Noir c’est noir, il y a de l’es­poir!

Lire - - Bd - Bout du fleuve par 112 p., Fu­tu­ro­po­lis, 19

ean-De­nis Pen­danx a long­temps consti­tué un duo très convain­cant avec di­vers scé­na­ristes. Le voi­ci en so­lo, et son im­mer­sion dans la so­cié­té bé­ni­noise lui per­met de nous of­frir cette belle his­toire triste, celle du jeune Ké­mi, or­phe­lin de tout – ses pa­rents, morts trop tôt, et son frère ju­meau, dis­pa­ru mys­té­rieu­se­ment « au bout du fleuve » Ni­ger, au Ni­ge­ria. Pen­danx nous em­mène dans une quête peu­plée d’abord, de ma­nière très bé­ni­noise, de re­ve­nants, de sor­cières et de fé­tiches puis, dans l’im­mense et ter­rible mé­tro­pole de La­gos, de vio­lences plus hu­maines. « On n’est pas or­phe­lin d’avoir per­du père et mère, mais d’avoir per­du l’es­poir », et de l’es­poir et de l’éner­gie, Ké­mi en a à re­vendre. Ar­ri­vé en pays ogo­ni – cet en­fer sur terre, pour la li­bé­ra­tion du­quel est mort il y a vingt ans le trop ou­blié Ken Sa­roWi­wa –, il re­trou­ve­ra son frère, mais… On laisse le lec­teur s’en­ga­ger à son tour sur la piste dé­fon­cée et sur le grand fleuve pol­lué : le ré­su­mé d’une cer­taine Afrique, vrai­ment « mal par­tie ». P.O.

JJean-De­nis Pen­danx,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.