Les Mi­nus­cules par Roald Dahl. Lu par Ch­ris­tian Go­non de la Co­mé­die-Fran­çaise, Gal­li­mard Jeu­nesse, 1 CD (de 7 à 11 ans)

Lire - - Magazine -

Dès l’énon­cia­tion du titre, Les Mi­nus­cules, Ch­ris­tian Go­non ins­talle le mys­tère qui consti­tue l’étoffe même du conte. Sa voix grave fait va­ciller les ombres de ce qui est in­ter­dit à Pe­tit Louis. « Tout ce qu’il de­vait faire était en­nuyeux. Tout ce qu’il ne de­vait pas faire était ex­ci­tant. » Pe­tit Louis brû­lait d’en­vie de sor­tir de la mai­son et d’al­ler dans cette fo­rêt qu’il voyait par la fe­nêtre tan­dis que sa mère était oc­cu­pée au re­pas­sage. Toutes les fi­celles du mer­veilleux sont ti­rées avec une grande ef­fi­ca­ci­té. Le diable est là qui chu­chote à l’oreille de Pe­tit Louis à chaque fois qu’il s’en­nuie. Voi­ci donc notre hé­ros dans la fo­rêt : le si­lence, un bruit qui enfle, la fuite de­vant le monstre, la course ef­fré­née, la peur d’être dé­vo­ré, l’arbre se­cou­rable sur le­quel grimpe Pe­tit Louis, le chan­ge­ment d’échelle qui lui ouvre dans une branche un autre monde de mi­nus­cules per­son­nages, l’im­pos­si­bi­li­té de re­tour­ner chez ma­man, le bal­let in­ces­sant des oi­seaux qui per­mettent à ce pe­tit peuple de se dé­pla­cer en toute sé­cu­ri­té, le stra­ta­gème de la dé­li­vrance, le re­tour en­fin à la mai­son. Ce n’est pas tout. Il y a, avec la pro­messe de re­voir ses amis, la dé­cou­verte qu’il n’est pas condam­né à l’en­nui. Il suf­fit à Pe­tit Louis de fran­chir la porte du rêve. J.S.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.