6h48

Lire - - Extrait Polar -

Si­len­cieuse, la pé­niche glis­sait sous l’au­to­bus 22. Ley­li, le front col­lé à la vitre, deux ran­gées der­rière le chauf­feur, ob­ser­vait s’éloi­gner les im­menses py­ra­mides de sable blanc char­riées par le ba­teau à fond plat, ima­gi­nant qu’on leur vo­lait leur sable, qu’après leur avoir pris tout le reste, on leur pre­nait aus­si la plage, grain après grain.

L’au­to­bus 22 fran­chit le ca­nal d’Arles à Bouc et conti­nua de re­mon­ter l’ave­nue Mau­rice-Tho­rez. Les pen­sées de Ley­li traî­naient au rythme de la pé­niche. Elle s’était tou­jours re­pré­sen­té ce ca­nal comme une couture qui se dé­chi­rait, et la ville de Port-de-Bouc comme un bout de terre qui, len­te­ment, dé­ri­vait vers la mer, sé­pa­rée au­jourd’hui du reste du conti­nent par un dé­troit large de vingt mètres. Par un océan de­main.

C’est idiot, se rai­son­na Ley­li alors que l’au­to­bus re­joi­gnait la ro­cade, les quatre voies de la na­tio­nale 568 et leur flux in­in­ter­rom­pu de voi­tures iso­laient bien davantage Port-de-Bouc du reste du monde que le sage ca­nal boi­sé où ser­pen­taient quelques pé­niches pa­res­seuses. il n’était pas en­core 7 heures du ma­tin. Le jour s’était le­vé mais n’avait en­core ou­vert qu’un oeil sombre. A tra­vers la vitre du bus, les phares pâles des vé­hi­cules tra­ver­saient le re­flet de son vi­sage. Pour une fois, Ley­li se trou­vait jo­lie. Elle avait fait des ef­forts. Elle s’était ré­veillée il y a plus d’une heure pour tres­ser un à un ses che­veux de perles mul­ti­co­lores, comme sa mère, Ma­rème, le fai­sait à Sé­gou, près du fleuve, pen­dant ces mois d’été où le so­leil brû­lait tout ; pen­dant ces mois où pour­tant elle en avait été pri­vée.

Elle vou­lait être sé­dui­sante. C’était im­por­tant. Pa­trice, en­fin mon­sieur Pel­le­grin, l’em­ployé qui s’oc­cu­pait de son dos­sier pour la FOS-IM­MO, n’était pas in­sen­sible à ses cou­leurs. A son sou­rire. A sa joie de vivre. A ses ori­gines peules. A sa fa­mille mé­tis­sée.

L’au­to­bus 22 lon­geait l’ave­nue du Grou­peMa­nou­chian, pas­sait de­vant la ci­té Agache.

Sa fa­mille. Ley­li re­le­va ses lu­nettes de so­leil et éta­la dou­ce­ment les pho­tos sur ses ge­noux. Pour émou­voir Pa­trice Pel­le­grin, ces cli­chés étaient une arme aus­si im­por­tante que son charme. Elle les avait choi­sies avec pré­cau­tion, celles de Ti­diane, Al­pha, Bam­by, ain­si que celles de l’ap­par­te­ment. Pa­trice était-il ma­rié? Avait-il des en­fants ? Etait-il in­fluen­çable ? Et s’il l’était, avait-il de l’in­fluence ?

Elle ap­pro­chait. L’au­to­bus 22 tra­ver­sait le centre com­mer­cial, sla­lo­mait entre un im­mense Car­re­four, un Quick, un Star­bucks. En quelques mois, de­puis son der­nier ren­dez-vous à la FOS-IM­MO, une di­zaine de nou­velles en­seignes avaient pous­sé. Au­tant de cubes de tôle iden­tiques et pour­tant iden­ti­fiables au pre­mier coup d’oeil, les cornes blanches d’un Buf­fa­lo Grill, la fleur oran­gée d’un Jar­di­land, le toit py­ra­mi­dal du Red Cor­ner. Sur la fa­çade de fer et de verre du mul­ti­plexe, la gi­gan­tesque sil­houette de John­ny Depp en Jack Spar­row la fixait ; le re­flet lui of­frit un ins­tant l’illu­sion que John­ny por­tait les mêmes tresses per­lées. Tout se res­sem­blait ici, tout res­sem­blait à ailleurs. Le bus re­des­cen­dait vers le ca­nal de Ca­ronte, entre deux mers, la Mé­di­ter­ra­née et l’étang de Berre, puis s’en­ga­gea rue Ur­dy-Mi­lou, siège des lo­caux de la FOSIMMO. Ley­li ob­ser­va une der­nière fois son re­flet. La ti­mide clar­té du jour ef­fa­çait pe­tit à pe­tit son fan­tôme dans le mi­roir de verre. Elle de­vait convaincre Pa­trice Pel­le­grin qu’elle n’était pas comme tous ces en­droits sans âme, ces lieux de par­tout et de nulle part, elle qui, tout comme eux, était d’ici et de là-bas.

Elle de­vait convaincre Pa­trice qu’elle était unique, c’était aus­si simple que ça. D’ailleurs, plus elle y pen­sait et moins elle était cer­taine que ce type de la FOSIMMO se pré­nom­mait Pa­trice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.