans l’in­vite de com­mande Win­dows

Pour uti­li­ser une com­mande Li­nux de­puis l’in­vite de com­mande Win­dows, faites- la pré­cé­der de ubun­tu run ( ou de­bian ou autre chose, se­lon, et run après). Là aus­si, si vous avez ins­tal­lé une ver­sion spé­ci­fique d’Ubun­tu sur Win­dows , l a com­mande se­ra lé­gè­re­ment dif­fé­rente : ubun­tu1604 run ou ubun­tu1804 run, par exemple.

Uti­li­ser des pro­grammes Win­dows de­puis Li­nux

Vous pou­vez éga­le­ment exé­cu­ter des pro­grammes Win­dows de­puis une console Li­nux. Il suf­fit pour ce­la de sai­sir leur nom mais com­plet, avec leur ex­ten­sion. Il n’y a pas de va­riable PATHEXT sous Li­nux. Vous trou­ve­rez dans le Mi­cro­soft Store Ubun­tu en plu­sieurs ver­sions, SLES, openSUSE Leap, Ka­li Li­nux et De­bian comme ap­pli­ca­tions UWP per­met­tant la dif­fu­sion de ces dis­tri­bu­tions Li­nux pour WSL.

Ins­tal­ler Ka­li Li­nux sous Win­dows 10 avec WSL

Bonne nou­velle pour les ha­ckers – Oh ! par­don – pour les pro­fes­sion­nels de la sé­cu­ri­té et les tes­teurs de failles et autres ex­ploits : vous pou­vez té­lé­char­ger et ins­tal­ler Ka­li Li­nux sur Win­dows 10 di­rec­te­ment à par­tir du Mi­cro­soft App Store dans bash, si bien sûr le WSfL est ac­ti­vé. Ka­li Li­nux ( an­cien­ne­ment Ba­ckt­rack) est une dis­tri­bu­tion très ré­pan­due, gra­tuite, open source et très lar­ge­ment uti­li­sée pour les tests d’in­tru­sion. C’est ab­so­lu­ment la meilleure suite open source exis­tante dans le do­maine et elle est dé­sor­mais dis­po­nible en mode na­tif sur Win­dows 10, sans mul­ti­boot ni vir­tua­li­sa­tion. Ka­li Li­nux sur Win­dows n’est pas li­vré avec des ou­tils de test de pi­ra­tage ou de pé­né­tra­tion pré­ins­tal­lés, mais il suf­fit juste de les ins­tal­ler après coup. Vous pou­vez aus­si le faire de­puis le store – ce sont les Ethi­cal Ha­cking Res­sources. Vous en trou­ve­rez aus­si fa­ci­le­ment sur la toile. C’est l’avan­tage d’uti­li­ser une suite aus­si po­pu­laire – et ef­fi­cace. Votre ap­pli­ca­tion An­ti­vi­rus ou Win­dows De­fen­der dé­clen­che­ront sans doute un aver­tis­se­ment de type faux po­si­tif, comme sou­vent pour les ou­tils de hack. N’en faites pas tout un plat. Dé­sac­ti­vez sim­ple­ment le contrôle de votre an­ti­vi­rus, mais seule­ment pour Ka­li et ses ou­tils. Un ou­til de hack n’est pas un vi­rus. Il peut en conte­nir si vous l’avez ré­cu­pé­ré n’importe où, mais dans ce cas le mal­ware of­fert en prime de­vrait être si­gna­lé. Si ce n’est

pas vous qui avez ins­tal­lé ce genre d’ou­tils, là, en re­vanche il faut vous po­ser des ques­tions.

Ob­jec­tifs af­fi­chés de Mi­cro­soft

Le prin­ci­pal in­té­rêt de WSL est d’of­frir aux uti­li­sa­teurs une ex­pé­rience si­mi­laire à celle de bash sur Li­nux. C’est d’ailleurs pour ce­la que cette fonc­tion­na­li­té est sou­vent ap­pe­lée bash sur Win­dows. Mais WSL a des ob­jec­tifs qui vont bien au- de­là d’avoir bash comme un shell al­ter­na­tif sur Win­dows ; bash consti­tue l’étape pré­li­mi­naire de l’im­plé­men­ta­tion de tous les ou­tils de la ligne de com­mande de Li­nux sur Win­dows. WSL consti­tue un en­vi­ron­ne­ment « com­pa­tible avec Li­nux qui res­semble et agit comme Li­nux. Il vous per­met d’exé­cu­ter tout votre code Li­nux – votre système build Li­nux, vos ou­tils GNU et tout ce que vous de­vez exé­cu­ter, de créer et de tes­ter votre ap­pli­ca­tion sans avoir à re­cou­rir à une ma­chine vir­tuelle » , dixit Rich Tur­ner, chez Mi­cro­soft. WSL s’ap­puie sur le ker­nel Win­dows. Le sous- système l’uti­lise pour exé­cu­ter les ap­pels du système ELF64, dont dé­pendent les bi­naires de Li­nux. Mi­cro­soft a pris la dé­ci­sion de pla­cer WSL dans Win­dows pour ré­pondre aux be­soins des dé­ve­lop­peurs. En ef­fet, de nos jours, une va­rié­té d’ou­tils open source, de lan­gages de pro­gram­ma­tion et de bi­blio­thèques sont uti­li­sés par les dé­ve­lop­peurs sous Li­nux. « Beau­coup de ces ou­tils ont des dépendances de Li­nux, la couche du système de fi­chier Li­nux, ses mé­ca­nismes d’in­ter­ac­tion ré­seau, etc. Ce qui fait que beau­coup de ces ou­tils, même s’il en existe une ver­sion Win­dows, ne fonc­tionnent pas aus­si bien sous Win­dows » , dit en­core Rich Tur­ner. Les lan­gages tels que node, Py­thon, Ru­by ou même les C et C++ fonc­tionnent très bien sous Win­dows, mais si vous vou­lez ac­cé­der aux mêmes gems, pa­quets, bi­blio­thèques et mo­dules que vous uti­li­sez sur Li­nux, alors vous de­vrez uti­li­ser leurs ver­sions Li­nux. L’idée n’est pas de trans­for­mer Win­dows en Li­nux, mais bien de don­ner la pos­si­bi­li­té aux dé­ve­lop­peurs d’uti­li­ser les ou­tils dont ils ont be­soin pour réa­li­ser leur tra­vail, en plus d’éven­tuels autres ou­tils Win­dows, comme Mi­cro­soft Vi­sual Stu­dio par exemple. L’in­té­gra­tion veut dire aus­si que les pro­ces­sus de Li­nux peuvent être vus avec un ges­tion­naire des tâches Win­dows, ce­lui four­ni en stan­dard par Mi­cro­soft ou d’autres comme Pro­cessHa­cker ( Sour­ceForge) et Pro­cessEx­plo­rer ( SysIn­ter­nals). De cette fa­çon, si ja­mais vous êtes face à un pro­blème – une er­reur dans un script bash, par exemple, qui bloque la console ou quelque chose dans le genre –, vous n’au­rez qu’à sé­lec­tion­ner sous Win­dows avec l’ou­til de votre choix – Po­wers­hell peut aus­si faire l’af­faire, avec ses com­mandes Get- Pro­cess et Stop- Pro­cess – le pro­ces­sus correspondant et le sup­pri­mer. Les ou­tils de contrôle du ré­seau et du système peuvent éga­le­ment voir les pro­ces­sus WSL, du fait qu’ils sont ex­po­sés à l’in­ter­face de ges­tion de Win­dows et qu’ils uti­lisent la stack de ré­seau Win­dows et le pare- feu de l’OS. Ce­la per­met aux en­tre­prises et or­ga­ni­sa­tions di­verses d’uti­li­ser leurs ou­tils de contrôle avec les pro­ces­sus de WSL ain­si qu’avec ceux de Win­dows. Main­te­nant que le sous- système de Li­nux pour Win­dows est de­ve­nu plus ma­ture et couvre un grand nombre de scé­na­rios aux­quels les dé­ve­lop­peurs sont confrontés chaque jour, Tur­ner a ex­pli­qué que le dé­ve­lop­pe­ment va conti­nuer à ap­por­ter des mises à jour et des amé­lio­ra­tions afin de ré­pondre aux re­quêtes des dé­ve­lop­peurs. Tou­te­fois, il ne faut pas s’at­tendre à ce que WSL sup­porte of­fi­ciel­le­ment Li­nux desk­top. En­core une fois, ce n’est pas le but. Mi­cro­soft a éga­le­ment an­non­cé un pro­jet open source en par­te­na­riat avec Boxs­tar­ter et Cho­co­la­te­ly dont le but est de four­nir aux dé­ve­lop­peurs des exemples de scripts pour les scé­na­rios de dé­ve­lop­pe­ment com­muns aux deux types d’OS. ❍

Et non, vous ne rê­vez pas ! Ce sont bien cinq dis­tri­bu­tions Li­nux ( dont De­bian et Ka­li) qui sont dis­po­nibles sur le Mi­cro­soft Store pour WSfL.

Sous le bash de WSfL, et ce quelle que soit la dis­tri­bu­tion Li­nux uti­li­sée, votre vo­lume C:\ est ac­ces­sible via / mnt/ c.

La su­blime suite d’in­tru­sion Ka­li, an­cien­ne­ment dé­nom­mée Ba­ckT­rack, est aus­si dis­po­nible sur le store pour WSfL.

Wine per­met d’exé­cu­ter cer­tains pro­grammes Win­dows sous Ubun­tu.

Ajou­tez le Sous- système Win­dows pour Li­nux via le pan­neau Fonc­tion­na­li­tés de Win­dows : pa­ra­metres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.